Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 18:42

 

 

 

MANOEUVRE À VOILE D.UN RADEAU

canot-monoplace-1-2.jpg

38. Les radeaux n.ont pas de quille; vous ne pouvez donc pas les man.uvrer à voile face au vent. Cependant, n.importe qui peut faire progresser un radeau sous voile dans le même sens que le vent. Les radeaux multiplaces, à l.exception des radeaux 20 ou 25 places, progresseront bien sous voile à un angle de 10 degrés par rapport à la direction du vent. Il ne faut jamais tenter de manoeuvrer un radeau sous voile avant d.être près des côtes. Si vous décidez de tenter cette manoeuvre et que le vent souffle vers la destination que vous souhaitez atteindre, gonflez complètement le radeau, asseyez-vous à l.endroit le plus élevé à bord du radeau, relevez l.ancre flottante, hissez une voile improvisée et utilisez un aviron en guise de gouvernail.

1-copie-90.jpg

Figure 16-19 : Confection d.une voile improvisée

39. Dans le cas d.un radeau multiplaces, à l.exception des radeaux 20 ou 25 places, installer une voile carrée à l.avant du radeau à l.aide des avirons et de leurs tubes télescopiques qui feront, pour l.occasion, office de mât et de traverse (figure 16-19). Vous pouvez utiliser une bâche imperméable ou la voilure d.un parachute en guise de voile. Si le radeau n.est pas uni de la douille et de l.emplanture de mât habituelles, élever le mât en le fixant solidement au banc qui traverse l.avant du radeau au moyen de renforts. Rembourrer l.extrémité inférieure du mât pour l.empêcher d.user ou de percer le fond du radeau, qu.il repose ou non dans une douille. Le talon d.un soulier, avec l.autre bout coincé sous le banc, peut faire une bonne emplanture de mât improvisée. Les coins de l.extrémité inférieure de la voile ne doivent pas être attachés. Garder à la main une extrémité des cordages fixés à la voile de manière à pouvoir les laisser filer rapidement pour éviter qu.un coup de vent ne déchire la voile, ne brise le mât ou ne fasse chavirer le radeau.

40. Prendre toutes les mesures de précaution requises pour éviter que le radeau ne se retourne. Par gros temps, vérifier que l.ancre flottante demeure à bonne distance de la partie avant du radeau. Faire asseoir les passagers au fond du radeau, en répartissant le poids de manière à enfoncer dans l.eau la partie du radeau qui fait face au vent. Pour réduire les risques de passer par-dessus bord, les passagers doivent éviter de se lever et de s.asseoir sur les côtés du radeau. Il faut aussi prévenir les autres passagers avant d.effectuer un mouvement rapide ou subit. Lorsqu.elle n.est pas utilisée, l.ancre flottante doit être attachée au radeau de manière à entrer en fonction immédiatement si le radeau chavire.

L.EAU

41. L.eau est ce dont vous avez le plus besoin. Les rations d.eau peuvent à elles seules vous permettre de vivre pendant dix jours et parfois même davantage, selon votre volonté de survivre. Lorsque vous buvez votre eau, humectez bien vos lèvres, votre langue et votre gorge avant d.avaler.

Rations d.eau limitées

42. Si vous disposez seulement de rations d.eau limitées et que vous ne pouvez les reconstituer par des moyens mécaniques ou chimiques, utilisez l.eau que vous avez avec parcimonie. Protégez également les réserves d.eau douce d.une contamination par l.eau de  mer et essayez de vous protéger le mieux possible à la fois des rayons directs du soleil et de leur réflexion sur la surface de l.eau. Assurez une circulation d.air à l.intérieur du radeau; mouillez vos vêtements durant la période la plus chaude de la journée. N.abusez pas de vos forces. Tentez de relaxer et de dormir lorsque c.est possible. Déterminez votre ration d.eau quotidienne après avoir évalué la quantité d.eau dont vous disposez, la quantité que peuvent traiter les appareils de distillation solaire et de dessalement, le nombre de personnes à bord et leur condition physique.

43. Si vous n.avez pas d.eau, ne mangez pas. Si votre ration d.eau est de deux litres ou plus par jour, vous pouvez manger la totalité de votre ration de nourriture et tout autre aliment que vous réussirez à vous procurer, des oiseaux, des poissons ou des crevettes par exemple. Le mouvement constant du radeau et l.anxiété peuvent vous rendre nauséeux. Si vous mangez tandis que vous avez la nausée, vous ne pourrez peut-être pas garder cette nourriture. Dans une telle situation, il faut plutôt se reposer, essayer de se détendre autant que possible et se contenter de boire de l.eau.

44. Pour réduire la quantité éliminée par sudation, trempez vos vêtements dans l.eau salée et essorez-les avant de les enfiler de nouveau. Ne pas répéter cette opération un trop grand nombre de fois par grande chaleur si votre radeau n.est pas équipé d.un taud ou d.une tente. Cette façon de se rafraîchir est un compromis entre le soulagement momentané qu.elle procure, et l.irritation ou les furoncles que peut occasionner l.eau salée. Prendre garde de ne pas mouiller le fond du radeau.

45. Observer les nuages et se tenir prêt à recueillir l.eau de pluie. Garder la bâche à portée de la main pour récolter la pluie; si cette bâche est imprégnée de sel séché, la laver dans l.eau de mer. Généralement, la petite quantité d.eau salée qui adhère à la bâche passe inaperçue lorsqu.elle se mélange à la pluie et ne suscite aucune réaction physiologique. Par grosse mer, il est impossible de recueillir l.eau de pluie sans la contaminer.

46. La nuit, fixer la bâche comme vous le faites pour vous protéger du soleil et retourner ses bords pour recueillir la rosée. Vous pouvez aussi recueillir la rosée sur les parois du radeau avec une éponge ou une pièce d.étoffe. Lorsqu.il pleut, il est bon de boire autant d.eau que vous le pouvez.

Appareils de distillation solaire

47. Si votre équipement contient des appareils de distillation solaire, vous devez en lire les instructions et les installer immédiatement. Selon le nombre de personnes à bord et le niveau d.ensoleillement, utiliser autant d.appareils qu.il vous est possible de le faire. Fixer soigneusement les appareils au radeau et garder en tête que ce type d.appareil fonctionne seulement sur une mer calme.

Trousses de dessalement

48. Si, en plus des appareils de distillation solaires, vous êtes équipé de trousses de dessalement, utilisez ces dernières seulement pour préparer l.eau que vous consommerez sur-lechamp ou durant les périodes où le ciel reste longtemps couvert, interdisant ainsi l.emploi des appareils de distillation. D.une façon ou de l.autre, vous devez utiliser les trousses de dessalement et les réserves d.eau uniquement lorsque vous ne pouvez recueillir l.eau de pluie ni installer les appareils de distillation solaires.

Les liquides provenant des poissons

49. Boire le liquide aqueux présent le long de l.épine dorsale et dans les yeux des gros poissons. Couper soigneusement le poisson en deux pour recueillir le liquide entourant l.épine dorsale et sucer l..il. Si vous manquez d.eau au point de boire ce liquide, il faut vous abstenir de boire tous les autres fluides corporels. Ces autres fluides contiennent beaucoup de protéines et de matière grasse, et leur digestion exigera de votre organisme plus d.eau que ces fluides n.en fournissent.

Glace de mer

50. En eaux arctiques, vous pouvez utiliser la vieille glace de mer en guise d.eau potable. Cette glace est bleutée, se casse facilement et présente des angles arrondis. Elle ne contient à peu près plus de sel. La glace récente est grise, laiteuse, dure et salée. Les icebergs sont faits d.eau douce, mais il est très dangereux de s.en approcher. Ce ne sera qu.en dernier recours que vous utiliserez les icebergs comme source d.eau.

51. Dormir et se reposer sont les meilleures façons de traverser les périodes au cours desquelles l.eau et la nourriture sont rationnées. Vérifiez cependant que vous êtes suffisamment protégé du soleil pendant votre somme. Si la mer est grosse, attachez-vous au radeau, refermez les ouvertures et efforcez-vous de traverser la tempête de votre mieux. Le secret consiste à se détendre . ou au moins à essayer de le faire.

NOURRITURE

52. En pleine mer, le poisson constituera votre principale source de nourriture. Un certain nombre de poissons de mer sont dangereux et toxiques, mais, de façon générale, les poissons que vous prendrez s.il n.y a plus de terre en vue seront comestibles. Plus près des côtes, certains poissons peuvent être à la fois dangereux et toxiques. Certains poissons, comme le vivaneau et le barracuda, sont habituellement comestibles mais ceux qui évoluent dans les coraux et les atolls sont toxiques. Le poisson volant sautera même à bord de votre radeau!

Les poissons

53. Lorsque vous pêchez, évitez de manipuler les lignes à pêche à mains nues, de les enrouler autour de vos mains ou de les attacher au radeau de sauvetage. En adhérant à la ligne, le sel peut la transformer en une arête coupante qui peut tout autant abîmer le radeau que vos mains. Portez des gants, si vous en avez, ou enroulez vos mains dans une pièce de tissu avant de manipuler le poisson; vous vous protégerez ainsi des nageoires ou des ouïes coupantes.

54. Dans les régions chaudes, vider et saigner les poissons immédiatement après les avoir pris. Tailler les poissons que vous ne mangerez pas sur-le-champ en minces lamelles étroites et suspendre ces lamelles pour les faire sécher. Les poissons bien séchés pourront être consommés plusieurs jours plus tard. Cependant, s.ils ne sont pas nettoyés et séchés, ils se gâtent en une demi-journée. Les poissons à chair foncée se décomposent très rapidement. Si vous ne mangez

N.OUBLIEZ PAS !

1. Ne buvez pas d.eau salée.

2. Ne buvez pas d.urine.

3. Ne buvez pas d.alcool.

4. Ne fumez pas.

5. Ne mangez pas, à moins d.avoir suffisamment d.eau.

pas immédiatement la totalité de ces poissons, ne consommez pas les restes et utilisez-les comme appât.

55. Ne jamais manger les poissons dont les branchies sont pâles et luisantes, qui ont les yeux creux ou la peau et la chair flasques, ou encore qui dégagent une odeur désagréable. Les poissons sains présentent des caractéristiques opposées et dégagent une odeur franche d.eau salée ou de poisson. Ne confondez pas les anguilles et les serpents de mer, dont vous reconnaîtrez facilement le corps écailleux et la queue très profilée en forme d.aviron. Les anguilles comme les serpents de mer sont comestibles, mais vous devez manipuler les serpents avec précaution à cause de leur morsure venimeuse. Le coeur, le sang, les parois intestinales et le foie de la plupart des poissons sont comestibles. Les intestins doivent être cuits au préalable. Sont également comestibles les plus petits poissons partiellement digérés que vous pourriez trouver dans l.estomac d.un grand poisson. Enfin, les tortues de mer sont comestibles.

56. Le requin constitue une bonne source de nourriture et peut être consommé cru, cuit ou séché. La chair du requin se gâte très rapidement à cause de la concentration élevée d.urée dans le sang; le requin doit donc être saigné immédiatement après la prise et rincé plusieurs fois dans une eau propre, renouvelée après chaque rinçage. Certaines espèces de requins peuvent sembler meilleures que d.autres, mais vous pouvez considérer qu.il sont tous comestibles, sauf la laimargue atlantique (requin du Groenland) dont la chair se caractérise par une teneur très élevée en vitamine A. Ne mangez pas le foie des requins, à cause de sa teneur élevée en vitamine A.

Agrès de pêche

57. Vous pouvez confectionner des agrès de pêche avec les matériaux les plus divers, comme nous vous l.expliquons dans les paragraphes qui suivent :

a. Ligne à pêche. Utiliser des pièces de toile ou de bâche. Défaire les fils et les attacher par groupes de trois brins ou plus de courte longueur. Les lacets et les suspentes de parachute font aussi d.excellentes lignes à pêche.

b. Hameçons. Aucun naufragé ne devrait être dépourvu de matériel de pêche, mais si vous vous trouvez dans cette situation, vous devez vous fabriquer des hameçons en suivant les instructions fournies au chapitre 8.

c. Leurres. Vous pouvez confectionner des leurres en attachant un hameçon double à n.importe quelle pièce de métal brillant.

d. Grappin. Accrocher les algues avec un grappin. En le secouant, vous pourriez déloger des crabes, des crevettes ou de petits poissons qui s.y abritaient; ils vous serviront de nourriture ou d.appât. Les algues elles-mêmes sont également comestibles, mais vous ne devez les manger que si vous avez amplement d.eau potable. Vous pouvez confectionner un grappin improvisé avec des pièces de bois. Utilisez un morceau de bois assez lourd comme tige principale et fixez-y trois plus petits morceaux de bois à l.aide de cordages pour lui donner la forme d.un grappin.

e. Appât. Vous pouvez utiliser un petit poisson pour en appâter un plus gros. Attrapez de petits poissons avec un filet; si vous n.avez pas de filet, fabriquez-en un avec une pièce d.étoffe. Enfoncez le filet sous l.eau et relevez-le vers le radeau. Vous pouvez aussi utiliser les intestins d.oiseaux et de poissons comme appâts. Lorsque vous pêchez avec des appâts, essayez de les maintenir en mouvement dans l.eau pour leur donner apparence de vie.

Conseils pour la pêche

58. Voici de précieux conseils qui vous permettront de tirer profit de la pêche:

a. Soyez extrêmement prudent avec les poissons qui ont des dents et des épines.

b. Coupez votre ligne pour libérer un gros poisson plutôt que de risquer de faire chavirer le radeau. Essayez de prendre de petits poissons plutôt que des gros.

c. Ne percez pas votre radeau avec des crochets ou d.autres accessoires pointus.

d. Ne pêchez pas lorsque vous apercevez de gros requins dans le secteur.

e. Essayez de repérer les bancs de poissons et de vous en approcher.

f. Pêchez la nuit avec une source lumineuse. La lumière attire les poissons.

g. Le jour, certains poissons recherchent les zones ombragées. Ils peuvent se cacher sous votre radeau.

h. Improvisez une lance en attachant un couteau à un aviron. Une lance peut vous aider à attraper de plus gros poissons, mais vous devrez les hisser rapidement à bord du radeau, faute de quoi ils se libéreront. De plus, prenez soin d.attacher le couteau très solidement; sinon, vous pourriez le perdre.

i. Prenez toujours bien soin de votre matériel de pêche. Asséchez vos lignes à pêche, nettoyez et aiguisez vos hameçons, et ne laissez pas les hameçons se prendre dans les lignes.

Les oiseaux

59. Comme l.indique le chapitre 8, tous les oiseaux sont comestibles et vous pouvez manger tous ceux que vous capturerez. Des oiseaux peuvent parfois se poser sur votre radeau, mais ils sont généralement craintifs. Vous pourrez attirer certains oiseaux à portée de tir en laissant traîner une pièce de métal brillante derrière le radeau. Cette manoeuvre est, bien entendu, sans intérêt si vous n.avez pas d.arme à feu.

60. Il est possible d.attraper un oiseau qui se pose à faible distance de vous. S.il ne se pose pas suffisamment près ou prend appui de l.autre côté du radeau, vous pourriez réussir à l.attraper avec un n.ud coulant. Placez un appât au centre du n.ud coulant et attendez que l.oiseau se pose. Lorsque les pattes de l.oiseau sont au centre du noeud, tirez fermement sur la corde.

61. Ne négligez aucune partie de l.oiseau. Utilisez ses plumes comme isolant, ses pattes et ses entrailles comme appâts, et ainsi de suite. Faites travailler votre imagination.

PROBLÈMES MÉDICAUX ASSOCIÉS À LA SURVIE EN MER

62. En mer, vous pouvez souffrir du mal de mer, de plaies causées par l.eau salée ou de certains problèmes de santé que l.on éprouve aussi à terre, la déshydratation et les coups de soleil par exemple. Ces problèmes peuvent s.aggraver si vous ne les traitez pas correctement.

Le mal de mer

63. Le mal de mer est en fait une nausée associée à des vomissements, causés par le mouvement incessant du radeau. Il a pour conséquences :

a. une très grande perte de fluides et un épuisement;

b. la diminution de la volonté de survivre;

c. la transmission du malaise aux autres passagers;

d. l.attraction des requins à proximité du radeau;

e. la détérioration des conditions d.hygiène.

64. Pour traiter le mal de mer, vous devez :

a. laver le malade et le radeau pour éliminer les vomissures et l.odeur qu.elles dégagent;

b. empêcher le malade de manger jusqu.à ce que la nausée disparaisse;

c. faire étendre le malade et le laisser se reposer;

d. donner au malade des comprimés contre le mal de mer, si vous en avez. S.il est incapable d.avaler ces pilules, les lui administrer par voie rectale afin que l.organisme les absorbe.

Plaies causées par l.eau salée

65. Ces plaies sont attribuables à la rupture de la peau exposée à l.eau salée durant de longues périodes. Elles peuvent former du pus et des croûtes, qui ne doivent être ni percées ni vidées. Rincez plutôt les plaies avec de l.eau douce, si vous en avez, et laissez sécher. Appliquer un produit antiseptique, si vous en avez.

Gelures, pied d.immersion et hypothermie

66. Ces problèmes sont semblables aux maladies propres à une exposition à de très basses températures. Leurs symptômes et leur traitement sont décrits au chapitre 15.

Troubles de la vision et maux de tête

67. Si de la fumée, des flammes ou d.autres impuretés vous blessent les yeux, rincez-les immédiatement avec de l.eau salée, puis avec de l.eau douce, si vous en avez. Appliquez un onguent, si vous en avez. Bandez-vous les deux yeux durant 18 à 24 heures, ou même plus,

selon la gravité des blessures. Si vous avez les yeux injectés de sang et enflés à cause de la luminosité et de la réflexion du soleil sur l.eau, recouvrez-les d.un bandage léger. Essayez d.éviter ce problème en portant des lunettes de soleil; confectionnez des lunettes improvisées, au besoin.

Constipation

68. Il est courant de souffrir de constipation durant un séjour prolongé en radeau. Ne prenezpas de laxatif, ce qui accentuerait la déshydratation de votre organisme. Faites autant d.exercice que la situation le permet et buvez une quantité d.eau adéquate, si cela est possible.

Difficulté pour uriner

69. Ce problème fréquent est surtout causé par la déshydratation. Il est préférable de ne rien tenter pour le soulager, car le traitement pourrait accentuer la déshydratation.

Coups de soleil

70. Les coups de soleil constituent un grave problème en situation de survie en mer. essayez d.éviter les brûlures dues au soleil en demeurant à l.ombre de la tente et en couvrant votre tête et la plus grande partie possible de votre corps. Utilisez la crème et le bâton de baume pour les

NOTE

Certains survivants ont indiqué que l.installation d.une toile ou le fait de fixer

l.horizon les a aidés à se débarrasser du mal de mer. D.autres ont affirmé que le

fait de nager le long du radeau durant de brèves périodes les a soulagés, mais une

extrême prudence s.impose si on se met à l.eau.

lèvres que contient votre trousse de premiers soins. N.oubliez pas que la réflexion du soleil sur l.eau a le même effet que le soleil.

LES REQUINS

71. Que vous soyez dans l.eau ou dans un radeau ou une autre embarcation de sauvetage, vous observerez de nombreuses formes de vie marine autour de vous. Certaines sont plus dangereuses que d.autres. Généralement, ce sont les requins qui représentent le plus grand danger pour l.homme. Les autres espèces animales telles les baleines, les marsouins et les raies peuvent avoir l.air dangereuses, mais ne présentent que peu de danger en pleine mer.

72. Sur des centaines d.espèces de requins, seules 20 espèces sont reconnues pour attaquer l.homme. Les espèces les plus à craindre sont le grand requin blanc, le requin-marteau, le requin-taupe bleu et le requin-tigre. Le requin gris, le requin bleu, le requin-citron, le requin-taureau, le requin-nourrice, le requin bouledogue et le rameur se sont également attaqués à l.homme. Prenez pour acquis que tout requin de plus d.un mètre est dangereux.

73. On retrouve des requins dans toutes les mers et tous les océans du monde. Un grand

nombre d.entre eux évoluent et trouvent leur nourriture dans les profondeurs de la mer, .autres chassent près de la surface. Les requins vivant près de la surface sont ceux que vous avez le plus de chance d.apercevoir. Leurs nageoires dorsales font souvent saillie hors de l.eau. Les requins des mers tropicales et subtropicales sont beaucoup plus agressifs que ceux des mers tempérées.

74. La quête de nourriture est, de loin, la principale activité du requin. Son alimentation habituelle englobe tous les types d.animaux vivants et il attaquera indifféremment les animaux blessés ou sans défense. La vue, l.ouïe et l.odorat le guident vers sa proie. Les requins sont connus pour leur odorat très développé et pour l.excitation que suscite, chez eux, l.odeur du sang dans l.eau. De plus, ils repèrent très rapidement toute vibration inhabituelle dans l.eau; les mouvements particuliers d.un nageur ou d.un animal blessé par exemple, les explosions sous l.eau ou même un poisson se débattant au bout d.une ligne à pêche.

75. Les requins peuvent attaquer dans à peu près n.importe quelle position; ils n.ont pas à se tourner de côté pour être en mesure d.attaquer. Certains gros requins sont munis de mâchoires tellement proéminentes qu.ils peuvent facilement avaler des objets flottant à la surface de l.eau sans se tourner de côté.

76. Les requins peuvent chasser seuls, mais la plupart des attaques signalées ont été menées en groupe. Les petits requins se déplacent souvent en bancs et attaquent en groupe. Chaque fois qu.un requin capture une proie, les autres le rejoignent rapidement. Un requin blessé ne fait pas exception à la règle et sera attaqué par le reste du groupe aussi rapidement qu.une autre proie.

77. Les requins mangent à toute heure du jour et de la nuit. La majorité des rencontres et des attaques de requins se sont produites en plein jour, souvent en fin d.après-midi. Voici un certain nombre de précautions que vous pouvez prendre pour vous protéger des requins pendant que

vous êtes à l.eau :

a. Restez à proximité des autres nageurs. Un groupe peut assurer une surveillance

sur 360 degrés. Il est plus facile d.effrayer les requins ou de se défendre contre eux en groupe.

b. Assurez une surveillance constante. Conservez tous vos vêtements, y compris vos souliers. L.histoire révèle que, dans un groupe, les premières cibles des requins seront ceux qui n.ont pas de vêtements et que l.attaque visera le plus souvent les pieds. Les vêtements vous protégeront également des écorchures, si un requin vous frôle de trop près.

c. Évitez d.uriner. Si vous devez absolument uriner, libérez seulement de petites quantités à la fois. Laissez l.urine se dissiper, puis recommencez. Si vous devez déféquer, de même libérez seulement de petites quantités à la fois et éloignezvous le plus rapidement possible. Procédez de la même façon en cas de vomissement.

78. Si vous êtes à l.eau et que vous voyez le requin se préparer à attaquer, criez et remuez

l.eau suffisamment pour le tenir à distance. Vous réussirez parfois à effrayer un requin en criant sous l.eau ou en frappant la surface de l.eau de façon répétée. Conservez toutefois vos forces pour vous défendre en cas d.attaque.

79. Si vous êtes attaqué, défendez-vous avec vos pieds et vos poings. Frappez le requin sur les branchies ou dans les yeux, si c.est possible. En frappant le requin sur le nez, vous risquez de vous blesser si le poing dévie et frappe finalement ses dents.

80. Si vous apercevez des requins une fois à bord d.un radeau, vous devez respecter lesconsignes suivantes :

a. Ne pas pêcher. Si vous tenez un poisson au bout de votre ligne à pêche, laissez-le aller. Ne pas nettoyer de poissons autour du radeau

b. Ne pas jeter de déchets par-dessus bord.

c. Ne pas laisser vos bras, vos jambes ou une pièce d.équipement traîner dans l.eau.

d. Rester tranquille et ne pas bouger.

e. Si vous avez des morts, effectuer une brève cérémonie funéraire aussitôt que possible. S.il y a beaucoup de requins dans le secteur, rejeter les dépouilles à la mer au cours de la nuit.

81. Si un requin se prépare à vous attaquer à bord du radeau, frappez-le avec n.importe quoi,sauf vos mains; vous subiriez plus de dommages que le requin. Si vous le frappez avec un aviron, prenez garde de ne pas le briser ou le perdre.

REPÉRER LA TERRE

82. Vous devez demeurer à l.affût de tous les indices pouvant signaler la proximité de la terre. De nombreux signes peuvent vous indiquer que vous vous approchez d.une côte.

83. Un cumulus immobile par ciel clair ou dans un ciel où tous les autres nuages se déplacent marque souvent l.emplacement d.une île ou le côté sous le vent d.une île.

84. Sous les tropiques, la réflexion du soleil sur les lagons peu profonds ou les cordons de récifs coralliens colore souvent le ciel d.une teinte verdâtre.

85. En régions arctiques, des reflets légèrement teintés sur les nuages indiquent souvent la présence de champs de glace ou d.une terre recouverte de neige. Ces reflets sont très différents des reflets gris sombre qui surplombent les grandes étendues d.eau.

86. Les eaux très profondes prennent une couleur vert foncé ou bleu foncé. Une teinte plus pâle indique que les eaux sont moins profondes, ce qui peut révéler la proximité d.une côte.

87. La nuit, sous la pluie ou encore dans la brume ou le brouillard, les sons et les odeurs peuvent indiquer que vous vous approchez de la terre. L.odeur de moisissure propre aux mangroves et aux battures de vase se propage sur de grandes distances. Vous pouvez entendre le grondement des vagues bien avant de les apercevoir. Enfin, des cris incessants d.oiseaux marins en provenance de la même direction indiquent leur lieu de nidification sur une terre proche.

88. Vous verrez généralement plus d.oiseaux près des côtes qu.en pleine mer. La direction d.où viennent les oiseaux à l.aube et vers laquelle ils se dirigent au crépuscule peut marquer l.emplacement de la terre. En plein jour, les oiseaux sont en quête de nourriture et la direction qu.ils prennent n.a aucune valeur significative.

89. Les mirages se produisent sous toutes les latitudes, mais ils sont plus fréquents sous les tropiques, particulièrement au milieu de la journée. Prenez garde de ne pas confondre un mirage avec la terre ferme. Le mirage disparaîtra ou encore son apparence et sa hauteur changeront si vous vous penchez ou si vous vous relevez légèrement.

90. Vous pouvez réussir à déceler la présence d.une terre en étudiant la propagation des vagues, qui rebondiront après avoir touché le rivage (figure 16-20). En vous déplaçant à la faveur des vagues, parallèlement aux zones de turbulence légère marquées d.un X sur la figure, vous devriez éventuellement arriver à terre.

1-copie-91.jpg

Figure 16-20 : Propagation des vagues autour d.une île

TECHNIQUES D.ÉCHOUAGE OU D.ACCOSTAGE

91. Une fois la terre en vue, il vous faut encore y parvenir sans encombre. Vous rejoindrez généralement la terre sans danger à bord d.un radeau monoplace. Par fortes vagues, cependant, il est difficile et même dangereux de s.approcher du rivage. Prenez votre temps et choisissez minutieusement votre point d.accostage. Essayez de ne pas vous approcher de la côte avec un soleil couchant droit devant vous. Essayez plutôt d.accoster à la face abritée de l.île ou sur une pointe de terre s.avançant dans la mer. Examinez attentivement la crête des vagues pour y repérer toute interruption et prenez cette direction. Évitez les récifs de corail et les escarpements rocheux. Il n.y aura aucun récif de corail à l.embouchure des rivières d.eau douce. Prenez garde aux courants de retour et aux courants de marée parfois impressionnants qui peuvent vous rejeter au large. Vous pouvez émettre des signaux de détresse ou longer la côte pour tenter de trouver une plage peu accidentée où la vague est moins forte.

92. Si vous devez traverser de grosses vagues avant de mettre pied à terre, enlevez le mât. Conservez vos vêtements et vos chaussures pour vous protéger des coupures profondes. Gonflez et ajustez votre gilet de sauvetage. Passez votre ancre flottante au-dessus de l.arrière du radeau et laissez filer tout le cordage dont vous disposez. Dirigez le radeau à l.aide des avirons ou des pagaies que vous avez à bord, et réglez fréquemment la traînée de l.ancre flottante pour maintenir le cordage sous tension. Vous garderez ainsi le cap sur le rivage et empêcherez que la mer ne retourne l.arrière du radeau et le fasse chavirer. À l.aide des avirons ou des pagaies, essayez de « surfer » sur le côté du large d.une grosse vague.

93. Les vagues ne sont pas nécessairement régulières et leur force peut varier; il faut donc adapter votre méthode aux conditions existantes. Une bonne façon de traverser les vagues consiste à faire asseoir la moitié des passagers d.un côté du radeau et l.autre moitié en face d.eux, de l.autre côté du radeau. Lorsqu.une grosse vague déferle, la moitié des passagers doivent ramer (pagayer) vers le large jusqu.à ce que le radeau soit sorti de la crête de la vague, puis l.autre moitié doit ramer (pagayer) en direction de la terre jusqu.à la prochaine vague déferlante.

94. Si le vent est fort et que la vague est grosse, le radeau doit atteindre une vitesse maximale pour traverser rapidement la crête de la vague qui déferle sans tourner ni chavirer. Il faut éviter, dans le mesure du possible, de croiser une grosse vague au moment où elle se brise.

95. Si les vagues sont de hauteur moyenne et qu.il n.y a pas de vent ou que celui-ci souffle vers la terre, vous devez empêcher que le radeau ne passe sur une vague à une trop grande vitesse et ne retombe brutalement après avoir dépassé la crête de la vague. Si la vague fait chavirer le radeau, essayez de vous y agripper et d.avancer avec lui.

96. Au moment où le radeau approche de la plage, essayez de surfer sur la crête d.une grosse vague. Ramez ou pagayez très fort et avancez aussi loin que vous le pouvez sur la plage. Attendez pour sauter du radeau qu.il ait touché terre, puis sortez rapidement et tirez-le sur la plage.

97. Si vous avez le choix, ne mettez pas pied à terre la nuit. Si vous avez de bonnes raisons de croire que les lieux sont habités, tenez-vous à l.écart de la plage, signalez votre présence et attendez que ces habitants viennent vous chercher.

98. Si vous croisez de la glace de mer, débarquez uniquement sur les grandes plaques stables ou sur la banquise. Évitez les icebergs, qui peuvent basculer, et les petites plaques de glace ainsi que celles qui ont visiblement commencé à fondre. Servez-vous des avirons et de vos mains pour empêcher le radeau de frotter contre le bord de la glace. Sortez le radeau de l.eau et placez le à bonne distance du bord. Il pourra peut-être vous servir d.abri. Vous devez le tenir gonflé et prêt à flotter. Une plaque de glace peut se rompre à tout moment.

NAGER VERS LE RIVAGE

99. Si vous ne pouvez atteindre le rivage en radeau et que vous devez vous y rendre à la nage, enfilez vos chaussures et au moins une épaisseur de vêtement. Utilisez la nage indienne ou la brasse pour économiser vos forces.

100. Si la vague n.est pas trop forte, surfer sur le dos d.une petite vague en nageant dans le même sens qu.elle vers le rivage. Plongez à faible profondeur juste avant que la vague ne brise.

101. Par fortes vagues, nagez vers le rivage en restant dans le creux des vagues. lorsqu.une grosse vague approche, faites-lui face et plongez sous l.eau. Une fois la vague passée, nagez vers le rivage dans le creux qui la sépare de la vague suivante. Si vous êtes pris par le ressac d.une grosse vague, poussez contre le fond ou nagez vers la surface et progressez vers le rivage de la façon indiquée ci-dessus.

102. Si vous devez accoster dans une zone rocheuse, tentez de trouver un endroit où les vagues montent sur les rochers. Évitez les zones où les vagues se fracassent en projetant une écume blanche. Approchez-vous lentement à la nage. Vous aurez besoin de toutes vos forces pour vous agripper aux rochers. Pour limiter les blessures, il est préférable, d.être entièrement habillé et de porter des chaussures.

103. Après avoir choisi l.endroit où vous accosterez, progressez dans les brisants en suivant une grosse vague. En position assise, placez-vous face au rivage en gardant les pieds devant vous, de 60 à 90 cm (2 à 3 pieds) plus bas que la tête. Cette position vous permettra d.amortir l.impact avec vos pieds lorsque vous toucherez le fond ou frapperez des roches ou des récifs submergés. Si vous n.atteignez pas le rivage derrière la vague que vous aviez choisie, nagez en vous aidant de vos mains seulement. À l.approche de la vague suivante, reprenez la position assise, les pieds devant. Répétez cette man.uvre jusqu.à ce que vous touchiez le fond.

104. Les eaux sont plus calmes après un secteur peuplé d.algues. Tirez avantage de cette végétation. Ne tentez pas de nager entre les algues, mais contentez-vous de vous traîner audessus en vous agrippant aux algues pour avancer.

105. Traversez un récif corallien ou rocheux de la même façon que vous aborderiez un rivage rocheux. Gardez les deux pieds rapprochés et les genoux légèrement fléchis, détendez-vous et adoptez une position assise dans le but d.amortir l.impact contre les récifs.

RÉCUPÉRATION OU SAUVETAGE

106. Dès que vous voyez une équipe de sauvetage s.approcher pour vous récupérer, que ce soit un bateau, un navire, un hélicoptère ou un avion, dégagez rapidement les cordages (lignes de pêche ou de dessalement) et autre matériel pouvant s.emmêler pendant les man.uvres de sauvetage. Attachez tous les objets et articles pouvant se déplacer dans le radeau. Abaissez les voiles, le taud et la tente pour faciliter votre récupération en toute sécurité. Après avoir attaché tous les articles, mettez votre casque si vous l.avez encore. Gonflez complètement votre gilet de sauvetage. À moins de recevoir d.autres instructions, restez à bord du radeau et déposez tout votre équipement, à l.exception des gilets de sauvetage. S.ils sont en mesure de le faire, des sauveteurs descendront pour vous venir en aide. N.oubliez pas qu.il est très important de suivre toutes les instructions transmises par l.équipe de sauvetage.

107. Si la récupération par hélicoptère est effectuée sans autre assistance, vous devez au

préalable prendre les mesures qui suivent :

a. Assujettir tout l.équipement pouvant se déplacer dans le radeau, dans le sac d.équipement de survie ou dans les pochettes de l.embarcation.

b. Déployer l.ancre flottante, les poches de stabilisation et le sac d.équipement.

c. Dégonfler partiellement le radeau et le remplir d.eau.

d. Détacher le conteneur de survie largable du harnais du parachute.

e. Saisir la poignée du radeau et rouler hors du radeau.

f. Laisser le câble ou le dispositif de récupération se coucher à la surface de l.eau.

g. Ne pas lâcher la poignée du radeau avant de tenir le dispositif de récupération dans l.autre main.

h. S.attacher correctement à ce dispositif, en évitant de le mêler aux cordages du radeau.

i. Signaler à l.opérateur du treuil de levage de vous remonter

Partager cet article

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Habitat