Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 10:28

rien ne vaux la pratique réguliere de course d'orientation de jour et de nuit

 


1-copie-92.jpg

CHAPITRE 18

S.ORIENTER AVEC LES MOYENS DU BORD

1. En situation de survie, vous serez extrêmement chanceux si vous avez une boussole et une carte géographique à votre disposition. En pareil cas, vous serez sans doute en mesure de vous diriger vers un endroit où on pourra vous aider. Donc, si vous ne savez pas encore bien vous servir d.une boussole et d.une carte, il est important que vous l.appreniez.

2. Il existe plusieurs façons de s.orienter à l.aide du soleil et des étoiles, mais ces méthodes ne donnent qu.une indication générale des points cardinaux. Vous arriverez à vous orienter avec plus de précision si vous connaissez la géographie du pays ou territoire où vous vous trouvez.

3. Essayez donc d.en apprendre le plus possible sur cette géographie et notamment de connaître les éléments les plus remarquables du paysage, qui peuvent servir de points de repère. Ainsi, grâce aux méthodes décrites dans ce chapitre, vous arriverez à vous diriger de manière assez sûre.

SECTION 1

ORIENTATION À L.AIDE DU SOLEIL

4. La position relative du soleil par rapport à la terre peut vous aider à vous orienter. Comme chacun sait, le soleil le soleil se lève toujours à l.est et se couche toujours à l.ouest (cependant, en raison des variations saisonnières, il est rare qu.il se lève exactement à l.est ou se couche exactement à l.ouest). Par ailleurs, dans l.hémisphère Nord, le soleil est exactement au sud lorsqu.il se trouve au point le plus élevé de sa course quotidienne, c.est-à-dire lorsqu.il projette l.ombre la plus courte. Inversement, dans l.hémisphère Sud, il se trouve alors exactement au nord. De même, les ombres se déplacent dans le sens des aiguilles d.une montre si vous vous trouvez au nord de l.équateur et dans le sens contraire si vous vous trouvez au sud. Avec un peu de pratique, vous arriverez à utiliser ces phénomènes pour vous orienter et pour savoir l.heure. Pour vous orienter à l.aide des ombres, vous pouvez vous servir de l.extrémité d.une ombre, ou de votre montre.

ORIENTATION À L.AIDE DE L.EXTRÉMITÉ D.UNE OMBRE

5. Deux méthodes permettent de vous orienter en observant l.extrémité d.une ombre. Dans les deux cas, commencez par trouver un bâton droit, d.environ un mètre de longueur, et plantez le dans un endroit plat, exempt de broussailles, où il pourra projeter une ombre précise. La première méthode est la plus simple et comprend quatre étapes :

a. Étape 1. Marquez l.extrémité de l.ombre avec une pierre, avec un bout de bois ou par tout autre moyen. Cette première marque correspond toujours à l.ouest, où que vous vous trouviez sur la planète.

b. Étape 2. Attendez 10 à 15 minutes, jusqu.à ce que l.extrémité de l.ombre se soit déplacée de quelques centimètres. Marquez sa nouvelle position de la même manière qu.à l.étape précédente.

1-copie-88.jpg

Figure 18-1 : Orientation à l.aide d.une ombre

c. Étape 3. Tracez une ligne droite passant par les deux marques. Cette ligne est toujours orientée dans le sens est-ouest, la deuxième marque se trouvant vers l.est.

d. Étape 4. Placez-vous debout devant cette ligne, avec la première marque à votre gauche (vers l.ouest) et la seconde à votre droite (vers l.est). Le nord est devant vous, quel que soit l.endroit où vous vous trouvez sur la planète.

6. La deuxième méthode est plus précise mais prend plus de temps. Plantez votre bâton dans le sol comme dans le cas de la première méthode et marquez la position de l.extrémité de l.ombre durant la matinée. Avec une corde, tracez une portion de circonférence passant par cette extrémité et ayant pour centre le bâton. Laissez passer la journée. L.ombre diminue progressivement, disparaît presque à midi, puis grandit à nouveau. Au moment où le bout de l.ombre atteint à nouveau la circonférence tracée durant la matinée, faites une deuxième marque, et tracez une droite passant par les deux marques. Cette droite est orientée exactement dans le sens est-ouest. La figure 18-1 peut illustrer indifféremment les deux méthodes.

ORIENTATION À L.AIDE D.UNE MONTRE

7. Vous pouvez également vous orienter à l.aide d.une montre analogique, c.est-à-dire d.une montre ordinaire munie d.aiguilles. Le résultat ne sera exact que si vous utilisez l.heure locale véritable, et non l.heure d.été avancée. Par ailleurs, plus vous êtes loin de l.équateur, plus la méthode sera précise. Si vous n.avez qu.une montre à affichage numérique, vous pouvez contourner le problème en dessinant rapidement sur un bout de papier une montre indiquant l.heure exacte et en utilisant ce dessin pour vous orienter.

1-copie-89.jpg

Figure 18-2 : Orientation à l.aide d.une montre. L.aiguille des heures est en noir.

8. Si vous vous trouvez dans l.hémisphère Nord, tenez la montre à l.horizontale, de manière que l.aiguille des heures pointe vers le soleil. Considérez maintenant l.angle formé par cette aiguille avec le 12 h de votre montre. La droite qui partage cet angle en deux angles égaux (la bissectrice) est orientée dans le sens nord-sud (figure 18-2). Si vous ne savez pas laquelle des deux directions opposées est le nord, rappelez-vous que le soleil se lève à l.est, se couche à l.ouest et se trouve à midi au sud. Le soleil se trouve donc plutôt vers l.est dans la matinée et plutôt vers l.ouest dans l.après-midi.

9. Si vous vous trouvez dans l.hémisphère Sud, pointez le 12 h de votre montre vers le soleil, et considérez l.angle que le 12 h forme avec l.aiguille des heures. La bissectrice de cet angle est orientée dans le sens nord-sud (figure 18-2).

SECTION 2

ORIENTATION À L.AIDE DE LA LUNE

10. Comme la lune ne produit aucune lumière par elle-même, on ne peut l.apercevoir que si elle est éclairée par le soleil. Or, comme elle fait le tour de la terre en 28 jours, la forme de sa partie éclairée varie selon sa position. On appelle nouvelle lune le moment où la lune n.est pas du tout visible de la terre, parce qu.elle se trouve exactement dans la même direction que le soleil. Au cours des jours suivants, elle prend la forme d.un mince croissant correspondant à sa bordure droite (si vous vous trouvez dans l.hémisphère Nord), puis la partie éclairée devient de plus en plus épaisse jusqu.au jour de la pleine lune. Par la suite, elle décroît progressivement, formant maintenant un croissant sur la bordure gauche de la lune, jusqu.à la nouvelle lune suivante. Vous pouvez utiliser cette information pour vous orienter.

11. Si la lune se lève avant le coucher du soleil, sa bordure éclairée se trouve à l.ouest. Si elle se lève après minuit, sa bordure éclairée se trouve à l.est. Cette observation fort simple permet d.établir une ligne est-ouest approximative durant la nuit.

SECTION 3

ORIENTATION À L.AIDE DES ÉTOILES

12. Selon que vous vous trouvez dans l.hémisphère Nord ou dans l.hémisphère Sud, vous utiliserez des constellations différentes pour vous orienter.

LE CIEL BORÉAL

13. Dans l.hémisphère Nord, les principales constellations à retenir sont la Grande Ourse (ou Grand Chariot) et Cassiopée (figure 18-3). Ces constellations ne se couchent jamais et sont donc toujours visibles si la nuit est claire. Elles permettent l.une et l.autre de repérer l.étoile Polaire, qui se trouve toujours au nord. Cependant, la constellation dont fait elle-même partie l.étoile Polaire, la Petite Ourse (ou Petit Chariot), risque d.être prise pour la Grande Ourse. Pour éviter tout risque de confusion, utilisez toujours à la fois la Grande Ourse et Cassiopée, lesquelles se

NOTE

Si votre montre est réglée à l.heure avancée, utilisez plutôt l.angle formé par l.aiguille des heures avec le 1 h de votre montre.

trouvent dans des directions opposées par rapport à l.étoile Polaire et tournent autour d.elle dans le sens des aiguilles d.une montre. La Grande Ourse est formée de sept étoiles disposées en une sorte de casserole. Les deux étoiles formant le bout de la casserole qui est opposé au manche sont appelées les « Gardes » et pointent vers l.étoile Polaire. Pour repérer cette dernière, il suffit de tracer mentalement une ligne entre les deux Gardes et de prolonger cette ligne environ cinq fois vers le haut de la casserole. C.est là que se trouve l.étoile Polaire.

1-copie-90.jpg

Figure 18-3 : La Grande Ourse et Cassiopée

14. Cassiopée est un groupe de cinq étoiles disposées en « W ». La dent centrale de ce « W » pointe vers l.étoile Polaire. Une fois que vous avez repéré l.étoile Polaire, vous pouvez trouver le nord en abaissant mentalement une ligne sur l.horizon à partir de cette étoile.

LE CIEL AUSTRAL

15. Dans l.hémisphère Sud, il n.existe aucune étoile brillante se trouvant exactement au pôle Sud céleste, mais on peut s.orienter à l.aide de la Croix du Sud (figure 18-4). Cette  constellation est formée de cinq étoiles, dont les quatre plus brillantes forment une croix légèrement penchée. Les deux étoiles qui forment le grand axe de la croix sont celles qui servent à trouver le sud. Il suffit de prolonger cet axe vers le bas de la croix afin de trouver un point imaginaire appelé « pôle Sud céleste », qui se trouve à environ cinq fois la longueur du grand axe, puis d.abaisser une ligne sur l.horizon à partir de ce point imaginaire. Si vous demeurez au même endroit, vous pouvez marquer le sud au moyen de piquets durant la nuit, puis utiliser ces piquets durant le jour pour vous orienter.

1-copie-91.jpg

Figure 18-4 : La Croix du Sud

SECTION 4

COMMENT SE FABRIQUER UNE BOUSSOLE

16. Vous pouvez vous fabriquer une boussole rudimentaire avec une pièce de métal ferreux ayant la forme d.une aiguille (ou une lame de rasoir plate à deux tranchants) ainsi qu.un morceau de corde non métallique, ou même un cheveu long, permettant de suspendre cette aiguille ou cette lame. Pour magnétiser la pièce de métal, frottez-la doucement, plusieurs fois dans la même direction, sur un morceau de soie ou dans vos cheveux. Vous pouvez obtenir le même résultat en frottant une de ses extrémités avec un aimant, à plusieurs reprises. Dans les deux cas, prenez soin de toujours frotter dans la même direction. Si vous avez une pile d.au moins 2 volts et un peu de fil électrique isolé, vous pouvez vous en servir pour magnétiser votre boussole. Si le fil n.est pas recouvert d.une gaine isolante, il suffit de l.enrouler dans une seule épaisseur de papier mince, de manière à empêcher le contact. Faites ensuite un boudin serré avec le fil isolé, appuyez les extrémités du fil aux bornes de la pile, puis insérez à plusieurs reprises le bout de votre pièce de métal à l.intérieur du boudin. La pièce de métal se transforme ainsi en électroaimant. Quelle que soit la méthode utilisée pour magnétiser la pièce de métal, suspendez-la à une corde ou un fil non métallique, ou faites-la flotter sur l.eau sur un petit morceau de bois, et elle s.orientera d.elle-même dans la direction nord-sud.

17. Pour vous construire une boussole rudimentaire plus élaborée, il vous faut une aiguille à coudre (ou tout autre objet métallique mince), un contenant non métallique (comme un contenant en plastique dont le couvercle a été ouvert au centre et imperméabilisé) et la pointe en argent d.une plume. Commencez par casser l.aiguille en deux : une des parties servira à fabriquer l.aiguille de votre boussole, tandis que l.autre en sera le pivot. Piquez le pivot au fond du contenant, au centre. Il ne doit pas dépasser sous le contenant ni nuire à la fermeture du couvercle. Avec de la colle, de la sève ou du plastique fondu, fixez l.autre partie de l.aiguille, en son centre, à la pointe de plume en argent. C.est ce qui constituera votre aiguille de boussole. Magnétisez une des extrémités de cette aiguille, et déposez-la sur son pivot.

SECTION 5

AUTRES MÉTHODES D.ORIENTATION

18. Le vieux dicton selon lequel la mousse pousse sur le côté nord des arbres n.est pas tout à fait exact, puisque la mousse pousse souvent de tous les côtés à la fois. Par contre, la croissance de l.arbre est généralement plus vigoureuse du côté sud, si vous vous trouvez dans l.hémisphère Nord, ou du côté nord, si vous vous trouvez dans l.hémisphère Sud. Si plusieurs arbres ont été abattus près de l.endroit où vous vous trouvez, examinez les souches. Comme la croissance tend à être plus vigoureuse du côté orienté vers l.équateur, les cernes annuels de l.arbre sont plus épais de ce côté et plus minces du côté orienté vers le pôle.

19. Dans certains cas, la direction du vent est une façon commode de s.orienter, si une direction domine vraiment et si vous savez quelle est cette direction.

20. Enfin, les différences de végétation et d.humidité entre les versants nord et sud peuvent vous aider à vous orienter. En effet, dans l.hémisphère Nord, les versants nord sont moins exposés au soleil que les versants sud et ont donc tendance à être plus frais et plus humides. En été, les versants nord peuvent même conserver des plaques de neige. En hiver, les arbres et les secteurs dénudés des versants sud sont les premiers à perdre leur couverture neigeuse, et cette couverture tend y à être plus mince

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans orientation
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 08:36

Une carte est a première vu un ensemble de lignes et de bordures…une représentation de données…un outil lier a la direction et l'anticipation de certains endroits, et Anvers.
Mais une carte c'est aussi et surtout, la possibilité d'étudier ce qui se trouve au delà de notre champs de vue.

Cet outil, est pour le survivaliste un "a-tout" majeur.
A l'erre du GPS, les cartes routières et topographiques se voient être devenues des objets obsolète et sans conséquence. Je ne vais pas faire ici le procès du GPS, car je pense qu'il a sa place dans nos vies, mais en aucun cas peut-il remplacer la carte…surtout pour ceux qui comme moi tendent a une certaine préparation.

Les cartes qui nous intéressent, se regroupes en deux familles : les cartes routières, et les cartes topographiques. La différence entre les deux se situe surtout au niveau de l'échelle de représentation. La carte topographique offrant beaucoup plus de détails quand au relief, et les aménagements humains, comme nous pouvons le voir sur les photos qui suivent du même endroit.

-Routière:





-Topographique:




Ses cartes sont des outils important pour le survivaliste, parce qu'elle permettent en plus de s'orienter, de repérer et de noter certains points d'intérêt. Cette préparation demande plusieurs cartes…

-Une carte routière de notre pays.
-Une carte routière de notre région.
-Une carte topographique de notre région.

Apres avoir fait un symbole représentant notre position sur les cartes régionales et topographiques, nous faisons 3 cercles au compas utilisant l'échelle propre a la carte. Un cercle qui représente un kilomètre, un cercle qui représente 10 kilomètres, et un cercle qui représente 100 kilomètres.
Ces cercles représentes maintenant notre champs d'action immédiat…notre environnements immédiat que nous appelons zone 1 (1 kilomètre), zone 2 (10 kilomètres) et zone 3 (100 kilomètres).
Une exploration systématique de ces 3 zones s'impose, surtout la zone 1 et 2…avec pour but de répertorier tous les atouts possible en cas de situation difficile qui ne sont pas déjà sur la carte.

La liste des atouts qui suit n'est en aucun cas complète ou dans un ordre spécial, mais devrait nous donner une idée quand a la nature de ces points.


-Tout court d'eau, sources, puits, fontaine…bref, tout ce qui est en rapport a l'eau.
-Arbres fruitiers, plantes médicinales, jardins potager…tout ce qui est en rapport a la cueillette.
-Supermarchés et magasins de produits comestible.
-Pharmacies.
-Hôpitaux.
-Stations essences.
-Poste de police, gendarmerie...
-Pompiers.
-Docteurs, dentistes, vétérinaires, spécialistes, psychiatres, psychologues...
-Famille et amis.
-Banques.
-Hôtels.
-Ecoles, universités...
-Magasins d'outils et de produits de constructions.
-Magasins de camping et de sport.
-Garages.
-Station de taxi (ils ont des radios).
-Usines de fabrication.
-Bâtiments abandonnés.
-Tunnels.
-Entrées souterraines (égouts, métro…).
-Bases militaire.
-Aéroports et terrains d'atterrissage.
-Entrepôts.
-Armureries.
-Coutelleries.
-Magasins de chasse et pêche.
-Etables et centres équestres.
-Fermes.
-Mines.

Ces exemples de points d'intérêts sont un outil d'une importance primordial dans une situation d'urgence qui nous oblige a rester chez soi, ou en cas d'évacuation. Tous ces points sont stratégiques. Ils peuvent aussi bien être des lieus nous offrant des avantages certains quand a nos besoins, tout comme ils peuvent être des endroits a éviter dans certaines situations.



Une planification et une représentation poussée sur la carte des points pouvant améliorer nos chances de survie est complétée par l'étude et l'implémentation de 3 différentes routes d'évacuations vers un ou plusieurs point de chute choisit a l'avance. Cette destination devrait offrir une relative sécurité et nous donner un avantage certain, tant psychologique que physiologique.

Pour un Parisien, cet endroit pourrait être la maison d'un parent ou d'un ami qui se trouve a quelques heures de la capitale par exemple.
Avoir a évacuer son domicile est toujours une possibilité. D'un incendie a une catastrophe naturelle, d'une infestation a une demande des services de l'ordre…chaque années des milliers d'individus doivent évacuer leurs domiciles.

Bien souvent, cette évacuation est temporaire et sans conséquences extrêmes, mais dans certaines situation cette évacuation est permanente et dramatique, comme pour l'évacuation des habitants de la Nouvelle Orleans lors de Katrina, ou un feu qui menace toute une région.

Planifier sur une carte cette éventuelle évacuation demande une connaissance intime des routes et du terrain, mais aussi du point de chute.
Dans l'anticipation de voir une route fermée, ou lors de l'évacuation de toute une région, ville ou quartier, transformant les routes principales en parking géant, il est bon d'avoir préparé 3 manières différentes de rejoindre notre point de chute, et de ce familiariser avec les 3 trajets.
Si 2 points de chutes sont déterminés, alors 3 routes différentes par point de chute devient le minimum.
Pour l'exemple de notre Parisien, ce plan d'évacuation est primordial.

Ce sujet n'étant pas destiné a l'élaboration d'un plan d'évacuation (nous verrons ce sujet plus tard), je m'arrête ici a la carte et ce qu'elle devrait montrer. 3 zones donc de notre champs d'action immédiat, une multitudes de points d'intérêts, et toutes les routes d'évacuations.
Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans orientation