Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 10:38

CHAPITRE 16

SURVIE EN MER

1-copie-71.jpg

1. C.est probablement en mer que vous ferez face aux conditions de survie les plus difficiles. La survie à court ou à long terme dépend alors, d.une part, des vivres et de l.équipement dont vous disposez, et, d.autre part, de votre ingéniosité. Pour survivre, vous devez tirer profit de toutes les ressources qui s.offrent à vous.

2. L.eau recouvre environ 75 pour cent de la surface de la Terre, dont près de 70 pour cent sont constitués de mers et d.océans. Vous pouvez par conséquent supposer que vous traverserez, un jour ou l.autre, de vastes plans d.eau. Le risque que l.avion ou le navire à bord duquel vous montez soit endommagé au cours d.une tempête ou par suite d.une collision, d.un incendie ou d.une guerre ne peut être totalement écarté.

SECTION 1

ACCIDENT EN PLEINE MER

3. Après avoir survécu à un accident en pleine mer, vous devez composer avec les vagues et le vent. Il se peut que vous soyez aussi exposé à un froid ou à une chaleur intense. Pour éviter que ces conditions environnementales ne deviennent de graves problèmes, vous devez aussi rapidement que possible prendre certaines mesures de précaution. Vous devez tirez profit de ce qui vous entoure pour vous protéger des éléments naturels, de la chaleur, de l.humidité et d.un froid extrême.

4. Se protéger des éléments naturels ne répond toutefois qu.à l.un de nos besoins essentiels. Il faut aussi trouver de la nourriture et de l.eau potable. Ce n.est qu.en satisfaisant ces trois besoins vitaux que vous éviterez les problèmes physiques et psychologiques graves. Vous devez cependant savoir comment traiter divers problèmes de santé pouvant être associés à la situation particulière dans laquelle vous vous trouvez.

MESURES DE PRÉCAUTION

5. Votre survie en mer dépend surtout de trois facteurs :

a. votre connaissance et votre habileté à utiliser l.équipement de secours dont vous disposez,

b. vos aptitudes particulières et votre capacité d.en tirer profit pour faire face aux dangers auxquels vous êtes confrontés,

c. votre volonté de survivre.

6. Lorsque vous montez à bord d.un navire ou d.un avion, vérifiez quel équipement de secours a été embarqué, à quel endroit il se trouve et de quoi il se compose exactement. Trouvez, par exemple, combien de gilets de sauvetage et de canots ou de radeaux de sauvetage ont été emportés. Où se trouvent-ils à bord? Quel type d.équipement de secours a été stocké dans les radeaux? Quelle quantité d.eau, de nourriture et de médicaments y trouverez-vous? Pour combien de personnes ont-ils été conçus?

7. Si vous êtes responsable d.autres membres d.équipage à bord, assurez-vous de savoir exactement où ils se trouvent et à quel endroit ils peuvent vous trouver.

AVION COULÉ EN MER

8. Si l.avion dans lequel vous êtes monté est coulé en mer, vous devez prendre les mesures qui suivent dès votre sortie de l.avion. Que vous soyez dans l.eau ou dans un radeau de sauvetage, vous devez :

a. vous éloigner aussitôt que possible et vous placer devant l.avion, par rapport à la direction d.où vient le vent, mais demeurer à proximité jusqu.à ce que celui-ci ait disparu sous l.eau,

b. vous éloigner des nappes de combustible flottant à la surface de l.eau, pour éviter les brûlures si celui-ci prend feu,

c. essayer de trouver d.autres survivants.

9. La zone de l.accident et tout son voisinage font habituellement l.objet de recherches pour retrouver le plus grand nombre de survivants possible. Les personnes manquant à l.appel peuvent être inconscientes et flotter entre deux eaux. L.illustration 16-1 montre la marche à suivre en vue d.un sauvetage.

10. La meilleure technique pour récupérer une personne tombée à la mer consiste à lui lancer un gilet de sauvetage fixé à une corde. On peut également envoyer, depuis le radeau de sauvetage, un nageur (le sauveteur) qui se déplacera avec une bouée de sauvetage préalablement reliée au radeau par une corde, bouée qui supportera son poids pendant la man.uvre. Cette façon de procéder aidera le sauveteur à préserver ses forces au cours du sauvetage. La méthode la moins acceptable consiste à envoyer un nageur sans bouée de sauvetage, mais relié par une corde, pour tenter de récupérer un survivant. Quelle que soit la situation, le nageur doit porter un gilet de sauvetage. De plus, le sauveteur ne doit en aucun cas sous-estimer la force d.une personne succombant à la panique après s.être retrouvée à l.eau. Le sauveteur doit s.approcher du survivant avec beaucoup de prudence pour éviter d.être blessé.

11. En s.approchant par l.arrière d.un survivant en détresse, le sauveteur élimine une bonne part des risques de recevoir un coup de pied, d.être égratigné ou d.être empoigné par la personne à la mer. Il doit se placer directement derrière la personne à qui il vient en aide et saisir la courroie dorsale arrière de son gilet de sauvetage. Il pourra ensuite revenir au radeau à la nage indienne en traînant le survivant récupéré.

12. Si vous vous retrouvez à l.eau, regagnez un canot ou un radeau aussi vite que possible. S.il n.y a pas d.embarcation de sauvetage, essayez de trouver un débris flottant de grandes dimensions pour vous y agripper. Détendez-vous; une personne qui sait comment se détendre dans l.eau de mer risque peu de se noyer. La flottabilité naturelle du corps vous maintiendra au moins le dessus de la tête hors de l.eau, mais il vous faudra effectuer certains mouvements pour garder le visage au-dessus de l.eau.

1-copie-72.jpg

Figure 16-1 : Sauvetage d.un homme à la mer

13. Flotter sur le dos vous aidera à économiser vos forces. Étendez-vous sur le dos, et étirez vos bras et vos jambes dans l.eau en courbant le dos. En inspirant et en expirant l.air de façon régulière, vous maintiendrez votre visage hors de l.eau en tout temps et vous pourrez peut-être même dormir durant de brèves périodes dans cette position. Votre tête sera partiellement submergée, mais votre visage ne le sera pas. Si vous ne pouvez flotter sur le dos ou si la mer est trop mauvaise, reposez-vous en plongeant le visage sous l.eau comme le montre l.illustration 16-2.

1-copie-73.jpg

Figure 16-2 : Position permettant de flotter

14. Voici les styles de nage les plus recommandés en situation de survie :

a. La nage en chien. Ce style de nage est très utile pour une personne entièrement vêtue ou portant un gilet de sauvetage. Bien qu.elle n.assure pas une progression très rapide, elle permet de conserver une grande partie de son énergie.

b. La brasse. Ce style de nage permet de se déplacer sous l.eau par grosse mer ou encore de s.éloigner de nappes de combustible ou de débris. C.est probablement la nage la plus appropriée pour parcourir une grande distance : elle vous permet d.économiser votre énergie et de progresser à une vitesse raisonnable.

c. La nage indienne. C.est une nage de repos intéressante parce qu.elle exige l.emploi d.un seul bras pour conserver son élan et maintenir sa flottabilité.

d. Le dos crawlé. Cette nage est aussi une excellente nage de repos. Elle détend les muscles auxquels les autres styles de nage font appel. C.est la nage la plus recommandée si une explosion sous l.eau vous semble probable.

15. Si vous vous trouvez à proximité d.un produit pétrolier enflammé à la surface de l.eau :

a. Débarrassez-vous de vos souliers et, s.il vous maintient à la surface de l.eau, de votre gilet de sauvetage.

b. Bouchez-vous le nez, puis fermez les yeux et la bouche, et plongez rapidement sous l.eau.

c. Nagez aussi loin que possible sous l.eau avant de refaire surface pour prendre une respiration.

d. Avant de refaire surface pour respirer, déplacez avec vos mains tout fluide enflammé hors de la zone où vous désirez sortir la tête. Une fois la zone

débarrassée des flammes, vous pouvez refaire surface et prendre quelques respirations. Essayez de vous placez dos au vent avant de respirer.

e. Redescendez sous l.eau, les pieds en premier, et continuez en suivant ces instructions jusqu.à ce que vous vous soyez éloigné des flammes.

16. Si vous êtes entouré de produits pétroliers non enflammés, conservez la tête le plus haut possible hors de l.eau pour empêcher tout contact de ces produits avec vos yeux. Attachez votre gilet de sauvetage à votre poignet et utilisez-le comme un radeau.

17. Avec un gilet de sauvetage, vous pourrez vous maintenir à la surface de l.eau durant une période indéfinie; vous devez, dans un tel cas, demeurer immobile et vous mettre en position fœtale (position HELP pour Heat Escaping Lessening Posture) pour conserver votre chaleur corporelle le plus longtemps possible. Le corps humain perd environ 50 pour cent de sa chaleur par la tête; c.est pourquoi il est important de garder la tête hors de l.eau. Les autres parties du corps responsables d.une perte de chaleur élevée sont le cou, les côtés et l.aine. La position fœtale, ou position en chien de fusil, est illustrée à la figure 16-3.

18. Vous devez procéder comme suit si vous êtes à bord d.un radeau :

a. Vérifier la condition physique de toutes les personnes à bord. Donner les premiers soins à celles qui en ont besoin, le cas échéant. Prendre des pilules contre le mal de mer, si vous en avez. Pour une efficacité maximale, laisser fondre cette pilule sous la langue. Les médicaments contre le mal de mer existent également sous forme d.injections et de suppositoires. Les vomissements, qu.ils soient attribuables au mal de mer ou à d.autres malaises, augmentent les risques de déshydratation.

NOTE

Si votre gilet de sauvetage n.est pas gonflé, conservez-le.

1-copie-74.jpg

Figure 16-3 : Position fœtale

b. Tenter de récupérer tous les éléments utiles qui flottent à la surface de l.eau . les vivres, les gourdes, les cruches isolantes et autres récipients; les vêtements; les coussins de siège; les parachutes; et toute autre chose pouvant vous être utile. Assujettir les éléments récupérés à l.intérieur ou à l.extérieur du radeau. Vérifier que ces éléments ne présentent aucune arête vive pouvant crever le radeau.

c. Si vous voyez d.autres radeaux à la mer, vous devez vous relier les uns aux autres, par des cordages, en laissant entre vous environ 7,5 m de distance. Vous devez vous tenir prêts à vous rapprocher si vous voyez ou entendez un avion. L.équipage de l.avion repérera plus facilement vos radeaux si vous dérivez à proximité les uns des autres.

d. N.oubliez pas qu.une opération de sauvetage en mer exige la collaboration de tous. Vous devez utiliser tous les dispositifs de signalisation visuels ou électroniques à votre portée pour indiquer votre présence et prendre contact avec les équipes de sauvetage. Vous pouvez, par exemple, fixer un drapeau ou un élément fait d.un matériau réfléchissant sur un aviron et le brandir aussi haut que possible pour attirer l.attention.

1-copie-75.jpg

Figure 16-4 : Gonflement d.un radeau 20 places

1-copie-76.jpg

Figure 16-5 : Ancre flottante

e. Repérer la radio de secours et la mettre en marche. Les instructions concernant son mode de fonctionnement figurent sur l.appareil. Utiliser l.émetteur-récepteur de secours seulement si vous croyez probable qu.un avion ami survole la région. f. Préparer les autres dispositifs de signalisation en vue d.une utilisation immédiate. En territoire ennemi, éviter d.utiliser un dispositif de signalisation qui alertera l.ennemi. Si toutefois vous êtes dans une situation désespérée, vous devrez peut-être signaler votre présence à l.ennemi pour réussir à survivre.

g. Examiner l.état du radeau pour savoir s.il est correctement gonflé et s.il y a des fuites ou des zones endommagées. Vérifier que les chambres de flottabilité principales sont fermement gonflées (bien arrondies) sans être trop tendues (figure 16-4). Vérifier le gonflement du radeau régulièrement. L.air prend de l.expansion sous l.effet de la chaleur; vous devez par conséquent laisser sortir une certaine quantité d.air par temps très chaud et en ajouter lorsque la température baisse.

h. Nettoyer soigneusement le radeau de façon à le débarrasser de tout combustible. Les produits pétroliers affaibliront les matériaux dont il est fabriqué et sépareront les surfaces réunies par des joints collés.

1-copie-77.jpg

Figure 16-6 : Réglage de l.ancre flottante

i. Jeter l.ancre flottante à la mer ou improviser une ancre de cape avec le caisson du radeau, l.écope ou un paquet de vêtements enroulés. Une ancre flottante aide à ne pas s.éloigner de l.endroit de l.accident, ce qui facilitera votre localisation par les équipes de sauvetage si vous avez transmis votre position. Sans ancre flottante, votre radeau peut dériver de plus de 160 km par jour, ce qui diminue vos chances d.être retrouvés. Vous pouvez ajuster l.ancre flottante de manière qu.elle agisse comme ancre de retenue pour ralentir votre progression sous l.action du courant ou comme un moyen de vous déplacer à la faveur du courant. Cet ajustement consiste à déployer ou à refermer le cône de l.ancre flottante. Entièrement déployée, l.ancre flottante (figure 16-5) agit telle une ancre de cape et vous maintient à faible distance de votre position initiale. Une fois refermée, l.ancre forme un cône qui oppose davantage de résistance au courant et fait avancer le radeau dans la même direction que ce courant.

j. Vous devez aussi régler l.ancre flottante de façon qu.elle se trouve au creux d.une vague lorsque le radeau est au sommet de la vague précédente (figure 16-6).

k. Enrouler un tissu autour du cordage de l.ancre flottante pour l.empêcher d.user le radeau par frottement. L.ancre contribue aussi à maintenir le radeau face au vent et aux vagues.

l. Par gros temps, installer rapidement le taud ou la tente, qui vous protégera aussi des embruns. Dans un radeau à 20 places, laisser la tente montée en tout temps. Essayer de garder votre radeau aussi sec que possible et de répartir uniformément le poids en tout temps. Tous les passagers doivent demeurer assis et les plus lourds doivent se regrouper au centre.

m. Évaluer calmement tous les aspects de la situation et déterminer ce que vous et vos compagnons devez faire pour assurer votre survie. Répertorier les réserves d.eau potable, la nourriture et les pièces d.équipement dont vous disposez ainsi que les articles normalement étanches à l.eau qui pourraient être altérés par l.eau salée. Font partie de ce groupe les boussoles, les montres, le sextant, les allumettes et les briquets. Rationner la nourriture et l.eau.

n. Attribuer une tâche à chacune des personnes à bord : par exemple la collecte de l.eau, l.approvisionnement en nourriture, la vigie, l.opération de la radio, l.écopage et la transmission de signaux.

o. Tenir un journal. Consigner la dernière position relevée par le navigateur, l.heure et la date de l.accident, le nom et la condition physique des membres d.équipage et le calendrier de rationnement. Noter aussi les vents, la température, la direction de la houle, l.heure du lever et du coucher du soleil, et divers autres paramètres de navigation.

p. Si vous vous retrouvez en eaux ennemies, vous devez prendre des mesures de

sécurité particulières pour ne pas être repérés, notamment ne pas vous déplacer durant le jour; mouiller l.ancre flottante et attendre la tombée du jour avant de

NOTE

La vigie doit être relevée par un autre passager toutes les deux heures. Garder en tête, et rappeler aux autres personnes à bord, que la coopération est un des principaux facteurs de réussite en situation de

ramer ou de hisser une voile; vous efforcer de diminuer votre hauteur dans le radeau et vous couvrir en exposant le côté bleu de la toile de camouflage. Vous devez vous assurer que le navire ou l.avion que vous apercevez est neutre ou ami avant d.attirer son attention. Si l.ennemi vous repère et s.apprête à vous faire prisonnier, vous devez aussitôt détruire le journal, la radio, le matériel de navigation, les cartes, les dispositifs de signalisation et les armes à feu. Sauter ensuite par-dessus bord et plonger sous l.eau si l.ennemi ouvre le feu.

q. Décider s.il vaut mieux rester sur place ou tenter de vous déplacer. Essayer de répondre aux questions qui suivent : « Quels paramètres ont été transmis avant l.accident?

Les équipes de sauvetage connaissent-elles votre position?

La connaissez-vous en ce moment?

La température est-elle favorable aux opérations

de recherche? Est-il probable que d.autres navires ou d.autres avions croisent à l.endroit où vous vous trouvez? Combien de jours vos rations d.eau et de nourriture vous permettront-elles de survivre? »

Partager cet article

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Habitat