Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 08:27
img_2158-1bbab4b.jpgCHAPITRE 4
 
LES RUDIMENTS DE LA MÉDECINE DE SURVIE
 
1. Au premier rang des nombreux problèmes qui peuvent compromettre le retour d.un survivant en lieu sûr viennent les problèmes médicaux qui résultent d.un parachutage, de climats extrêmes, de combats au sol, d.une évasion ou de maladies contractées en captivité.
 
2. De nombreux évadés et survivants ont fait part de leur difficulté à soigner les blessures et les maladies faute de formation et de matériel médical. Pour certains, cela a signifié la capture ou la reddition.
 
3. Des survivants ont aussi fait état du sentiment d.apathie et d.impuissance qu.ils ont éprouvé alors qu.ils n.arrivaient pas à se soigner dans de telles conditions. Le fait de pouvoir se soigner, en plus de remonter leur moral et de renforcer leur cohésion, les a aidés à survivre pour finalement retrouver des forces amies.
 
4. Il suffit parfois qu.une seule personne ait des connaissances de base en médecine pour sauver la vie du grand nombre. En l.absence de personnel médical compétent, chacun doit savoir ce qu.il faut faire pour rester en vie.
 
SECTION 1
 
LES CONDITIONS DE PRÉSERVATION DE LA SANTÉ
 
5. Pour survivre, il faut de l.eau et de la nourriture. Il faut aussi avoir de bons principes d.hygiène et les mettre en pratique.
 
L.EAU
6. La déperdition d.eau par le corps (dans la sueur, l.urine et les fèces) est un processus physiologique normal. Au cours d.une journée d.activité normale, quand la température ambiante est de 20 °C, un adulte moyen perd de deux à trois litres d.eau. Des facteurs, comme l.exposition au froid ou à la chaleur, l.activité intense, l.altitude, les brûlures ou la maladie, peuvent augmenter encore le phénomène. Il faut remplacer cette eau.
 
7. La déshydratation résulte de la déperdition de liquides organiques qui ne sont pas
adéquatement remplacés. Elle diminue le bon fonctionnement de l.organisme et, lorsqu.on est blessé, elle augmente le risque de tomber dans un état de choc grave. Considérez les conséquences d.une perte des liquides corporels :
 
a. Une perte de 5 pour cent provoque la soif, l.irritabilité, la nausée et la faiblesse.
 
b. Une perte de 10 pour cent provoque des étourdissements, des maux de tête,
l.incapacité de marcher et une sensation de picotement dans les membres.
 
c. Une perte de 15 pour cent provoque une vision trouble, une miction douloureuse,
une tuméfaction de la langue, une sensation d.engourdissement de la peau.
 
d. Une perte supérieure à 15 pour cent peut entraîner la mort.
 
8. Les signes et les symptômes les plus communs de la déshydratation sont les suivants :
 
a. urine foncée et dégageant une forte odeur;
b. faible débit urinaire;
c. yeux enfoncés et sombres;
d. fatigue;
e. instabilité émotionnelle;
f. perte d.élasticité de la peau;
g. lenteur du rétablissement de la circulation sanguine dans le lit unguéal;
h. apparition d.un sillon au milieu de la langue;
i. avoir soif (en fin de liste, parce que le besoin impérieux de boire indique déjà une
déshydratation de deux pour cent).
 
9. On doit remplacer l.eau à mesure qu.on la perd. En situation de survie, il est difficile de combler ce déficit, et la soif n.est pas un bon indicateur des besoins en eau.
 
10. La plupart des gens ne peuvent boire plus d.un litre d.eau à la fois. Ainsi, afin de
prévenir la déshydratation, il est recommandé de boire de petites quantités d.eau à intervalles réguliers même si l’on n.a pas soif.
 
11. En cas de stress physique ou mental ou en conditions difficiles, il faut augmenter sa consommation d.eau et boire suffisamment de liquide pour garder un débit urinaire de 0,5 litre par période de 24 heures.
 
12. Si l.apport en nourriture est faible, il faut boire de 6 à 8 litres d.eau par jour. Dans les climats extrêmes, particulièrement ceux qui sont arides, une personne normale peut perdre de 2,5 à 3,5 litres d.eau à l.heure. Dans ce type de climat, il faut boire de 14 à 30 litres d.eau par jour.
 
13. La perte d.eau s.accompagne d.une perte d.électrolytes (sels minéraux). Un régime normal peut généralement combler ces pertes, mais dans des situations extrêmes ou lorsqu.on est malade, il faut trouver d.autres sources. En mélangeant 0,25 cuillerée à thé de sel à un litre d.eau, on obtient une concentration en électrolytes facilement assimilable par les tissus corporels.
 
14. De tous les problèmes éprouvés dans les situations de survie, la perte d.eau est le plus facile à prévenir. Voici quelques conseils généraux pour prévenir la déshydratation :
 
a. Toujours boire de l.eau en mangeant. Le processus de la digestion, qui utilise et consomme de l.eau, peut entraîner la déshydratation.
 
b. S.acclimater. L.organisme fonctionne plus efficacement quand il est acclimaté.
 
c. Ménager la sueur, pas l.eau. Il faut limiter les activités qui provoquent la sudation, et boire de l.eau.
d. Rationner l.eau. À moins d.avoir trouvé une source convenable, il faut judicieusement rationner l.eau. L.ingestion quotidienne de 500 centimètres cubes
(0,5 litre) d.une solution sucrée (2 cuillerées à thé de sucre par litre d.eau) suffit à
prévenir pour une semaine au moins une déshydratation grave, pourvu que les
pertes hydriques soient réduites au minimum en limitant les activités et les pertes
ou les gains de chaleur.
 
15. Il y a plusieurs façons d.estimer la perte liquidienne. Un pansement de combat standard absorbe environ 0,25 litre de sang (le quart d.une gourde). Un t-shirt trempé absorbe de 0,5 à 0,75 litre de liquide.
 
16. On peut aussi estimer les pertes liquidiennes en utilisant le pouls et la fréquence
respiratoire.
 
a. Pour une perte de 0,75 litre, le pouls mesuré au poignet est inférieur à 100 battements par minute et la fréquence respiratoire se situe entre 12 et 20 respirations par minute.
 
b. Pour une perte de 0,75 à 1,5 litre, le pouls se situe entre 100 et 120 battements par minute et la fréquence respiratoire entre 20 et 30 expirations par minute.
 
c. Pour une perte de 1,5 à 2 litres, le pouls se situe entre 120 et 140 battements par
minutes et la fréquence respiratoire entre 30 et 40 respirations par minute. Audel
à de ces valeurs, le sujet a besoin de soins poussés.
 
L.ALIMENTATION
 
17. Bien qu.on puisse vivre plusieurs semaines sans nourriture, il faut manger suffisamment pour rester en bonne santé. Privé de nourriture, vous verrez vos capacités mentales et physiques se détériorer rapidement et vous faiblirez. Les aliments viennent remplacer les substances que consomme l’organisme et lui fournissent l.énergie dont il a besoin. Ils procurent aussi les vitamines, les minéraux, les sels et les autres éléments essentiels à la santé. Et, ce qui importe
peut-être encore davantage, manger aide à garder le moral.
 
18. Les deux sources fondamentales d.aliments sont les plantes et les animaux (y compris les poissons). À des degrés divers, les deux fournissent les calories, les glucides, les graisses et les protéines nécessaires au fonctionnement normal de l.organisme.
 
19. La calorie est une mesure de l.énergie calorique et potentielle. Une personne normale requiert 2 000 calories par jour pour assurer ses besoins minimaux. Sans un apport calorique suffisant, même une quantité appropriée de glucides, de graisses et de protéines mènerait à l.inanition et l.organisme digérerait ses propres tissus pour assurer ses besoins énergétiques.
 
Les aliments d.origine végétale
 
20. Ces aliments fournissent des glucides, qui sont la principale source d.énergie. Un grand nombre de végétaux fournissent suffisamment de protéines pour conserver à l.organisme son activité normale. Bien que les végétaux puissent ne pas suffire à un régime équilibré, ils vous sustenteront même dans l.Arctique, où les propriétés thermogènes de la viande sont normalement essentielles. Nombre d.aliments d.origine végétale, comme les noix et les céréales, fournissent suffisamment de protéines et d.huiles pour assurer une activité normale. Les racines, les légumes verts et les aliments d.origine végétale contenant des sucres naturels procurent les calories et les glucides qui sont la source naturelle d.énergie de l.organisme. 
21. La valeur nutritive des plantes prend toute son importance si vous cherchez à éviter l.ennemi ou si vous êtes dans une région où la faune est rare. Ainsi : 
a. On peut sécher les plantes au vent, à l.air, au soleil ou au feu. Cela retarde leur
dégradation et permet de faire des réserves ou d.emporter ses aliments dans ses
déplacements.
 
b. Il est plus facile et plus discret de trouver des plantes que de la viande, ce qui est
extrêmement important quand l.ennemi est proche.
 
Les aliments d.origine animale
 
22. La viande est plus nourrissante que les aliments d.origine végétale. En certains endroits, elle peut même être plus facile à trouver. Mais il faut alors connaître les habitudes du gibier et savoir comment le chasser.
 
23. Pour combler ses besoins alimentaires immédiats, mieux vaut se tourner vers des proies faciles et abondantes, comme les insectes, les crustacés, les mollusques, les poissons et les reptiles. Ces proies peuvent apaiser votre faim immédiate pendant que vous tendez des pièges ou que vous posez des collets pour attraper un plus gros gibier.
 
L.HYGIÈNE PERSONNELLE
 
24. En tout temps, la propreté est un important facteur de prévention des infections et des maladies. C.est encore plus vrai dans les situations de survie. Une mauvaise hygiène peut diminuer vos chances de survie.
 
25. Pour rester propre, une douche quotidienne avec de l.eau chaude et du savon est idéale, mais ce luxe n.est pas indispensable. Vous pouvez vous laver avec une débarbouillette et de l.eau savonneuse. Prêtez une attention particulière aux pieds, aux aisselles, à l’aine, aux mains et aux cheveux, qui sont les premiers foyers d.infestation et d.infection. Si l.eau est rare, vous pouvez prendre un bain «à sec». Retirez le plus de vêtements possible et exposez-vous au soleil
et à l.air pendant au moins une heure. Mais attention aux coups de soleil !
 
26. Faute de savon, vous pouvez utiliser des cendres ou du sable ou encore, si la situation le
permet, fabriquer du savon à partir de gras animal et de cendres de bois. Voici la recette :
a. Extrayez le gras de la couche adipeuse sous-cutanée des animaux en le coupant en petits morceaux que vous chaufferez dans une casserole.
b. Ajoutez suffisamment d.eau pour empêcher le gras d.attacher à la casserole.
c. Cuisez le gras lentement en remuant fréquemment.
d. Quand le gras est fondu, versez la graisse dans un récipient et laissez-la prendre.
e. Placez les cendres dans un récipient muni d.un bec à sa base.
f. Versez de l.eau sur les cendres et recueillez le liquide qui s.égoutte du bec dans
un récipient distinct. Ce liquide est de la potasse. On peut aussi obtenir de la
potasse en filtrant dans une étamine (coton à fromage) le mélange d.eau et de
cendres.
g. Versez dans une casserole deux parties de graisse pour une partie de potasse.
h. Chauffez le mélange et laissez-le bouillir jusqu.à ce qu.il épaississe.
 
27. Une fois le mélange refroidi, vous pouvez l.utiliser à l.état semi-liquide directement de la casserole. Vous pouvez aussi le verser dans un moule, le laisser prendre et le couper en pains pour une utilisation ultérieure.
 
Gardez vos mains propres
 
28. Les germes présents sur les mains peuvent infecter les aliments et les blessures. Lavez vous les mains après avoir manipulé toute matière susceptible de porter des germes, après être allé aux latrines et après avoir soigné des malades. Lavez-vous aussi les mains avant de manipuler la nourriture, les couverts ou l.eau potable. Gardez vos ongles courts et propres et évitez de mettre vos doigts dans votre bouche.
 
Gardez vos cheveux propres
 
29. Les cheveux et les poils sont un milieu propice aux bactéries, aux puces, aux poux et aux autres parasites. Gardez vos cheveux propres, peignés et courts afin d.éviter ce danger.
 
Gardez vos vêtements propres
 
30. Gardez vos vêtements et votre literie aussi propres que possible afin de réduire les risques d.infections cutanées et d.infestations parasitaires. Nettoyez vos vêtements chaque fois qu.ils se salissent. Changez de sous-vêtements et de chaussettes tous les jours. Si l.eau est rare, nettoyez vos vêtements à l.air en les secouant, en les aérant et en les exposant au soleil pendant deux heures. Si vous utilisez un sac de couchage, retournez-le après chaque utilisation, secouez-le et
laissez-le aérer.
 
Gardez vos dents propres
 
31. Utilisez au moins une fois par jour une brosse à dents pour vous nettoyer les dents et la bouche à fond. Si vous n.avez pas de brosse à dents, utilisez une brindille d.environ 20 cm de longueur et de 1 cm de largeur. Mâchez-en une extrémité afin de séparer les fibres et servezvous-en pour vous brosser les dents à fond. Une autre façon de faire est d.enrouler une bande de tissu propre autour de vos doigts et de frotter vos dents afin de déloger les particules de nourriture. Vous pouvez aussi vous brosser les dents avec un peu de sable, de bicarbonate de soude, de sel ou de savon. Rincez-vous ensuite la bouche avec de l.eau, de l.eau salée ou une
infusion d.écorce de saule. L.utilisation de la soie dentaire peut aussi améliorer votre hygiène buccale.
 
32. Si vous avez des cavités dentaires, vous pouvez les obturer temporairement avec la cire d.une chandelle, du tabac, une aspirine, du piment fort, de la poudre ou de la pâte dentifrice, ou des morceaux de racine de gingembre. Avant d.obturer une cavité, nettoyez-la bien en vous rinçant la bouche et en enlevant les particules d’aliment qui pourraient s’y trouver.
 
Prenez soin de vos pieds
 
33. Pour éviter de graves maux de pied, prenez la peine de briser vos chaussures neuves avant de les porter au cours d.une mission. Lavez-vous les pieds et massez-les tous les jours. Coupez droit vos ongles d.orteils. Portez une semelle intérieure et des chaussettes sèches de la bonne taille. Saupoudrez vos pieds de talc et vérifiez bien chaque jour que vous n.avez pas d.ampoules.
 
34. Si vous avez une petite ampoule, ne la percez pas. Une ampoule intacte ne risque pas de s.infecter. Posez un coussinet autour de l.ampoule pour soulager la pression et réduire la friction. Si l.ampoule éclate, soignez-la comme une plaie à vif. Lavez la plaie et pansez-la tous les jours et posez un coussinet tout autour. Laissez les grosses ampoules intactes. Pour empêcher l.ampoule d.éclater ou de se déchirer sous la pression et de devenir une douloureuse plaie à vif, suivez les directives suivantes :
 
a. Prenez une aiguille à coudre et du fil propre ou stérilisé.
b. Lavez l.ampoule et percez-la de part en part avec l.aiguille et le fil.
c. Enlevez l.aiguille et laissez les deux extrémités du fil pendre de l.ampoule. Le fil
absorbera le liquide de l.ampoule. Cela réduit la taille de l.orifice et l.empêche de se refermer.
d. Placez un coussinet autour de l.ampoule.
 
Prenez suffisamment de repos
 
35. Pour continuer d.accomplir vos tâches vous devez prendre du repos. Au cours de vos activités quotidiennes, prévoyez des périodes de repos régulières d.au moins dix minutes par heure. Apprenez à prendre vos aises même dans des conditions difficiles. Quand le temps ou la situation ne permet pas une détente totale, le fait de passer d.une activité intellectuelle à une activité physique ou vice versa peut vous délasser.
 
Gardez le camp propre
 
36. Ne souillez pas d.urine ou de fèces le sol du camp. Si possible, utilisez les latrines, sinon creusez de petites fosses et enfouissez-y les ordures. Puisez l.eau potable en amont du camp et purifiez-la.

Partager cet article

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans médical