Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 21:40

Faites-moi une faveur pour les cinq prochaines minutes. Essayez d'oublier tout ce que vous savez sur les tampons. Je sais, c'est dur. Mais prétendre que c'est la première fois que vous avez jamais vu ou entendu parler de l'article ci-dessous, et il est un produit de survie nouvelle sur le marché: la préparation d'aventure tactique médicale Extérieur nécessité (TAMPON).

 

Blague à part, un tampon a vraiment une tonne d'utilisations à un survivant. On pourrait même soutenir l'inclusion d'un couple dans votre trousse de survie. En fin de compte, je vous laisse en juger.

Avant d'entrer dans les détails de ce poste, un bref historique du tampon pourrait vous surprendre.

Le tampon est effectivement réglementé aux États-Unis par la Food & Drug Administration comme un instrument de classe II. Le mot "tampon" est un dérivé de la tapon mot français qui signifie «un petit bouchon ou un bouchon.« Ma recherche indique que les tampons ont été utilisés dès le 19ème siècle comme pansements de combat pour boucher les trous de balles. Il ya même des comptes de tampons utilisés comme connecteurs plaies de la guerre moderne. Un de mes amis m'a dit que ce n'est pas rare que les médecins ont l'Armée de réaliser des tampons dans leurs kits med. Ils sont également le produit idéal pour un saignement de nez. Il semble y avoir des comptes mixtes de savoir si le tampon a été utilisé comme un produit féminin, avant ou après son utilisation sur le champ de bataille.

Quel que soit l'usage prévu, le tampon commun a de nombreuses utilisations pratiques de survie. J'ai mis en évidence un taux de survie uns ci-dessous

 

Utilisation de survie TAMPON n ° 1: Bandage médical

 

 

 

 

Les tampons sont stériles, viennent très bien emballé dans leurs propres pochettes étanches, et sont conçus pour être ultra-absorbante - ce qui les rend le bandage aide parfaite premier. Ils peuvent être ouverts et ensuite collé ou lié sur une plaie d'un pansement improvisée. Et, comme je l'ai déjà mentionné, ils peuvent être utilisés pour boucher un trou de balle jusqu'à ce que davantage d'attention médicale sophistiqué peut être administré. Comptes de cette date usage revenir à la Seconde Guerre mondiale I. De nombreux articles dans la société moderne ont d'abord été développé comme une facette de la recherche militaire - tampons peut très bien être un de ces produits

 

Utilisation de survie TAMPON n ° 2: Filtre à eau brute

 

 





Une autre utilisation de tampons excellente survie est aussi un filtre à eau brute. Bien qu'il ne filtre pas biologique, chimique ou menaces de métaux lourds, il peut certainement être utilisé pour filtrer les sédiments et les particules flottantes. Cela serait considéré comme une 1ère phase de filtre, ce qui peut augmenter considérablement la durée de vie et l'efficacité de votre filtre à eau principale. Vous pouvez également utiliser un filtre comme celui-ci avant l'ébullition pour filtrer les particules plus grandes. Dans cet exemple, j'ai poussé un tampon dans le col d'une bouteille d'eau vide. J'ai poussé un petit trou dans le bouchon, puis versé dans de l'eau sale à filtrer à travers le tampon et dans le récipient ci-dessous





 

 

 

L'eau coulait sur ​​presque limpide

 

Utilisation de survie TAMPON n ° 3: Amadou incendie

 

 

Presque tout le monde sait que le coton fait amadou excellente résistance au feu. Lorsque les fibres de coton sec d'un tampon sont séparés et frappé avec une étincelle ou d'une flamme, ils feront irruption dans un joli feu stable. Si vous avez fait la bonne quantité de travail de préparation feu, vous pouvez facilement diviser 1 tampon en 3 ou 4 faisceaux de départ de feu amadou. Ajouter un peu de baume à lèvres ou de la vaseline, et vous avez encore mieux au feu de départ amadou.

 

 

 

 

Utilisation de survie TAMPON n ° 4: filtre brut de paille de survie

 

 

 

Oui, j'ai un tampon dans ma bouche - ne riez pas! Comme un filtre à eau de dernier recours, vous pouvez faire une paille survie improvisée du boîtier en plastique et coton à partir d'un tampon. Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, juste arracher un peu de coton et de le fourrer dans le boîtier en plastique. Je trouve qu'il vaut mieux laisser un peu sortait pour rendre les morceaux de logement caler solidement ensemble.

 

 

 

 

Encore une fois, ce filtre ne sera pas purifier l'eau en éliminant les armes biologiques, chimiques, ou des menaces de métaux lourds, mais il va filtrer les sédiments et les particules. Ce serait un ultime effort en l'absence de méthodes de purification de l'eau étaient disponibles.

 

Survie TAMPON Utilisez # 5: Mèche pour Bougie improvisé

 

 

Sur la photo ci-dessus j'ai utilisé la chaîne sur un tampon de mèche de bougie dans une improvisation que j'ai faite à partir de graisses animales fondues et une coquille de moule d'eau douce que j'ai trouvé par le ruisseau Willow Haven moins. Après que la chaîne absorbé une partie des graisses, cette bougie a brûlé solide pendant 20 minutes tandis que je prenais les photos et avait encore beaucoup de mèche à gauche. Sève de pin aurait également travaillé en tant que combustible.



Utilisation de survie TAMPON n ° 6: Cordage



 

Je suis sûr qu'il ya aussi de nombreuses autres utilisations pour de petites quantités de cordages de qualité. Par exemple, j'utilise aussi ce cordage dans l'utilisation de survie suivante ci-dessous ...

 

 

Utilisation de survie TAMPON N ° 7: Empennage Flechette



 

Le pistolet à air a certainement sa place dans l'histoire de la survie. De Amérindiens aux tribus de Nouvelle-Guinée, le Soufflette et fléchettes primitive ont mis la nourriture sur la table depuis des milliers d'années. Ce sont des outils de chasse silencieux et mortel, surtout pour le petit gibier. Souvent, surtout ici aux Etats-Unis, le coton naturel a été utilisé comme empennage fléchettes coup. Ainsi, le coton à partir d'un tampon est un candidat idéal pour faire de fléchettes coup coton empennés. J'ai utilisé la chaîne sur le tampon pour le fouet en place sur cette brochette de bambou.



 



 

 

Méfiez-vous des oiseaux et des lézards - vous pouvez faire tirer dessus par une fléchette coup de tampon-empennés!

 

Utilisation de survie TAMPON N ° 8: Paille pour chauffe du charbon



 

Oui, j'ai un tampon dans ma bouche - encore une fois. Cette fois, cependant, je souffle au lieu d'aspirer. Wow ... cette section est un début vraiment bizarre. Dans un scénario de survie, un simple conteneur peut faire la différence entre la vie et la mort. Un récipient étanche à l'eau peut être utilisée pour transporter de l'eau, faire bouillir l'eau, et préparer les repas. Naturelles en eau des récipients étanches ne sont pas faciles à faire ou à trouver. Une cuve très pratique et utile improvisée peut être réalisé en utilisant des charbons ardents pour brûler une cavité dans un journal ou une souche. Un tube de soufflage (dans ce cas, l'applicateur de tampon en plastique) peut être utilisé pour intensifier les charbons chauds à graver la cavité.



 

Utilisation de l'applicateur de tampon coup-tube, il m'a fallu environ 30 minutes pour brûler du charbon d'une cavité assez grande pour contenir 2 tasses d'eau. Si nécessaire, je pourrais alors faire bouillir et purifier cette eau en ajoutant plusieurs pierres chaudes rouges qui avaient été chauffées dans un feu.



Utilisation de survie TAMPON N ° 9: Match Etanche et boîtier Amadou de Feu



 

 

En conditions humides, en gardant le feu à partir des outils tels que allumettes et l'amadou sec peut être un défi. Le paquet étanche tampon / manchon permet un excellent improvisée "dry-sac» pour les articles qui sont sensibles à l'humidité. Juste fois au cours des 2-3 meilleurs temps et l'attacher avec la chaîne de tampon et vous avez un grand match cas imperméable à l'eau.





 



 

  Utilisation de survie TAMPON N ° 10: Bobber pêche survie

 

 

 

  r

 

 Pêche avec crochet et bobber est une méthode incroyablement efficace - en particulier lors de l'utilisation d'appâts vivants tels que les vers blancs et des vers. Un crochet épine, une ligne naturelle tressée, et un bouchon tampon forment une combinaison parfaite pour un engin de pêche survie. Méfiez-Blue-Gill 

 

   

 

  

 

Faire le flotteur avec le paquet tampon / manche en repliant et en attachant sur ​​le dessus pour créer une petite bulle qui flotte votre appât. Si le paquet n'est pas étanche à l'eau, il suffit de mettre une partie du coton à l'intérieur et il flotte très bien. Ensuite, il suffit de l'attacher à votre ligne de pêche.

conclusion
Je suis un grand fan de produits multifonctionnels qui peuvent servir de double ou triple la survie même le devoir. Pour la taille, le poids et le coût, un tampon a une liste impressionnante de fonctions de survie. Si rien d'autre, ce poste est une autre leçon sur l'importance de considérer les produits de tous les jours à travers les yeux d'un survivaliste. La créativité et l'innovation sont essentielles.

Alors qu'avez-vous décidé? Êtes-vous assez viril pour inclure un tampon ou deux dans votre trousse de survie?

Rappelez-vous, ce n'est pas si, mais quand,



Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 20:46

SECTION 4

CORDAGES ET LIGATURES

28. Différents matériaux ont une résistance suffisante pour servir de cordages et d.éléments de ligature. Vous pourrez ainsi, en situation de survie, tirer profit d.un certain nombre de matières naturelles et synthétiques. Vous découvrirez par exemple qu.un ceinturon monté sur une âme de fil de coton vous sera beaucoup plus utile, une fois défait. Vous pourrez alors utiliser ces bouts de corde à d.autres fins, comme ligne à pêche, en guise de fil à coudre ou encore comme un simple cordage.

RÈGLES DE BASE POUR LE CHOIX DES CORDAGES

29. Avant d.utiliser des cordages, vous devez effectuer quelques tests très simples pour évaluer s.ils se prêtent à l.usage auquel vous avez songé. Tout d.abord, étirer le matériau dans le sens de la longueur pour vérifier sa solidité. Enrouler ensuite ce matériau entre vos doigts, puis rouler les fibres les unes contre les autres. Si le matériau résiste à ces opérations sans se défaire, vous pourrez lier les bouts de corde par un noeud simple (demi-noeud) et les resserrer en douceur. Si le noeud ne se rompt pas, ce cordage vous sera utile. La figure 12-8 illustre diverses façons de fabriquer un cordage.


Sans-titre.jpg

Figure 12-8 : Fabrication de cordages à partir de fibres ligneuses

MATÉRIAUX DE LIGATURE

30. Les nerfs provenant de carcasses d.animaux constituent les matériaux naturels convenant le mieux à la ligature de petits objets. Vous trouverez des nerfs dans les tendons du gros gibier, le cerf ou le chevreuil par exemple. Retirer les tendons de l.animal et les sécher complètement. Écraser ensuite les tendons séchés de façon à ce qu.ils se séparent en filaments. Humecter ces filaments et les tordre en un toron continu. Si vous avez besoin d.un cordage plus résistant, vous Armes, pouvez torsader plusieurs torons continus; toutefois, pour fabriquer une petite corde, il n.est pas nécessaire de faire des noeuds car les nerfs humides sont collants et durcissent en séchant.

31. Vous pouvez aussi vous fabriquer des cordages en effilochant des fibres ligneuses prélevées sur la face intérieure de l.écorce de certains arbres et en les tressant. Le tilleul, l.orme, le noyer blanc d.Amérique, le chêne blanc, le mûrier, le châtaignier de même que le cèdre rouge et le cèdre blanc se prêtent bien à cet usage. Une fois le cordage tressé, effectuer un test pour vérifier qu.il possède une résistance suffisante pour l.usage que vous comptez en faire. Vous pouvez fabriquer des cordages plus résistants en tressant plusieurs brins pour en faire un seul toron.

32. Vous pouvez vous servir du cuir cru pour fabriquer de gros cordages (babiche). La peau du moyen ou du gros gibier peut être transformée en cuir cru. Après avoir prélevé la peau de l.animal, la débarrasser de toute viande et de tout gras. La peau doit ensuite être complètement séchée. Il n.est pas nécessaire d.étirer les peaux ni d.enlever les poils qui les recouvrent, mais vous devez éliminer tous les plis car ils retiendraient l.humidité. Vous devez tailler la peau une fois qu.elle est sèche, en pratiquant des entailles à 6 mm de distance les unes des autres. Commencer au centre de la peau et pratiquer une entaille circulaire continue, en progressant de gauche à droite jusqu.à la rive extérieure du cuir. Faire tremper le cuir cru pendant 2 à 4 heures ou jusqu.à ce qu.il soit amolli. Utiliser le cuir mouillé et l.étirer autant que possible tout en le déployant. Une fois le cuir séché, vous obtiendrez un matériau résistant et durable.

SECTION 5

FABRICATION D.UN HAVRESAC

33. La liste des matériaux que vous pouvez utiliser pour fabriquer un paquetage ou un havresac est à peu près illimitée. Vous pouvez ainsi employer le bois, le bambou, les cordages, les fibres ligneuses, les vêtements, les peaux d.animaux, les bâches et divers autres matériaux. 34. Il y a aussi différentes façons de confectionner un havresac. Un certain nombre d.entre elles sont assez complexes, mais les méthodes les plus simples et les plus faciles à utiliser sont assurément d.une plus grande utilité en situation de survie.

SAC DE TYPE POLOCHON

35. Facile à fabriquer et à utiliser, ce sac que vous passez par-dessus l.épaule permet de transporter diverses choses de façon relativement confortable. Disposer à plat sur le sol un matériau de forme approximativement carrée que vous avez à votre disposition, un poncho, une couverture ou une bâche par exemple. Disposer les objets que vous désirez transporter à une extrémité de ce matériau et recouvrir les articles très durs d.une quelconque matière souple. Rouler le matériau carré avec son contenu en direction de l.extrémité opposée et attacher solidement les deux extrémités. Fixer quelques cordes additionnelles le long du rouleau ainsi formé. Vous pourrez suspendre ce polochon à votre épaule après avoir relié ses deux extrémités par un cordage (figure 12-9).

Sans-titre1.jpg

Figure 12-9 : Le sac polochon

Sans-titre1-copie-1.jpg

Figure 12-10 : Le paquetage carré

PAQUETAGE CARRÉ

36. Vous pouvez facilement fabriquer ce type de paquetage si vous avez de la ficelle ou des cordages. Vous devrez, sinon, commencer par fabriquer vos cordages. Pour réaliser ce genre de paquetage, il faut construire un bâti carré à l.aide de bambou, de branches ou de bâtons. Ses dimensions varient chaque fois, selon la personne et la quantité de matériel à transporter

(figure 12-10).

SECTION 6

VÊTEMENTS ET CHALEUR

37. Vous pouvez utiliser de nombreux matériaux pour fabriquer de quoi vous vêtir et vous garder au chaud. Vous pourrez souvent trouver des matières synthétiques, telles que le tissu dont sont faits les parachutes, et des matières naturelles, les peaux et les fibres ligneuses par exemple, qui fourniront une protection thermique considérable.

LES PARACHUTES

38. Si vous avez un parachute, examinez-le bien sous tous ses angles : c.est une précieuse ressource en situation de survie. Il offre une foule de possibilités, depuis la voilure jusqu.aux suspentes, aux mousquetons et au harnais lui-même. Avant de défaire votre parachute en pièces, évaluez tous les besoins auxquels vous devez répondre pour survivre et essayer de tirer le plus grand profit de tous ses composants. Songez, par exemple, à ce dont vous aurez besoin pour construire un abri, pour fabriquer un paquetage ou un havresac, pour vous confectionner des vêtements sommaires et vous protéger des écarts de température.

LES PEAUX D.ANIMAUX

39. Le choix entre diverses peaux d.animaux sera le plus souvent déterminé, dans ce genre de situations, par ce que vous avez réussi à chasser ou à piéger. Cependant, s.il y a abondance de vie animale, choisir les peaux des gros animaux dont le cuir est plus épais et contient davantage de gras. Dans la mesure du possible, ne pas utiliser la peau des bêtes contaminées ou malades. Comme ils vivent dans la nature, les animaux sauvages sont porteurs de parasites tels que les poux, les tiques et les puces. Il faut donc laver toutes les peaux en profondeur, avec beaucoup d.eau. Si vous n.avez pas d.eau à votre disposition, prenez au moins la précaution de secouer vigoureusement les peaux avant de vous en servir. Comme vous le feriez avec du cuir cru, étendre les peaux et les débarrasser de leur gras et de leur chair, puis les assécher complètement. La peau recouvrant les quartiers arrière se prête bien à la confection de mocassins, de bas et de mitaines. Le côté fourrure du cuir doit être porté à l.intérieur, pour tirer profit de la protection thermique qu.il peut offrir.

FIBRES VÉGÉTALES

40. De nombreuses plantes peuvent aider à vous protéger du froid. Le roseau des étangs, souvent appelé quenouille, est une plante de marais que l.on trouve au bord des lacs, des étangs et dans les bras morts des rivières. La peluche semblable à du duvet que l.on trouve au sommet de ses tiges renferme des bulles d.air et constitue un bon matériau isolant lorsqu.elle est placée entre deux pièces d.étoffe. De plus, l.asclépiade contient des graines cotonneuses qui possèdent elles aussi de bonnes propriétés isolantes. Enfin, les fibres ligneuses qui entourent la noix de coco sont très utiles pour tresser des cordages et, une fois séchées, se transforment aisément en matière isolante ou en allume-feu.

SECTION 7

USTENSILES DE TABLE ET DE CUISINE

41. Un grand nombre de matériaux peuvent être utilisés pour fabriquer des ustensiles servant à cuisiner, à manger et à conserver la nourriture.

LES BOLS

42. Vous pouvez vous faire des bols avec du bois, des os, des cornes, de l.écorce et autre matériau similaire. Pour fabriquer des récipients en bois, utiliser un morceau de bois évidé pouvant contenir votre nourriture et suffisamment d.eau pour la faire cuire. Suspendre le récipient en bois au-dessus du feu et ajouter de petites roches chaudes à l.eau et à la nourriture. Remplacer les roches refroidies par des roches très chaudes jusqu.à ce que cette nourriture soit cuite.

43. Vous pouvez aussi employer cette méthode avec des récipients faits d.écorce ou de feuilles. Avec ce type de récipients, cependant, vous devez régulièrement humidifier le bol ou maintenir le feu assez bas, faute de quoi la partie du récipient excédant le contenu liquide se consumera.

44. Un tronçon de bambou que vous taillez entre deux cloisons fermées par des noeuds constituera un excellent récipient (figure 12-11).

MISE EN GARDE

Ne pas utiliser de roches poreuses, telles que la pierre calcaire et le grès. Les roches de ce type peuvent exploser lorsqu.elles sont chauffées au-dessus des flammes.

MISE EN GARDE

Un tronçon de bambou vierge explosera si vous le chauffez parce que de l.air et une certaine quantité d.eau sont emprisonnés à l.intérieur, entre les cloisons naturelles formées durant la croissance de l.arbre.

 

Sans-titre1-copie-2.jpg

Figure 12-11 : Récipients servant à la cuisson de la nourriture

LES FOURCHETTES, COUTEAUX ET CUILLÈRES

45. Pour éviter que la résine ne colore votre nourriture et ne lui transmette un goût de résine, sculpter vos fourchettes, vos couteaux et vos cuillères dans des morceaux de bois provenant d.arbres ne produisant pas de résine. Font partie de cette catégorie le chêne, le bouleau et les autres feuillus.

NOTE

Si vous voyez un liquide ressemblant à de la résine à certains endroits sur l.écorce ou qu.un sirop s.écoule lorsque vous entaillez l.arbre, celui-ci ne doit pas être utilisé.

LES RÉCIPIENTS DE CUISSON

46. Vous pouvez fabriquer des récipients faisant office de chaudrons à partir de morceaux de bois ou de carapaces de tortue. En suivant les instructions fournies pour la fabrication de bols, vous découvrirez que les roches chaudes déposées dans un morceau de bois évidé sont très efficaces pour faire cuire la nourriture. Le bambou demeure néanmoins le bois qui convient le mieux à la fabrication de récipients de cuisson.

47. Avant d.utiliser une carapace de tortue comme chaudron, faire longuement bouillir la partie supérieure de la carapace. Elle pourra ensuite servir à chauffer de l.eau et de la nourriture sur un feu (figure 12-11).

LES GOURDES

48. L.estomac des gros animaux se prête très bien à la confection d.une gourde. Rincer abondamment l.estomac de l.animal avec de l.eau, puis nouer une de ses extrémités. Prévoir un moyen de lier ou de fermer l.extrémité supérieure de la gourde.

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 16:11



Nous allons aujourd'hui parler d'un produit Cold Steel qui, en quelques années, s'est imposé dans le monde du survivalisme/bushcraft comme un incontournable. En effet, au même titre que la pelle CS ou que son petit frère le pocket bushman, le Bushman apparaît régulièrement dans les kits de ceux qui travaillent à leur indépendance.

Nous allons voir ensemble ce qui a fait le succès de cet outil et quelle peut être sa destination. Mais avant cela, j'aimerais dire quelques mots à propos de Cold Steel.
 
 
Nous avons déjà eu l'occasion d'en parler ici, Cold Steel ne laisse personne indifférent. Lynn Thompson, son moustachu PDG, a fait le choix d'un marketing très agressif, et ça commence par le slogan maison : " Cold Steel, les couteaux les plus solides et les plus affutés du monde ".

Ajoutez à cela quelques vidéos de découpage, en règle, de têtes de cochons pendues à des crochets de boucher et on est assez proche de l'overdose. En tout cas, on se dit que ce marketing est peut-être plus adapté au marché U.S. qu'au marché européen.

Seulement voilà, ça reste du marketing, et si l'on n'en fait pas abstraction, on risque fort de se laisser influencer, voire de se faire manipuler… Les commentaires passionnés que l'on peut lire sur certains forums au sujet de la firme de Ventura, Californie, s'éloignent souvent des produits, pour ne s'intéresser qu'à des questions annexes, qui viennent polluer le débat et l'idée que pourrait vouloir se faire, à juste titre, quelqu'un qui découvre cette marque.
 

Alors Cold Steel aujourd'hui, c'est quoi ?
 
ColdSteel c'est l'innovation.
Innovation technique d’abord, avec par exemple le système de verrouillage de ses pliants TRI AD LOCK, sans doute un des meilleurs locks du monde.

Innovation aussi dans les produits proposés: couteaux fixes et pliants, machettes, Tomahawk, lances, sabres, push daggers, haches, cannes, battes, sprays etc…aucun fabricant n'a un tel catalogue et celui-ci ne cesse de s'étoffer. Ce choix, il vous est offert à vous. On peut considérer que c'est du business, mais on peut aussi considérer que c'est ça le vrai respect du client : essayer de répondre à ses attentes.
 
Cold Steel c'est un rapport qualité/prix imbattable.
Pour illustrer ce propos, j'aimerais simplement évoquer deux produits dont le seul point commun est le prix (moins de 30 Euros), tant leurs caractéristiques les séparent.

Tout d'abord le mini tuff lite, sans doute un des meilleurs EDC urbains du moment, ensuite le Magnum Kukri machette, un outil de plein air avec un gros pouvoir de coupe. Je ne vous en dis pas plus, il sera facile, si vous le souhaitez, de vous renseigner sur ces deux produits. Car au milieu il y a le Bushman, et c'est lui notre vrai sujet du jour…
 
 
Le BUSHMAN : Présentation


Dés le premier contact, le Bushman révèle ses qualités premières : simplicité, efficacité et robustesse.
 
La simplicité dans la fabrication d'abord, puisqu'il est constitué d'une seule pièce d'acier au carbone SK 5, travaillée de telle sorte que la feuille vient s'enrouler dans le prolongement de la lame pour constituer le manche. Ce manche est creux et légèrement conique, puisqu'il fait 30 mm de diamètre à son extrémité (25 mm intérieur), pour 24 mm à la jonction avec la lame (19 mm intérieur). Simplicité aussi dans les lignes. Avec un dos de lame parfaitement rectiligne et des proportions généreuses, il est esthétiquement réussi, ce qui a sans aucun doute contribué à son succès.
 
L'impression d'efficacité tient essentiellement dans sa dimension générale : avec 31 cm de long le Bushman n'est pas un petit couteau. Sa lame de 18 cm fait 4 cm au plus large pour une épaisseur constante de presque 3 mm. L'affûtage est rasoir, comme toujours chez Cold Steel.

De gauche a droite; "seven" de Tony Lopes, RAT3, Mora Classic, Bushman, RAT7.
 
Enfin, l'impression de robustesse est renforcée par l'utilisation de cet acier SK 5 qui, s'il demande à être bien entretenu, est particulièrement souple, comme le démontre les nombreux tests que l'on peut voir sur le net. Ainsi en condition extrême cette lame pliera peut-être légèrement, mais au moins elle ne cassera pas.


 
 
Le BUSHMAN : Destination


Sur l'excellent blog "A couteaux tirés", un lecteur pose la question : le Bushman est-il le couteau de survie "ultime" ? Malgré tout le bien que je pense de cet outil, ma réponse est non, car le Bushman a deux défauts majeurs.
 
Le premier est sa légèreté. Avec moins de 300 gr, le Bushman, qui n'a pas l'inertie d'une machette, ne permet pas des coupes à la volée très puissantes. Je ne dis pas qu'il en est incapable, je dis juste qu'il n'excelle pas dans ce domaine.

Bushman: 288gr. / RAT7: 376gr.
 
Notons cependant que si son manque de poids est un désavantage pour certaines taches, ce "défaut" rend ce système extrêmement agréable a porter, surtout si le poids est une considération importante pour votre paquetage.
Pouvoir embarquer dans son sac de randonnée ou son sac d'évacuation une lame robuste de 18cm pour 288 gr. et moins de 30 Euros reste du jamais vu !
 
 
Le second est l'absence totale de garde. Vous aurez beau l'habiller de paracorde, d'antidérapant de toute sorte, avec les mains poisseuses ou un manche plein de boue, je ne m'amuserais pas à piquer un sanglier au cœur, quand les chiens sont au ferme ! Bien sur, on peut assurer sa prise en main par un cordon passé dans le trou du manche, mais ça signifie que le couteau n'est pas disponible immédiatement pour porter un coup d’estoc.

Traitement du manche a la chambre a air de vélo.
 
Alors le Bushman est-il une déception ? Je ne le pense pas car selon moi, le Bushman n'est pas un couteau, c'est un fer d'épieu.

En effet, les deux défauts majeurs que nous venons d'évoquer disparaissent si on le monte sur un manche.
On éloigne ses doigts d'une lame extrêmement efficace, on gagne en puissance de perforation, en allonge, et on acquiert un outil qui prend sa pleine dimension: une lance.

Pour combattre de loin, achever un animal dans un piège, pour couper en hauteur ou déloger un fruit dans un arbre, harponner un poisson, et que sais-je encore, il n'a pas d'équivalent sur le marché…surtout a ce prix.

Une vis a oeil permet une fixation sur le terrain du couteau a une branche a l'aide d'un bout de bois par exemple...ne pas avoir besoin d'un tournevis est un plus.
 
 
CONCLUSION
 
Vous l'aurez compris, le Bushman de Cold Steel nous ramène à cette question, tout à fait centrale, qui est de déterminer avec précision le champ d'action d'un outil.
 
Il est de notre responsabilité d'évaluer au plus juste le job que peut faire le système sollicité. Ignorer cela, c'est aller, au mieux, au devant de grosses déceptions.

Pour ma part, j'ai intégré ce produit dans mon matériel, mais j'ai également pris le soin, au calme, de lui confectionné un manche qui me convient, ainsi qu'une vis à penture pour le bloquer.
 
Pour ceux qui habitent la campagne, les fleurs jaunes qui sont apparues début mars sont celles du cornouiller. Sa floraison précoce, une des premières en forêt, permet de l'identifier à coup sur. Ce bois est exceptionnel pour fabriquer des manches, aussi n'hésitez pas à repérer aujourd'hui ce que vous irez prélever à l'automne, à sève descendante. Ce bois étant précieux, veillez cependant à ne prélever que le strict nécessaire.
 
En résumé, pour un prix ridicule (on aura pas peur de l'utiliser et même de le perdre), le Bushman vous rendra de grands services et je ne peux que vous en conseiller l'achat. Il est parfait pour une caisse de décentralisation, pour le kit voiture, le sac d'évacuation ou pour une excursion ou le poids est un facteur incontournable.


 
Pour ce qui est du "couteau de survie ultime", si tant est qu’il existe, nous vous donnerons bientôt, avec Volwest, quelques pistes de réflexion, mais le budget risque d'être un tout petit peu plus élevé.
Source: http://lesurvivaliste.blogspot.fr/2012/03/le-cold-steel-bushman.html
Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 06:59

On va commencer par un petit scénario capillo-tracté : c'est l'automne et vous trépignez d'impatience à l'idée de partir chercher des champignons en forêt. Vous informez votre mémé de vos projets, et courez vous ébattre dans les fourrés les plus proches. Mais c'est alors le drame : vous choyez lourdement dans un trou profond que vous n'aviez pas aperçu. Dans votre chute, vous vous cassez la jambe, et vous rendez rapidement à l'évidence : sans aide extérieure, vous ne sortirez pas de votre trou.

Lire la suite...



 

 

Source: http://olduvai.e-monsite.com/pages/communication/fabrication-d-un-sifflet-de-detresse-improvise.html

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 06:52
Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 09:35
Couteau tactique forgé d'une seule pièce, hyper robuste. Doté d'une pince-coupante et porte-outil , il se transforme en multitools super efficace. Testé par le 1er RCP en Guyane durant la mission Harpie et en Afghanistan, le RETEX conclut par "tout bonnement excellent"..
 plus d'info sur le lien suivant http://www.wildsteer.com/fr/prods.php?fam=20
ou plus généralement sur www.wildsteer.com
 
Sur la base du modèle Wildsteer, le Wild TACTIC a conservé sa robustesse incomparable avec la même lame forgée intégrale, Cf. la page "innovation", mais s'est doté d'un manche en Kraton regroupant plusieurs évolutions.

Garde Wild TACTIC Garde supérieure et inférieure du Wild TACTIC, Manche Wild TACTIC



Manche en Kraton d'un volume généreux pour une utilisation même avec gant.



trou Wild TACTIC Trou pour passage de dragonne sécurisant la préhension en usage de machette.



Pommeau brise-vitres Pommeau brise-vitres sur la version RCP.



Contre-tranchant Contre-tranchant sur la version RCP.








6- Système breveté -
Une pince-coupante permet de sectionner du fil de fer jusqu'à 2.5mm.
elle peut aussi être avantageusement transformée
EN SCIE en insérant une lame de scie sauteuse à son extrémité. (blocage par vis)
ou EN TARIERE en insérant un foret à embout hexagonal, après avoir IMPERATIVEMENT protégé la lame avec la protection fournie.pince-coupante

Etui "Forces Spéciales" parfaitement adapté à toutes les configurations de port et évolutif. Une forte rétention autorise toutes les positions.
L'étui de base se compose de:
- 1 coque rigide ambidextre en POM (Polyoxyde de Méthylène)
- 1 passant de ceinture (jusqu'à 7cm)pour un port vertical.
- 1 sangle de cuisse.

5 versions d'étuis FS disponibles
- Etui "Forces Spéciales" de base.
Port vertical uniquement. PoidsEtui FS de base
- Etui "Forces Spéciales" avec poche.Etui FS avec poche
Une pochette et 2 sangles s'adaptent sur l'étui FS de base.
Port vertical uniquement. Poids









- Etui "Forces Spéciales" version MOLLE pour un usage professionnel permettant
le port vertical , le port sur plaque de cuisse et boucle ELS Safariland (cle Allen et visserie fournies), le port MOLLE sur gilet de combat (speed clip fourni) et le port horizontal sur ceinturon (FAMAS...).Etui FS MOLLE


- Etui "Forces Spéciales" version Hélico pour un port au mollet.
Passant en Kevlar et sangle inférieure réglable


Etui FS Marine- Etui "Forces Spéciales" version Marine pour un port au mollet sur une combinaison de plongée.
Passant en Kevlar et sangle inférieure en caoutchouc pour une meilleure adhérence sur la combinaison de plongée.











Etui en CorduraEtui Tactic Cordura


Finition de la lame
Lame brossée Brossé






Lame noire anti-reflet (epoxy)Noir






Lame noire crantée anti-reflet (epoxy) Noir cranté






Lame RCP (Pommeau brise-vitres, contre-tranchant, anti-reflet gris anthracite RCP







7 étuis:
Etui "Forces Spéciales" et ses 5 versions.
Etui FS de base, avec poche, MOLLE, Hélico, Marine.Forces Spéciales


- Etui en Cordura
2 coloris au choix: Noir ou Coyote
Possibilité de commander l'étui seul adapté au Wildsteer en cuir. (option2)Etuis Tactic

1 accessoire au choix :
pince-coupante, extracteur ou pierre à feu GM
Plus de détails sur "Extracteurs" ou sur "Pierre à feu"

cisaille ou extracteurs ou pierre à feu

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 13:50

Où faut-il "mettre le curseur", pour nos achats de matériels de survie, de plein air...

Entre l'entrée de gamme (souvent, désormais, en provenance de Chine), et le haut de gamme (fabriqué dans divers pays).

Dans un cas, théoriquement, on n'y met pas cher, cela ne dure pas très longtemps, et l'on ne stresse pas trop si on l'abime ou si on le perd.

Dans l'autre cas, il faut avoir les moyens, c'est sensé durer plus longtemps, et en cas de destruction, "on est mal".

 

Lire la suite...

 

 

Source: http://le-projet-olduvai.wikiforum.net/t1709-acheter-du-haut-ou-du-bas-de-gamme-et-comment-le-savoir

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 13:40

 

outre le fait de l’utilisé comme un cordage normal on peut faire pas mal de truc avec

Gainé un couteau meilleur grippe et réserve de cordage dispos

Dragonnes sur des couteaux ou sur une fermeture éclair (ce qui permet d’ouvrir et fermé la fermeture avec des moufles par exemple

 

Lire la suite...

 


 

 

 

Source: http://olduvai.e-monsite.com/pages/materiel-divers/paracorde-ce-que-l-on-peut-faire-avec.html

 

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 13:38

Les portianki sont - les fans de littérature russe l'auront reconnu - des carrés de tissus utilisés par la plèbe (paysans, "zeks" et soldats) pour se protéger les pieds, en fait des sortes de chaussettes.

La technique d'utilisation est simple : on place le pied, en diagonal si possible, au milieu du carré, on rabat le coin avant sur le coup-de-pied, puis les coins latéraux l'un sur l'autre. Le 4e coin sert à couvrir le talon et la cheville.

 

Lire la suite...



 

 

Source: http://olduvai.e-monsite.com/pages/materiel-divers/portianki-quel-pied.html

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 13:32

FJ-7696.jpg


Comment choisir une bonne machette?

Une fois en main, vous devrez bien « sentir » votre machette.
Le choix d'une machette est déterminant et varie en fonction de l'utilisation souhaitée. En Guyane, deux marques principales se partagent le marché : Tramontina et Martingale. Les deux possèdent une large gamme de produits de nature à satisfaire les plus exigeants et répondre à tous les besoins. Ces deux marques ont largement fait leurs preuves et sont dignes de confiance. Là encore, il faudra privilégier simplicité, efficacité et robustesse sans s’encombrer de considérations esthétiques. Il faudra fuir comme la peste les machettes de type petite quincaillerie et autres "chinoiseries" réalisées avec de l’acier "à ferrer les bourriques"… Egalement, lames en acier inoxydable ou pas suffisamment "sec" devront être systématiquement éliminées.

 

Lire la suite...

 

 

Source: http://olduvai.e-monsite.com/pages/materiel-divers/machette.html

 

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers