Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 21:56

SECTION 3

LA CHASSE

53. Pour vous aider à survivre, il est possible de fabriquer différentes armes permettant de tuer du petit gibier. Parmi celles-ci, mentionnons le bâton, le harpon, l.arc et la flèche et le lance-pierres.

BÂTON OU BOOMERANG

54. Un solide bâton incurvé de la longueur de votre bras (du bout des doigts à l.épaule) constitue l.un des outils les plus simples et efficaces pour tuer une proie. Vous pouvez le lancer soit par en dessus, soit de côté, et avec une force considérable. Il est très efficace contre les petits animaux qui, en guise de défense, s.arrêtent et demeurent figés.

HARPON

55. Vous pouvez fabriquer un harpon pour tuer de petits animaux ou pour pêcher. Vous devez planter le harpon dans l.animal, et non le lancer. Voir plus loin la section concernant la pêche au harpon.

ARC ET FLÈCHES

56. Plusieurs heures de travail sont nécessaires pour fabriquer un arc de qualité, mais vous pouvez construire facilement un arc d.appoint tout à fait adéquat. Il vous suffira de le remplacer lorsqu.il se brisera ou perdra sa flexibilité. Choisissez en premier lieu une perche de bois franc d.environ 1 m de longueur ne comportant ni n.uds, ni branches. Taillez ensuite sa plus grosse extrémité jusqu.à ce qu.elle soit de la même grosseur que l.autre. En observant attentivement, vous trouverez la courbure naturelle du bois. Taillez toujours du côté qui vous fait face, sans quoi l.arc se brisera dès que vous le tendrez. Le bois sec, mort, est préférable au bois vert. Pour augmenter la force de l.arc, attachez un second arc face au premier (de manière à former un « X » lorsqu.on regarde de côté). Reliez les extrémités des arcs avec de la corde; n.installez la corde d.arc que sur l.un des deux arcs.

57. Pour les flèches, choisissez des bâtons secs et droits, d.une longueur équivalant environ à la moitié de celle de l.arc; écorcez-les. Vous devrez probablement redresser les bâtons; pour ce faire, faites-les chauffer sur la braise, sans leur laisser le temps de roussir. Tenez-les ensuite droits jusqu.à ce qu.ils refroidissent.

58. Pour fabriquer les pointes des flèches, utilisez des os, des pierres ou des morceaux de verre ou de métal. Il est également possible de tailler en pointe l.extrémité du bâton et de la faire durcir sur la braise, en veillant à ce qu.elle ne roussisse pas.

59. Faites sur le talon des flèches une encoche où passer la corde de l.arc; taillez ou limez le bois, mais ne le fendez pas. L.empennage (le fait de garnir de plumes l.extrémité encochée de la flèche) améliore le vol des flèches, mais n.est pas absolument nécessaire.

FRONDE

60. Pour confectionner une fronde (lance-pierres), prenez deux bouts de corde d.environ 60 cm de longueur, que vous attacherez à deux extrémités opposées d.une pièce de cuir ou de tissu de la taille de votre paume. Placez une pierre au milieu de la pièce de tissu et enroulez une des deux cordes autour de votre majeur; tenez l.extrémité de cette corde dans le creux de votre main, et l.autre corde entre le pouce et l.index. Pour lancer la pierre, faites tourner la fronde plusieurs fois et relâchez la corde que vous teniez entre le pouce et l.index. Exercez-vous afin d.améliorer votre tir. La fronde est très efficace contre le petit gibier.

SECTION 4

LA PÊCHE

61. En situation de survie, il est possible de pêcher en fabriquant vos propres hameçons, filets et pièges, ainsi qu.en utilisant diverses méthodes.

HAMEÇONS DE FORTUNE

62. Des épingles, des aiguilles, du fil métallique, des petits clous ou toute pièce de métal peuvent constituer de bons hameçons. Vous pouvez également utiliser du bois, des os, des coquilles de noix de coco, des épines, du silex ou des écailles de tortue. Toute combinaison de ces matériaux est également possible (figure 8-17).

1-copie-14.jpg

Figure 8-17 : Hameçons de fortune

63. Pour fabriquer un hameçon à hampe de bois, coupez d.abord un morceau de bois d.environ 2,5 cm de longueur et 6 mm de diamètre. Faites ensuite une encoche dans l.une de ses extrémités et placez-y la pointe (morceau d.os, fil métallique, clou), en prenant soin de bien l.attacher pour éviter qu.elle ne bouge. Cet hameçon est relativement gros; utilisez des pièces de dimension réduite pour en fabriquer un plus petit.

64. Un hameçon droit est un petit bâton de bois, d.os, de métal, etc. Il est effilé à ses deux extrémités et porte, au centre, une encoche dans laquelle vous attachez une corde. Placez un appât sur toute la longueur de l.hameçon, de telle sorte que, lorsque le poisson avalera l.appât, il avalera également l.hameçon.

LIGNES DE FOND

65. Il est possible d.utiliser les lignes de fond dans un environnement hostile (figure 8-18). Plantez d.abord deux perches souples dans le fond d.un lac, d.un étang ou d.un ruisseau, leur extrémité supérieure devant demeurer sous la surface de l.eau. Reliez-les ensuite à l.aide d.une corde (cette dernière doit rester sous la surface). À cette corde, attachez deux fils courts munis d.hameçons courbes ou d.hameçons droits. Assurez-vous que les fils ne pourront pas s.enrouler l.un autour de l.autre ou autour des deux perches, ni glisser le long de la corde. Appâtez les hameçons.

1-copie-15.jpg

Figure 8-18 : Lignes de fond

FILET MAILLANT

66. Si vous n.avez pas de filet maillant, vous pouvez en fabriquer un avec des suspentes de parachute ou avec du matériel semblable (figure 8-19). Extrayez d.abord l.âme (corde intérieure) de la suspente et attachez un morceau de l.enveloppe (qu.on appellera ici suspente) entre deux arbres. Installez ensuite des morceaux de corde sur la suspente avec des noeuds de Prusik ou des noeuds en tête d.alouette. Le nombre de cordes nécessaires et l.espace qui les sépare sont déterminés par la longueur de filet et la grosseur de mailles que vous désirez. À partir de l.une des extrémités de la suspente, attachez ensemble, avec un noeud simple, les deuxième et troisième cordes. Attachez ensuite la quatrième corde avec la cinquième, puis la sixième avec la septième, et ainsi de suite jusqu.à ce qu.il ne reste qu.une seule corde. Toutes les cordes devraient alors être nouées deux à deux, sauf la première et la dernière. Commencez la seconde rangée en attachant la première corde à la seconde, puis la troisième à la quatrième, etc.

67. Pour former des rangées et des mailles égales, posez entre les deux arbres une ficelle qui vous servira de guide. Travaillez d.un côté du filet et tendez la ficelle de l.autre; descendez celle-ci chaque fois que vous complétez une rangée. Dans chaque nouvelle rangée, attachez ensemble des cordes provenant de deux paires adjacentes. Continuez jusqu.à ce que le filet ait la longueur désirée. Faites passer une autre suspente dans le bas du filet afin de le renforcer. Installez le filet maillant comme à la figure 8-20.

1-copie-16.jpg

Figure 8-19 : Fabrication d.un filet maillant

1-copie-17.jpg

Figure 8-20 : Installation d.un filet maillant dans un cours d.eau

PIÈGES À POISSONS

68. Il existe différentes méthodes pour piéger le poisson (figure 8-21), parmi lesquelles la nasse. Pour fabriquer une nasse, attachez plusieurs perches avec de la liane de manière à former une sorte  .entonnoir à une extrémité. Refermez l.autre extrémité; le trou doit être suffisamment grand pour permettre au poisson de pénétrer dans la nasse.

1-copie-18.jpg

Figure 8-21 : Pièges à poissons

69. Il est également possible de piéger le poisson d.eau salée, puisque les bancs s.approchent régulièrement du rivage à marée montante et se déplacent souvent parallèlement au littoral. Choisissez l.emplacement de votre piège lorsque la marée est haute, et mettez-le en place à marée basse; vous pouvez construire différents types de parcs pour retenir le poisson, soit à l.aide de pierres, soit à l.aide de pieux de bois plantés dans le sol (comme à la figure 8-21). Sur les rivages rocheux, tirez parti des cuvettes naturelles; sur les îles coralliennes, bloquez, lorsque la mer se retire, les entrées des cuvettes naturelles situées au sommet des récifs; sur les côtes sablonneuses, utilisez les canaux formés par les barres de sable.

PÊCHE AU HARPON

70. Il est possible de pratiquer la pêche au harpon en eau peu profonde (environ de la hauteur de votre taille), si le poisson est gros et abondant. Pour fabriquer un harpon, coupez d.abord un petit arbre long et droit (figure 8-22). Taillez l.une de ses extrémités en pointe ou attachez-y un couteau, ou encore un morceau d.os pointu ou de métal aiguisé. Vous pouvez également fendre la perche en deux sur une longueur de quelques centimètres à une extrémité; insérez dans la fente un morceau de bois qui servira d.écarteur, puis taillez en pointe les deux moitiés de perche. Pour pêcher, placez-vous aux endroits où les poissons se rassemblent ou passent habituellement. Mettez la pointe du harpon dans l.eau et déplacez-la doucement vers le poisson; puis, d.un geste vif, empalez-le sur le fond de l.eau. Ne tentez pas de remonter le poisson à la surface avec le harpon; le poisson risque de glisser, et vous le perdrez. Tenez plutôt le harpon d.une main et prenez le poisson avec l.autre. Ne lancez jamais le harpon, tout particulièrement si vous l.avez armé d.un couteau; vous ne pouvez en effet vous permettre de perdre un couteau en situation de survie. Attention aux effets trompeurs de la réfraction de la lumière lorsque vous regardez un objet submergé.

1-copie-19.jpg

Figure 8-22 : Pointes de harpon

PÊCHE À LA MACHETTE

71. La nuit, aux endroits où abondent les poissons, utilisez une source de lumière pour les attirer et assommez-les ensuite à l.aide d.une machette ou d.un outil semblable. Pour ce faire, utilisez le dos de la lame, et non pas son côté tranchant, afin de ne pas couper les poissons en deux et de perdre par le fait même de précieux morceaux.

POISON

72. Le poison constitue un excellent moyen d.attraper rapidement de nombreux poissons; il vous permet également de demeurer caché pendant qu.il agit. Assurez-vous toutefois de ramasser tous les poissons que vous aurez ainsi tués, car un grand nombre de poissons morts descendant un cours d.eau pourraient éveiller des soupçons. Certaines plantes des régions chaudes contiennent de la roténone; cette substance tue ou paralyse les animaux à sang froid, mais ne présente aucun danger pour vous lorsque vous les mangez. Les étangs ou les sources des ruisseaux poissonneux sont les meilleurs endroits pour utiliser de la roténone ou des plantes produisant de la roténone. Le poisson intoxiqué remonte de lui-même à la surface. La roténone agit rapidement lorsque la température de l.eau est égale ou supérieure à 21 oC (70 oF). Elle agit lentement lorsque la température de l.eau se situe entre 10 et 21 oC (50 à 70 oF) et est inefficace lorsque cette température est inférieure à 10 oC (50 oF). Voici des plantes ou des substances qui vous permettront, en suivant les consignes données ci-dessous, de tuer ou de paralyser des poissons.

a. Anamirta cocculus (figure 8-23). Cet arbuste grimpant pousse dans le sud de l.Asie et dans les îles du Pacifique Sud. Broyez ses graines, qui ont la forme d.un haricot, puis jetez-les dans l.eau.

anamirta_cocculus.jpg

b. Croton tiglium (figure 8-23). Cet arbuste pousse sur les terres en friche des îles du Pacifique Sud. Son fruit porte trois graines, chacune dans une capsule séparée. Broyez les graines, puis jetez-les dans l.eau.

Croton_tiglium_Blanco2_383-cropped.jpg

c. Barringtonia (figure 8-23). Ces grands arbres poussent près de la mer, en Malaisie et dans certaines régions de la Polynésie. Ils portent un fruit monosperme charnu. Broyez des graines et des morceaux d.écorce, puis jetez le tout dans l.eau.

Barringtonia1.jpg

d. Derris eliptica (figure 8-23). Cet arbuste grimpant est la principale source de roténone industrielle. Broyez les racines jusqu.à l.obtention d.une poudre que vous mélangerez avec de l.eau. Jetez ensuite une grande quantité de cette solution dans l.eau.

Starr_010425-0043_Derris_elliptica.jpg

e. Duboisia (figure 8-23). Cet arbuste, qui pousse en Australie, porte des grappes de fleurs blanches et des fruits ressemblant à des baies. Broyez la plante, puis jetezla dans l.eau.

250px-Koeh-055.jpg

 

1-copie-20.jpg

attention, verifiez avec google image pour avoir une image probante

Figure 8-23 : Plantes vénéneuses

f. Tephrosia (figure 8-23). Ces petits arbustes, qui portent des cosses en forme de haricot, poussent partout sous les tropiques. Broyez les feuilles et les tiges, puis jetez le tout dans l.eau.

g. Chaux. Vous pouvez vous procurer de la chaux dans le commerce ou dans les régions agricoles où l.on en utilise de grandes quantités. Sinon, il est possible d.en produire en faisant brûler du corail ou des coquillages. Jetez ensuite la chaux dans l.eau.

h. Écales de noix. Broyez les écales vertes des noix du noyer cendré ou du noyer noir. Jetez-les dans l.eau.

Partager cet article

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Chasse - pêche - élevage