Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 15:48

Nous allons démystifier un peu le tout et n'importe quoi que l'on trouve sur le net et sur le piégeage.

En matière de piège à arc , il faut savoir que fabriquer un arc et des flèches dignes de ce nom demande plusieurs mois , une dextérité et un savoir-faire certain.

Vous ne pourrez fabriquer un arc puissant , capable de tuer un gibier sans :

avoir un bois sec , en effet le bois humide ou fraichement coupé n'a pas une grande puissance

 

reconnaitre et choisir les bois nécessaires à la fabrication de l'arc et des flèches

maitriser les forces (tractions et pressions)

avoir quelques outils de menuisier et savoir sans servir

être capable de tresser une corde solide ou tendons d'animaux capables de durer dans le temps

avoir du  temps (en survie souvent le temps nous manque)

et surtout être un peu bricoleur et agile de ses mains.

Bref vous serez juste capable de fabriquer un gadget incapable de tuer un lapin par manque de puissance.

À part avoir perdu votre temps et de l'énergie , vous ne récupérerez jamais les calories dépensées avec un piège amateur, arrêtons de croire que l'on part avec sa "bite et son couteau" (expression militaire) et la bible du survivaliste et que vous êtes sauvé.

Notre conseil : se préparer , c'est prévoir . Cela vous évitera bien des désagréments si vous êtes prêt et avait déjà un équipement.

Profitons de ces temps de paix pour acheter l'ensemble des équipements nécessaires pour survivre correctement. Avec du matériel pro.

Nos stages extérieurs vous démontrerons vos forces, mais également vos faiblesses, et croyez moi elles sont plus nombreuses que vos forces.

Ensemble nous construirons le survivaliste responsable et prévoyant que vous devez être.

pour vous renseigner sur nos stages exterieurs tarifs et dates ; 0698814731 demandez claude

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans divers pieges de suvie
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 17:21
SECTION 2
PIÈGES ET COLLETS
29. Les pièges et les collets sont très intéressants pour le survivant et le fugitif non armé ou dans une situation où le bruit d.un coup de feu pourrait poser problème.
1.jpg
 
1-copie-1.jpg
 
Figure 8-4 : Attraper des oiseaux à l.aide d.un filet
30. Avec quelques pièges bien placés, vous attraperez plus de gibier que vous n.en tueriez avec une arme à feu. Pour que vos pièges et collets soient efficaces, vous devez :
a. bien connaître les espèces que vous souhaitez prendre;
b. être en mesure de fabriquer un piège adéquat;
c. éviter d.alerter la proie en laissant des traces de votre présence.
31. Aucun piège ne fonctionne pour tous les animaux. Identifiez plutôt les espèces vivant dans une région donnée et fabriquez vos pièges en fonction de celles-ci. Pour vous aider,
repérez :
a. les traces;
b. les pistes;
c. les excréments;
d. la végétation mangée ou piétinée;
e. les lieux de nidification ou de repos;
f. les aires d.alimentation et les points d.eau.
32. Placez vos pièges et collets aux endroits où vous êtes certains que les animaux passent. Il est également important de déterminer s.il s.agit de la trace d.une seule espèce ou d.une piste empruntée par plusieurs espèces, qui sera nettement plus marquée. Gardez toujours en tête que le meilleur des pièges ne servira à rien s.il est placé au mauvais endroit. En effet, les animaux se nourrissent, s.abreuvent et se reposent à des endroits précis, qui sont reliés entre eux par des pistes. Pour être efficaces, les pièges et les collets doivent être déposés près de ces endroits.
33. Pour un fugitif placé dans un environnement hostile, il est particulièrement important de bien camoufler les pièges et les collets. Il est également primordial de ne pas créer de perturbation qui alarmerait l.animal et l.éloignerait du piège. Aussi, si vous devez creuser, ne laissez pas de terre fraîche près du piège. La plupart des animaux évitent instinctivement les pièges de type « fosse ». Par ailleurs, préparez les diverses parties du piège loin de l.endroit où vous désirez le placer, puis transportez et assemblez le tout sur place. Ainsi, vous ne perturberez pas la végétation, ce qui aurait pour effet d.alerter la proie. Ne fabriquez pas de pièges à l.aide de végétaux fraîchement coupés, car la sève va couler et dégager une odeur que les proies percevront comme un signal d.alarme.
34. Il est essentiel de faire disparaître ou de masquer l'odeur humaine sur vos pièges et aux alentours. Les oiseaux ne possèdent pas un odorat très développé, mais, pour la plupart des mammifères, l.odorat est beaucoup plus important que la vue. Ainsi, une infime trace d.odeur humaine sur un piège est suffisante pour alarmer et éloigner une proie. Une odeur est difficile à faire disparaître, mais plutôt facile à masquer. Pour ce faire, utilisez l.urine ou la bile des animaux tués précédemment (mais pas l.urine humaine) ou encore la boue provenant, de préférence, d.endroits où abonde la végétation en décomposition. Enduisez vos mains de boue lorsque vous manipulez le piège; au moment de le tendre, recouvrez-le aussi de boue. De plus, dans presque toutes les parties du monde, les animaux reconnaissent l.odeur de la végétation brûlée et de la fumée; cependant, ils ne s.alarment que lorsqu.un feu est actif. La fumée constitue par conséquent un excellent moyen de masquer votre odeur. Si les techniques décrites précédemment sont inapplicables et que le temps vous le permet, laissez le piège exposé aux intempéries pendant quelques jours avant de l.installer. Ne le touchez pas pendant ce temps. Enfin, lorsque vous mettez un piège en place, camouflez-le le plus naturellement possible, afin d.éviter d.alarmer la proie et pour ne pas être repéré par l.ennemi.
35. Dans le cas des pièges et des collets posés sur une piste ou une trace, il est recommandé de resserrer le passage qui mène au piège. Construisez, à partir des côtés, des barrières qui rétréciront la piste en formant une sorte d.entonnoir, la partie la plus étroite étant la plus près du piège. Il est essentiel que ce resserrement artificiel passe inaperçu afin de ne pas alerter la proie. Lorsque l.animal approche du piège, il ne peut donc tourner ni à droite, ni à gauche; la majorité des animaux sauvages préféreront suivre le chemin plutôt que de reculer. Il ne s.agit pas nécessairement de constituer un obstacle infranchissable; il suffit que l.animal ait de la difficulté à passer par-dessus. Idéalement, les barrières doivent rétrécir la piste jusqu.à ce qu.elle soit à peine plus large que le corps de l.animal visé. Maintenez cette largeur sur une longueur équivalant au moins à celle de l.animal, et commencez ensuite à élargir jusqu.à l.entrée de l.entonnoir.
LES APPÂTS
36. Vos chances d.attraper un animal sont meilleures si vous munissez votre piège ou collet d.un appât. Pour pêcher du poisson, vous devez amorcer à peu près tous vos agrès. Avec un piège sans appât, c.est l.emplacement qui détermine l.efficacité, tandis qu.un piège appâté attire les animaux vers lui. L.appât doit être une substance connue de l.animal, mais qui n.est tout de même pas trop facile à trouver dans les environs. Par exemple, appâter un piège à l.aide de grains de maïs au beau milieu d.un champ de maïs ne serait pas très judicieux. Par contre, si le maïs ne pousse pas du tout dans les environs, l.appât intriguera l.animal; il hésitera, et finira peut-être par éviter le piège. Les petits mammifères sont en général friands du beurre d.arachides provenant d.une ration individuelle, et le sel constitue également un appât de choix. Dans ce cas, éparpillez des miettes de l.appât autour du piège afin de permettre à l.animal d.y prendre goût. Il abandonnera alors un peu de sa prudence et se dirigera vers l.appât.
37. Si vous installez un piège et qu.un animal non ciblé vole l.appât sans être pris, essayez de déterminer de quel animal il s.agissait. Avec le même appât, fabriquez alors un piège adapté à cet animal.
FABRICATION DE PIÈGES ET DE COLLETS
38. Les pièges et les collets peuvent assommer, étrangler, pendre ou entraver les animaux; un piège ou un collet simple réunit habituellement au moins deux de ces possibilités. Généralement, le mécanisme du piège est très simple : il utilise la force de la pesanteur, d.un petit arbre recourbé maintenu en extension ou de la victime elle-même, lorsqu.elle se débat.
NOTE
Votre première prise vous donnera confiance en vos moyens, en plus de vous fournir du matériau pour d.autres pièges.
39. L.élément clé de tout piège ou collet est son déclencheur. Avant de fabriquer un piège ou un collet, demandez-vous comment il affectera la proie, d.où il tirera sa force et quel déclencheur s.avérerait le plus efficace. Les réponses à ces questions vous permettront de fabriquer un piège bien adapté à chaque espèce. Par ailleurs, les pièges sont conçus soit pour attraper et retenir, soit pour attraper et tuer; les collets sont des pièges où un n.ud coulant accomplit l.une ou l.autre de ces fonctions.
Collet simple
40. Un collet simple (figure 8-5) est composé d.un n.ud coulant placé au-dessus d.une piste ou d.un trou et attaché à un poteau solidement planté dans le sol. Si le n.ud coulant est fait de corde et suspendu à la verticale au-dessus d.une piste, utilisez des brindilles ou des brins d.herbe pour le tenir ouvert, ou encore des fils d.araignée, qui donnent d.excellents résultats. De plus, assurez-vous que le collet est assez grand pour passer aisément autour du cou de l.animal. Lorsque l.animal avance, le noeud se resserre; plus l.animal se débat, plus le noeud se serre. Toutefois, ce type de collet ne tue généralement pas l.animal. Enfin, si vous utilisez de la corde, elle peut se desserrer et glisser du cou de la proie; pour un collet simple, le fil métallique constitue donc le meilleur choix.
1-copie-2.jpg
 
Figure 8-5 : Collet simple
Collet pendu
41. Au-dessus d.une piste d.animal, utilisez un collet pendu (figure 8-6). Plantez d.abord de chaque côté de la piste un piquet fourchu qui servira d.appui à une robuste perche transversale. Fixez le collet à cette perche, de manière qu.il soit suspendu à une certaine hauteur au-dessus de la tête de l.animal (les collets conçus pour prendre par la tête doivent toujours être suffisamment hauts pour que l.animal ne puisse pas y passer une patte). À mesure que le noeud se resserre autour du cou de l.animal, ce dernier tire sur la perche, qui se détache alors des piquets. Traînée par la proie, celle-ci ne tardera pas à s.empêtrer dans la végétation avoisinante, retenant ainsi l.animal.
1-copie-3.jpg
Figure 8-6 : Collet pendu
Détente
42. Un petit arbre souple, une fois recourbé et relié à un mécanisme de déclenchement, peut jouer le rôle de détente et permettre à une grande variété de collets de fonctionner. Choisissez, le long de la piste, un petit feuillu. La détente fonctionnera plus rapidement et avec plus de force si vous ébranchez et effeuillez votre arbre.
Collet à détente
43. Pour fabriquer un collet à détente simple, il vous faut deux piquets fourchus possédant chacun une branche longue et une branche courte (figure 8-7). Recourbez d.abord l.arbre servant de détente et marquez la piste à l.endroit où il touche le sol. À cet emplacement, enfoncez fermement la branche longue de l.un des piquets, en vous assurant que la face de coupe de sa branche courte est bien parallèle au sol. À l.aide d.une corde, attachez la branche longue du second piquet à l.arbre. Taillez sa branche courte de telle sorte qu.elle puisse s.insérer sous la branche courte de l.autre bâton. Suspendez ensuite un collet au-dessus de la piste. Pour tendre le piège, recourbez l.arbre et engagez les deux branches courtes l.une par-dessus l.autre. Lorsqu.un animal se prend la tête dans le collet, il tire et sépare les deux piquets, ce qui permet à l.arbre de se déplier et de soulever la proie.
1-copie-4.jpg
 
Figure 8-7 : Collet à détente
Piège à écureuil
44. Un piège à écureuil est construit à l.aide d.une longue perche placée contre un arbre, dans un endroit où passent de nombreux écureuils (figure 8-8). Placez plusieurs collets, sur le dessus, en-dessous et sur les côtés, afin que tout écureuil qui monte ou descend passe par au moins un d.entre eux. Installez les collets (qui doivent avoir un diamètre de 5 à 6 cm) à environ 2,5 cm audessus de la perche; assurez-vous également que les collets supérieur et inférieur sont situés à 45 cm des extrémités de la perche, pour que l.écureuil ne puisse pas prendre appui sur une surface solide, car il grugerait le collet. Comme les écureuils sont curieux de nature, ils tenteront, après une période initiale de prudence, de monter ou de descendre la perche et se prendront dans un collet. L.animal pris au piège se débattra avant de tomber de la perche et de
NOTE
N.utilisez pas de bois vert pour fabriquer le déclencheur. La sève qui en suintepourrait en effet coller les deux piquets ensemble.
s.étrangler. D.autres écureuils arriveront peu de temps après; il est donc possible d.en attraper plusieurs en peu de temps. Pour augmenter le nombre de vos prises, installez plus d.une perche.
1-copie-5.jpg
Figure 8-8 : Piège à écureuil
Piège à oiseaux ojibwa
45. Un piège à oiseaux ojibwa est un type de collet utilisé par les Amérindiens depuis des siècles. Pour être efficace, il doit être installé dans un endroit relativement ouvert, éloigné des arbres de grande taille. Afin d.obtenir de meilleurs résultats, choisissez un emplacement situé près d.une aire d.alimentation, d.un point d.eau ou d.un endroit où les oiseaux prennent un bain de poussière. Coupez d.abord une perche d.environ 2 m de longueur; effeuillez-la et ébranchezla. N.utilisez pas d.arbres résineux (le pin, par exemple). Taillez l.extrémité supérieure en pointe, et percez un petit trou à une distance de 5 à 7,5 cm du haut de la perche. Coupez ensuite un petit bâton de 10 à 15 cm de longueur et taillez une de ses extrémités de façon à pouvoir l.engager dans le trou; ce sera le perchoir. Plantez la grande perche dans le sol, l.extrémité en pointe devant évidemment se trouver en haut. Attachez un petit lest (environ du poids de l.oiseau visé) à une corde. Passez l.extrémité libre de la corde à travers le trou, puis faites-y un noeud coulant que vous placerez sur le perchoir. Faites enfin un n.ud simple dans la corde et placez le perchoir contre le trou. Laissez la corde glisser jusqu.à ce que le noeud simple touche la perche et l.extrémité du perchoir. La tension du n.ud simple contre la perche et le perchoir retiendra ce dernier en position. Étendez le collet sur le perchoir, en veillant à ce qu.il pende des deux côtés. Comme la plupart des oiseaux préfèrent s.installer sur un objet surélevé, ils se poseront naturellement sur le perchoir. Aussitôt que l.oiseau se pose, le perchoir tombe et libère le noeud simple, le poids descend et le collet se resserre autour des pattes de l.oiseau. Toutefois, si le poids est trop lourd, le fil peut couper net les pattes, et l.oiseau s.enfuira. Vous trouverez à la figure 8-9 une autre version du piège ojibwa, qui utilise une baguette au lieu d.un poids.
1-copie-6.jpg
Figure 8-9 : Piège à oiseaux ojibwa
un autre piége en vidéo (indien)
Collet au bout d.une perche
46. Le collet au bout d.une perche est efficace pour capturer des oiseaux au repos ou de petits mammifères (figure 8-10). Se rapprochant plus de l.arme que du piège, ce dispositif demande beaucoup de patience. Il est formé d.une perche (la plus longue possible, mais vous devez être en mesure de la manier facilement) dont la plus petite extrémité est équipée d.un noeud coulant fait de fil métallique ou de corde rigide. Pour attraper un oiseau perché, glissez simplement le collet à son cou et resserrez-le. Il est aussi possible de placer le collet au-dessus d.un trou d.animal; dans ce cas, cachez-vous à proximité et, lorsque l.animal sort du trou, tirez rapidement la perche pour resserrer le collet. Gardez un bâton solide à portée de la main pour tuer la proie.
1-copie-7.jpg
Figure 8-10 : Collet au bout d.une perche
Piège à ressort
47. Utilisez un piège à ressort sur une piste, pour attraper du petit gibier (figure 8-11). Creusez d.abord un trou peu profond au milieu de la piste, puis plantez un bâton fourchu (la fourche pointant vers le bas) à chacune des deux extrémités du trou, mais du même côté de la piste. Choisissez ensuite deux perches, les plus droites possible, dont la longueur équivaut au moins à la distance entre les deux fourches. Placez ces deux perches de telle sorte que leurs extrémités s.appuient contre les bâtons fourchus. Disposez quelques bâtons au-dessus du trou, une extrémité reposant sur la perche horizontale inférieure, et l.extrémité opposée, sur le sol, de l.autre côté du trou. Recouvrez le trou avec suffisamment de bâtons pour que la proie marche sur au moins un d.entre eux et déclenche le piège. Attachez ensuite une corde à un arbre pouvant servir de détente ou à un poids qui sera suspendu sur une grosse branche. Recourbez la détente ou faites monter le poids pour déterminer où nouer la corde au déclencheur, un bâton de 10 cm. Faites un n.ud coulant à l.autre extrémité de la corde, puis étendez ce collet sur les bâtons qui recouvrent le trou. Appuyez le déclencheur contre les perches horizontales, en faisant passer la corde derrière celles-ci afin que la tension de l.arbre ou du poids les maintienne en place. La perche horizontale inférieure doit être le plus près possible du bas du déclencheur. Lorsque l.animal marche sur un des bâtons situés au-dessus du trou, la perche horizontale inférieure descend, libérant le déclencheur et permettant au collet de prendre l.animal par les pattes. À cause des perturbations que ce piège provoque sur la piste, les animaux se méfieront; vous devriez donc resserrer le passage qui mène au piège.
Assommoir avec détente en forme de quatre
48. L.assommoir avec détente en forme de quatre est conçu pour écraser un animal en faisant tomber un poids sur lui (figure 8-12). Vous pouvez utiliser différents types de poids, mais celui-ci doit être assez lourd pour tuer ou immobiliser immédiatement la proie. Ce piège est fabriqué à l.aide de trois bâtons encochés, qui permettent de former le chiffre quatre lorsqu.ils sont sous tension. Exercez-vous à fabriquer ce déclencheur à l.avance; le jeu entre les pièces doit être minime, et les angles doivent être précis.
Assommoir paiute
49. L.assommoir paiute ressemble beaucoup à l.assommoir en forme de quatre; toutefois, il est plus facile à tendre et nécessite un bout de corde et un bâton-loquet (figure 8-13). Attachez tout d.abord une corde à l.extrémité inférieure du bâton oblique, puis attachez l.autre bout de la corde à un bâton d.environ 5 cm de longueur (le bâton-loquet). Faites ensuite un demi-tour de corde autour du bâton vertical, le bâton-loquet se trouvant perpendiculaire à celui-ci. Installez enfin le bâton appâté, une de ses extrémités reposant contre le poids ou un piquet enfoncé dans le sol, et l.autre extrémité contre le bâton-loquet. Lorsqu.une proie fait bouger le bâton appâté, il tombe et n.exerce plus de pression sur le bâton-loquet. Le bâton oblique, libéré, remonte, ce qui permet au poids de tomber et d.écraser la proie.
1-copie-8.jpg
Figure 8-11 : Piège à ressort
1-copie-9.jpg
Figure 8-12 : Assommoir avec détente en forme de quatre
Piège à arc
50. Le piège à arc est l.un des pièges les plus dangereux, à la fois pour l.animal et l.être humain (figure 8-14). Pour fabriquer ce piège, construisez un arc et posez-le sur des bâtons plantés dans le sol. Ajustez alors la ligne de visée. Attachez ensuite un bâton basculant à un bâton de déclenchement, lui-même soutenu par deux bâtons verticaux plantés dans le sol. Le bâton basculant, quant à lui, tient la corde de l.arc tendue. Placez ensuite un bâton-loquet entre le bâton basculant et un autre bâton planté dans le sol. Au bâton-loquet, attachez un fil-piège, que vous dirigerez autour d.un certain nombre de piquets jusqu.à atteindre l.autre côté de la piste, où vous le fixerez (comme à la figure 8-14). Ainsi, lorsque la proie trébuche sur le fil piège, l.arc lance une flèche. Une encoche dans l.arc permet de bien diriger la flèche.
MISE EN GARDE
Ce piège peut causer la mort. Approchez-vous-en avec prudence, et toujours par derrière.
1-copie-10.jpg
Figure 8-13 : Assommoir paiute
1-copie-11.jpg
Figure 8-14 : Piège à arc
Piège à ressort et à javeline
51. Pour fabriquer le piège à ressort et à javeline, choisissez d.abord une perche solide mais souple d.environ 2,5 m de longueur (figure 8-15). À sa plus petite extrémité, attachez quelques petits piquets pointus; vous aurez ainsi une javeline. Fixez l.autre extrémité de la perche à un arbre situé le long d.une piste. À l.aide d.une corde, reliez une perche plantée dans le sol de l.autre côté de la piste (ou un autre arbre) à un petit bâton lisse et solide. Tendez ensuite, entre le bas de l.arbre et un bâton-loquet, un fil-piège couvrant toute la largeur de la piste. Faites une bague avec des lianes ou tout autre matériel utilisable, puis glissez-y le bâton-loquet (relié au fil piège), ainsi que le petit bâton lisse. Prenez un autre bâton lisse plus grand; engagez l.une de ses extrémités dans la bague et placez son autre extrémité contre la perche verticale. Tirez l.extrémité de la javeline pour la placer entre la petite corde et les bâtons lisses. Lorsque l.animal trébuche sur le fil-piège, le bâton-loquet entraîne la bague, libérant les bâtons lisses. La javeline se détend et empale la proie contre l.arbre.
1-copie-12.jpg
Figure 8-15 : Piège à ressort et à javeline
Piège en forme de bouteille
52. Le piège en forme de bouteille est un piège simple conçu pour attraper des souris et des campagnols (figure 8-16). Creusez tout d.abord un trou de 30 à 45 cm de profondeur, au fond plus large que l.ouverture; cette dernière doit être la plus étroite possible. Placez ensuite au-
MISE EN GARDE
Ce piège peut causer la mort. Approchez-vous-en avec prudence, et toujours par derrière.
dessus du trou un morceau d.écorce ou de bois maintenu par de petites pierres à une hauteur d.environ 2,5 à 5 cm du sol. Les souris et les campagnols chercheront à s.y cacher pour échapper à des dangers potentiels et tomberont dans le trou. La forme du trou, en pente inversée, fera en sorte qu.ils ne pourront pas grimper pour s.échapper. Par ailleurs, soyez prudent lorsque vous vérifiez ce piège, car il fournit une excellente cachette aux serpents.
1-copie-13.jpg
Figure 8-16 : Piège en forme de bouteille
Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans divers pieges de suvie
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 10:03
Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans divers pieges de suvie