Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 07:22

SECTION 2

TYPES D’ABRIS

9. Cherchez un site en fonction du type d’abri ou de protection dont vous avez besoin.

Posez-vous aussi les questions suivantes :

a. Combien de temps et d’effort faut-il pour le construire?

b. Cet abri me protégera-t-il adéquatement des éléments (soleil, vent, pluie, neige)?

c. Ai-je les outils nécessaires pour le construire? Sinon, puis-je utiliser des outils

improvisés?

d. Ai-je le type et la quantité de matériaux nécessaires pour le construire?

10. Pour répondre à ces questions, vous devez savoir comment construire divers types d’abris

et quels matériaux sont nécessaires pour leur construction.

ABRI « PONCHO » EN APPENTIS

11. La construction de cet abri en appentis ne demande que peu de temps et de matériel (figure 5-1). Il vous faut un poncho, 2 à 3 m de corde ou de suspentes de parachute, trois piquets d’environ 30 cm de longueur et deux arbres (ou deux perches) écartés de 2 à 3 m. Avant de choisir les arbres ou l’emplacement des perches, vérifiez la direction du vent et assurez-vous que votre abri en appentis sera bâti dos au vent.

12. Pour construire un abri en appentis :

a. Escamotage du capuchon du poncho : serrez le lacet, roulez le capuchon dans le sens de la longueur, pliez le rouleau en trois et attachez-le avec le lacet de serrage.

b. Coupez la corde en deux et attachez la première moitié à l’.illet du coin d’un côté du poncho, et l’autre moitié à l’.illet du coin opposé.

c. Attachez à chaque corde, à environ 2,5 cm de l’.illet, un bâton pour l’égouttement de l’eau (d’environ 10 cm) qui empêchera la pluie de couler le long des cordes, puis dans l’abri. Attachez des bouts de ficelle (d’environ 10 cm de longueur) à chacun des .illets du rebord supérieur du poncho. Ainsi, l’eau s’écoulera le long de ces cordelettes au lieu de dégoutter dans l’abri.

d. Attachez les cordes à des arbres voisins (qui servent de montants), à peu près à la hauteur de la taille. Faites un noeud à détachement rapide avec un tour mort et deux demi-clefs.

e. Déployez le poncho et arrimez-le au sol à l’aide des piquets bien aiguisés, plantés dans le sol à travers les .œillets.

13. Si vous devez utiliser votre abri en appentis pendant plus d’une nuit, ou si vous croyez qu’il va pleuvoir, relevez le centre de l’abri en tendant une corde, dont une extrémité est attachée au capuchon du poncho et l’autre, à une branche au-dessus.

14. Vous pouvez aussi dresser un bâton sous le centre de l’abri, mais cette méthode limite l’espace de manoeuvre dans l’abri.

15. Pour une meilleure protection contre le vent et la pluie, placez des branches feuillues,votre sac à dos ou tout autre équipement approprié sur les côtés de l’abri.

16. Pour réduire les pertes de chaleur au contact du sol, recouvrez le fond de l’abri d’un isolant, par exemple des feuilles ou des aiguilles de pin.

17. Pour mieux vous cacher de l’ennemi, vous pouvez apporter deux modifications qui réduisent la visibilité de votre abri. Attachez d’abord les cordes aux arbres à la hauteur du genou plutôt qu’à celle de la taille. Ensuite, placez deux bâtons de la hauteur du genou dans les deux œillets du centre, sur les côtés de l’abri. Rabattez le poncho vers le bas et fixez-le au sol à l’aide de piquets bien aiguisés, comme ci-dessus.

NOTE

Au repos, vous pouvez perdre jusqu’à 80 pour cent de votre chaleur corporelle au contact du sol.

1-copie-7

 

Figure 5-1 : Abri « poncho » en appentis

Poncho06.jpg 

TENTE « PONCHO »

18. Cette tente à profil bas (figure 5-2) vous protège des éléments de deux côtés. Cependant, son espace utile et l’ouverture pour l’observation sont plus petits que dans l’abri en appentis, ce qui vous rend plus vulnérable en cas de détection par les ennemis. Pour monter cette tente, il vous faut un poncho, deux cordes de 1,5 à 2,5 m, six piquets bien aiguisés d’environ 30 cm de longueur et deux arbres éloignés de 2 à 3 m.

19. Montage de la tente :

a. Attachez le capuchon du poncho comme pour l’abri en appentis.

b. Attachez une corde de 1,5 à 2,5 m à l’.illet du centre, de chaque côté du poncho.

c. Attachez les autres bouts de ces cordes à deux arbres éloignés de 2 à 3 m, à peu près à la hauteur du genou, et tendez le poncho.

d. Étirez l’un des côtés du poncho et fixez-le au sol en plantant des piquets bien aiguisés à travers les .œillets.

e. Répétez la dernière étape pour l’autre côté.

20. Pour relever le milieu du toit, utilisez les mêmes méthodes que pour l’abri en appentis. Une autre méthode consiste à dresser un cadre triangulaire à l’extérieur, au-dessus du centre de la

tente (figure 5-3). Construisez-le avec deux bâtons de 90 à 120 cm de longueur, dont l’un a une extrémité fourchue. Attachez le lacet de serrage du capuchon au cadre de façon à soutenir le centre de la tente.

1-copie-8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 5-2 : Tente « poncho » à toit retenu par une branche

Poncho10.jpg

 

F« PARATIPI » À TROIS PERCHES

21. Si vous avez un parachute et trois perches et si la situation tactique le permet, construisez un paratipi. La construction de cet abri est facile et très rapide. Il vous protège des éléments et il peut servir à signaler votre présence en augmentant la visibilité d’une petite source lumineuse, par exemple un feu ou une chandelle. Cet abri est assez grand pour plusieurs personnes et leur équipement, et il peut servir pour s’abriter la nuit, ainsi que pour faire la cuisine et pour stocker du bois de chauffage.

22. Vous pouvez bâtir ce tipi avec la voilure, complète ou non, d’un parachute standard ou de secours. Avec un parachute standard, il vous faut trois perches de 3,5 à 4,5 m de longueur et d’environ 5 cm de diamètre.

23. Pour construire ce tipi (figure 5-4) : a. Disposez les perches parallèlement sur le sol et liez-les ensemble par une extrémité.

b. Dressez l’ensemble et écartez les perches de manière à former un trépied.

1-copie-9.jpg

 

Figure 5-3 : Tente « poncho » à cadre triangulaire

c. Pour renforcer la structure, ajoutez 5 ou 6 perches supplémentaires, sans les lier au trépied.

d. Déterminez la direction moyenne du vent et placez l’entrée à au moins 90 degrés par rapport à cette direction.

e. Étalez le parachute (plié en deux) derrière la structure et trouvez la drisse de l’extracteur située sur la partie supérieure (cheminée) de la voilure.

f. Accrochez la boucle de la drisse de l’extracteur à une extrémité d’une perche libre, et dressez cette perche contre le trépied de manière à ce que la cheminée de la voilure soit à la même hauteur que la corde qui lie les trois perches.

g. Tendez la moitié de la voilure repliée autour d’un côté de la structure, et tendez ensuite l’autre moitié dans la direction opposée.

h. Pour l’entrée, enroulez les rebords repliés de la voilure autour de deux perches libres. Vous pouvez placer ensuite ces perches côte à côte pour refermer l’entrée du tipi.

i. Rabattez les parties libres de la voilure à l’intérieur, sous les perches du tipi, pour faire le fond de l’abri.

j. Si vous voulez faire un feu à l’intérieur du tipi, laissez une ouverture de 30 à 50 cm au sommet pour la ventilation.

1-copie-10.jpg

 

Figure 5-4 : Paratipi à trois perches

 « PARATIPI » À UNE SEULE PERCHE

24. Pour construire ce modèle de tipi, il vous faut habituellement un morceau de voilure de  14 laizes, des piquets, une perche centrale solide, ainsi que l.âme d’une suspente et une aiguille. Coupez les suspentes en laissant des longueurs de 40 à 45 cm au bord de la bande latérale du bas de la voilure.

25. Pour construire ce tipi (figure 5-5) :

a. Choisissez un site et tracez au sol un cercle d’environ 4 m de diamètre.

b. Avec les bouts de suspente qui restent autour sur la bande latérale, fixez le tissu

du parachute au sol comme ci-dessous.

1-copie-11.jpg

Figure 5-5 : Paratipi à une seule perche

solocamp4.jpg 

c. Après avoir choisi l’emplacement de la porte, enfoncez un piquet et attachez-y solidement le premier bout de suspente.

d. Étirez le tissu du parachute jusqu’à la prochaine suspente, enfoncez un piquet en suivant le cercle tracé et attachez-y la suspente.

e. Continuez jusqu’à ce que toutes les suspentes soient attachées à des piquets.

f. En laissant un certain jeu, attachez la partie supérieure du tissu du parachute à la perche centrale à l’aide d’un bout de suspente que vous avez coupé précédemment et, par essais et erreurs, déterminez la hauteur à laquelle le tissu du parachute sera correctement tendu lorsque la perche centrale sera dressée.

g. Ensuite, éliminez le jeu en attachant solidement le tissu à la perche.

h. À l’aide d’une suspente (ou de l.âme que vous avez retirée), cousez ensemble les bordures des laizes, en laissant une ouverture de 1 à 1,2 m pour la porte.

« PARATIPI » SANS PERCHE

26. Utilisez les mêmes matériaux que pour le paratipi à une seule perche, sauf la perche centrale.

1-copie-12.jpg

Figure 5-6 : Paratipi sans perche

27. Pour construire ce tipi (figure 5-6) :

a. À la partie supérieure du tissu du parachute, attachez une suspente coupée à cette fin.

b. Lancez la suspente de façon à la faire passer par-dessus une branche d’arbre, et attachez-la au tronc de cet arbre.

c. En commençant par le côté opposé à la porte, placez un piquet sur un cercle de 3,5 à 4,3 m de diamètre tracé sur le sol.

d. Attachez la première suspente de la bande latérale du bas.

e. Continuez à enfoncer les piquets et à y attacher les suspentes.

f. Lorsque tout le bas du tissu est fixé en place, détachez la suspente de l’arbre, tendez le tissu du tipi en tirant sur la suspente et rattachez-la solidement à l’arbre.

ABRI INDIVIDUEL

28. On peut facilement construire un abri individuel avec un parachute et trois perches. Il faut une perche d’environ 4,5 m et deux autres d’environ 3 m.

1-copie-13.jpg

Figure 5-7 : Abri individuel

29. Pour construire cet abri (figure 5-7) :

a. Attachez la perche de 4,5 m à l’arbre, à peu près à la hauteur de la taille.

b. Placez les deux perches de 3 m sur le sol l’une à côté de l’autre, dans la même direction que la perche de 4,5 m.

c. Étendez la voilure repliée par-dessus la perche de 4,5 m de manière à laisser à peu près la même quantité de tissu pendre des deux côtés.

d. Rabattez le tissu non tendu à l’intérieur sous les perches de 3 m, et étalez-le au sol pour faire le fond.

e. Fixez au moyen de piquets les deux perches de 3 m, ou placez une barre d’espacement entre elles à l’entrée de l’abri, pour éviter qu’elles ne se déplacent vers l’intérieur.

f. Couvrir l’entrée avec le tissu non utilisé, s’il en reste.

1-copie-14.jpg

Figure 5-8 : Hamac « parachute »

30. Le tissu de parachute permet de construire un abri imperméable au vent et facile à réchauffer à cause de sa petite taille. Une seule chandelle, utilisée de façon judicieuse, suffit à maintenir un température confortable. Cependant, cet abri ne convient pas en cas de chute de neige, même légère, car il n’est pas assez rigide pour garder sa forme.

HAMAC « PARACHUTE »

31. Vous pouvez construire un hamac avec 6 à 8 laizes de voilure de parachute accrochées à deux arbres éloignés d’environ 4,5 m (figure 5-8).

ABRI EN APPENTIS IMPROVISÉ

32. Si vous êtes dans une région boisée où il y a assez de matériaux naturels, vous pouvez construire, sans outils ou avec seulement un canif, un abri en appentis avec les matériaux naturels disponibles (figure 5-9). Il faut plus de temps pour construire ce type d’abri, mais il vous protégera bien des éléments.

1-copie-15.jpg

appentis2.jpg

Figure 5-9 : Abri en appentis en matériaux naturels, à mur réfléchissant la chaleur

33. Il vous faut deux arbres (ou perches verticales) espacés d’environ 2 m; une perche d’environ 2 m de longueur et de 2,5 cm de diamètre; de 5 à 8 perches d’environ 3 m de longueur et de 2,5 cm de diamètre (pièces transversales); des cordes ou des lianes pour attacher la pièce horizontale aux arbres, ainsi que des branches ou d’autres matières végétales souples pour façonner un treillis entre les pièces transversales.

34. Pour construire l’abri en appentis :

a. Attachez la perche de 2 m aux deux arbres, à une hauteur comprise entre celle de la taille et celle de la poitrine, de manière à former une barre horizontale. En l’absence d’arbres de taille appropriée, montez un portique à l’aide de bâtons fourchus, ou deux trépieds.

b. Placez une extrémité des pièces transversales (perches de 3 m) d’un côté de la barre horizontale. Comme pour tous les abris en appentis, il faut construire l’abri dos au vent.

c. Avec des branches et d’autres matières végétales souples, façonnez un treillis entre les pièces transversales.

d. En remontant de bas en haut comme pour la pose de bardeaux, recouvrez le treillis de branchages, de feuillages, d’aiguilles de pin ou d’herbes.

e. Amassez de la paille, des feuilles, des aiguilles de pin ou de l’herbe à l’intérieur de l’abri pour former une litière.

35. Par temps froid, pour augmenter le confort de votre abri, construisez un mur réfléchissant la chaleur (figure 5-9). Plantez 4 pieux de 1,5 m de longueur pour soutenir le mur et empilez des perches vertes l’une par-dessus l’autre contre ces pieux. Montez ainsi, de part et d’autre des pieux, deux rangs de perches empilées de manière à créer un espace que vous pouvez remplir de terre. Le mur ainsi rempli est non seulement renforcé, mais il réfléchit plus efficacement la chaleur. Liez les extrémités supérieures des pieux afin de consolider l’ensemble.

36. La construction d’un séchoir ne vous demandera que quelques minutes de plus. Coupez quelques perches de 2 cm de diamètre (leur longueur dépend de la distance entre la barre horizontale de l’abri et la partie supérieure du mur réfléchissant la chaleur). Placez une extrémité des perches contre la barre et l’autre, sur le dessus du mur. Attachez des pièces transversales de plus petit diamètre entre les perches. Vous pouvez maintenant sécher des vêtements, de la viande ou du poisson.

LIT SUR PILOTIS

37. En terrain marécageux ou dans tout lieu recouvert d’eau stagnante ou à sol mouillé de façon permanente, le lit sur pilotis (figure 5-10) vous préserve de l’humidité. Pour choisir un site approprié, il faut tenir compte de la météo, du vent, des marées et des matériaux disponibles.

38. Pour construire un lit sur pilotis :

a. Trouvez quatre arbres disposés en rectangle, ou coupez quatre perches (le bambou, s’il y en a, est le matériau idéal) et enfoncez-les profondément dans le sol de manière à obtenir une base rectangulaire assez grande et assez solide pour vous et votre équipement.

1-copie-16.jpg

Figure 5-10 : Lit sur pilotis

b. Coupez deux perches faisant la longueur de la base. Ces pièces, comme toutes les autres, doivent être assez robustes pour supporter votre poids.

c. Attachez ces deux perches aux arbres (ou aux pieux) de la base de manière à former deux barres horizontales. Déterminez la hauteur des barres au-dessus du sol ou de l’eau en fonction des marées ou des crues.

d. Coupez d’autres perches faisant la largeur de la base et attachez-les sur les barres horizontales.

e. Pour une litière confortable, recouvrez la partie supérieure du bâti de grandes feuilles ou d’herbes.

f. Construisez une plate-forme pour le feu en façonnant une couche d’argile, de limon ou de boue sur un coin du lit, et laissez sécher.

39. Vous pouvez construire un autre type d’abri pour vous protéger de l’eau ou du sol mouillé, qui utilise la même base rectangulaire que le lit sur pilotis. À l’intérieur d’un rectangle formé par des arbres (ou des pieux), empilez, dans le sens de la longueur, suffisamment de bâtons et de branches pour soutenir le cadre horizontal du lit à une hauteur suffisante au-dessus de l’eau.

ABRIS NATURELS

40. Essayez de repérer les abris naturels comme les cavernes, les crevasses entres les roches, les massifs de buissons, les petits creux dans le sol, les grosses roches du côté sous le vent des collines, les gros arbres à branches basses et les arbres abattus à grosses branches. Toutefois, pour le choix d’un abri naturel :

a. Évitez les lieux bas comme les ravins, les vallées étroites ou les lits des ruisseaux, qui sont plus froids que les lieux élevés parce que l’air froid plus dense s’y accumule la nuit. De plus, les terrains bas couverts de buissons épais abritent plus d’insectes.

b. Assurez-vous qu’il n’y a pas de serpents venimeux, de tiques et autres acariens, de scorpions ou de fourmis piqueuses.

c. Évitez les lieux menacés par des roches instables, des branches mortes, des noix de coco ou d’autres matériaux.

HUTTE DE DÉBRIS VÉGÉTAUX

41. Parce qu’il est chaud et facile à construire, cet abri est l’un des meilleurs. C’est un excellent choix si vous avez besoin d’un abri pour assurer votre survie.

42. Pour construire une hutte de débris végétaux (figure 5-11) :

a. Montez un trépied formé de deux courts pieux et d’une longue perche faîtière (formant l’arête supérieure), ou appuyez une extrémité de la perche faîtière sur une base robuste.

b. Attachez la perche faîtière aux pieux ou à un arbre à la hauteur de la taille (environ).

c. Des deux côtés de la perche, disposez, en oblique, de gros bâtons de manière à former les nervures de l’abri. Assurez-vous que l’espace intérieur est suffisant pour vous loger et que les parois sont assez inclinées pour que l’eau s’égoutte.

d. Disposez transversalement des branchages et du feuillage de manière à former un treillis avec les nervures, qui empêchera les matières isolantes (herbes, aiguilles de pin, feuilles) de tomber sur la litière en passant à travers les nervures.

e. Placez des débris végétaux légers et mous (secs si possible) par-dessus les nervures, de manière à obtenir une couche de matières isolantes aussi épaisse que possible (minimum 1 m).

f. Placez une couche de 30 cm d’épaisseur de matières isolantes à l’intérieur de l’abri.

g. À l’entrée, construisez une porte ou empilez des matières isolantes, que vous pouvez ramener vers vous de façon à boucher l’entrée lorsque vous êtes à l’intérieur.

h. Enfin, placez, par-dessus la couche de débris, des branches ou d’autres objets appropriés pour éviter que les grands vents n’emportent les matières isolantes.

1-copie-17.jpg

Figure 5-11 : Hutte de débris végétaux

ABRI CREUSÉ DANS LA NEIGE AU PIED D’UN ARBRE

43. Dans une région de conifères recouverte de neige, si vous avez une pelle ou un outil équivalent, vous pouvez creuser un abri dans la neige au pied d’un arbre (figure 5-12).

44. Pour construire cet abri :

a. Trouvez un arbre bien fourni dont les branches forment un toit.

b. Dans la neige autour de l’arbre, creusez une fosse circulaire du diamètre et de la profondeur voulus (ou creusez jusqu’au sol).

c. Tassez la neige sur les parois intérieures et autour du bord supérieur de la fosse de manière à constituer un mur d’appui.

d. Coupez des branches de conifères et installez-les au-dessus de la fosse pour améliorer la protection. Placez-en d’autres au fond de la fosse comme isolant.

45. Pour la construction d’autres abris en milieu arctique ou par temps froid, voir le chapitre 15.

1-copie-18.jpg

Figure 5-12 : Abri creusé dans la neige au pied d’un arbre

ABRI DE PLAGE

46. Cet abri vous protège du soleil, du vent, de la pluie et de la chaleur. Il est facile à construire avec des matériaux naturels.

47. Pour construire cet abri (figure 5-13) :

a. Ramassez du bois flotté ou d’autres matériaux naturels pour la toiture ou comme outils de creusage.

b. Choisissez un endroit situé au-dessus de la limite de la marée haute.

c. Creusez une tranchée orientée nord-sud avec ouverture au nord, de façon à réduire au minimum l’exposition au soleil, et suffisamment longue et large pour que vous puissiez vous y allonger confortablement.

d. Entassez le sable de manière à former un talus sur trois côtés de la tranchée. Plus le talus est haut, plus l’abri est spacieux.

e. Sur ce talus, placez des matériaux (bois flotté ou autres matériaux naturels) dans le sens de la largeur, de façon à former l’ossature et la couverture du toit.

f. Agrandissez l’entrée de l’abri en creusant le sable.

g. À l’aide de matériaux naturels comme de l’herbe ou des feuilles, construisez une litière dans l’abri.

1-copie-19.jpg

Figure 5-13 : Abri de plage

ABRIS EN ZONE DÉSERTIQUE

48. Dans un environnement aride, déterminez le temps, l’effort et les matériaux nécessaires pour la construction d’un abri. Si vous avez, par exemple, un poncho, une toile ou un parachute, utilisez-les pour construire votre abri en tirant parti des formations naturelles comme des affleurements rocheux, des monticules de sable ou des creux entre les dunes ou les rochers.

49. Utilisation des affleurements rocheux :

a. À l’aide de roches ou d’autres objets lourds, fixez en place l’un des pans de votre poncho (toile, parachute ou autre tissu) sur le rebord de l’affleurement.

1-copie-20.jpg

Figure 5-14 : Abri souterrain en zone désertique

b. Tendez et fixez en place l’autre extrémité de façon à obtenir la meilleure protection possible contre le soleil.

50. Dans une région sablonneuse :

a. Montez un talus de sable (ou choisissez le flanc d’une dune) de façon à ce qu’il forme l’un des côtés de votre abri.

NOTE

Si vous avez suffisamment de tissu, repliez-le en deux de manière à créer un espace de 30 à 45 cm entre les deux épaisseurs. Ce double toit isolant réduira la température dans l’abri.

b. À l’aide de sable ou d’objets lourds, fixez en place l’extrémité du tissu sur la partie supérieure du talus.

c. Tendez et fixez en place l’autre extrémité de façon à obtenir la meilleure protection possible contre le soleil.

51. Un abri souterrain (figure 5-14) peut réduire la température de 16 à 22 _C (30 à 40 _F)

au milieu de la journée. Toutefois, sa construction exige plus de temps et d’efforts que celle des

autres types d’abris. Étant donné que l’effort physique demandé cause la transpiration et augmente la déshydratation, construisez-le pendant que le soleil est bas.

52. Pour construire cet abri :

a. Trouvez un lieu bas ou un creux entre des dunes ou des rochers. Au besoin, creusez une tranchée de 45 à 60 cm de profondeur, dont la longueur et la profondeur sont suffisantes pour que vous puissiez vous y allonger confortablement.

1-copie-21.jpg

Figure 5-15 : Abri ouvert en zone désertique

b. Entassez le sable extrait de la tranchée de façon à former un talus sur trois côtés.

c. Pour entrer et sortir plus commodément, creusez plus profondément du côté de l’ouverture.

d. Recouvrez la tranchée avec votre tissu.

e. Fixez en place le tissu à l’aide de sable, de roches ou d’autres objets pesants.

53. S’il vous reste du tissu, vous pouvez réduire encore davantage la chaleur de midi à l’intérieur de l’abri en le tendant de 30 à 45 cm au-dessus du toit. Ce double toit abaisse la température de 11 à 22 ºC (20 à 40 ºF).

54. Vous pouvez aussi construire un autre modèle d’abri souterrain, qui est semblable sauf que tous les côtés sont ouverts au vent et à la circulation de l’air. Pour une meilleure protection, vous devez utiliser au moins deux couches de toile de parachute (figure 5-15). Le blanc est la couleur de choix pour réfléchir la chaleur, mais choisissez de préférence une couleur plus foncée pour la couche intérieure.

Partager cet article

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Habitat