Présentation

  • seth-survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • : 16/05/2012
  • Retour à la page d'accueil

notre sponsor

bandeau seth

Mardi 14 août 2012 2 14 /08 /Août /2012 09:42

CHAPITRE 15

SURVIE PAR TEMPS FROID

1-copie-61.jpg

1. La survie par temps froid est l.un des défis les plus difficiles à relever. Rappelez-vous que le froid peut être un adversaire aussi redoutable qu.un soldat ennemi. Chaque fois que vous vous aventurez au froid, vous devez vous mesurer aux éléments. Mais une connaissance élémentaire de l.environnement, une bonne planification et un équipement adéquat peuvent vous permettre d.avoir le dessus. L.absence d.un ou de plusieurs de ces facteurs compromettra d.autant la survie. N.oubliez pas que la température hivernale est extrêmement variable. Préparez-vous à faire face au blizzard même par temps clair et ensoleillé.

2. Le froid menace bien davantage la survie qu.on ne pourrait le croire. Il altère la capacité de réflexion et la volonté d.agir du sujet, qui n.a plus qu.une idée en tête, se réchauffer. Le froid est un ennemi sournois; comme il engourdit le corps et l.esprit, il affaiblit la volonté de survivre. Au froid, on perd facilement de vue son objectif ultime : survivre.

SECTION 1

RÉGIONS ET LIEUX FROIDS

3. Les régions froides comprennent les zones arctique et subarctique et leurs zones limitrophes. Environ 48 % de la masse continentale totale de l.hémisphère boréal peut être considérée comme appartenant à une région froide, en raison de l.influence déterminante de la température de l.air. Les courants océaniques contribuent au refroidissement de la température et, sous leur influence, de vastes régions appartenant normalement à la zone tempérée peuvent se retrouver en zone froide pendant la période hivernale. L.altitude est un autre facteur déterminant qui doit être pris en considération dans la définition des régions froides.

4. Dans ces régions, on distingue deux types d.environnement froid : le froid humide et le froid sec. La connaissance de l.environnement auquel appartient votre zone d.opérations influera sur la planification et l.exécution d.une opération par temps froid.

FROID HUMIDE

5. Lorsque la température moyenne est égale ou supérieure à -10 ºC au cours d.une période de 24 heures, on est en présence d.un froid humide. Cette condition climatique est caractérisée par un gel pendant les heures les plus froides de la nuit et un dégel pendant le jour. Les températures sont alors plus élevées, mais le terrain est généralement très mou en raison de la présence de neige mouillée et de boue. Il importe alors de vous protéger contre l.humidité du sol et contre la pluie verglaçante et la neige mouillée.

FROID SEC

6. On est en présence d.un froid sec lorsque la température moyenne demeure en-dessous de -10 oC au cours d.une période de 24 heures. Même si, dans cet environnement, la température est de beaucoup inférieure à la normale, il n.est pas nécessaire de lutter contre le gel et le dégel. Dans ces conditions, vous devez augmenter le nombre de couches intérieures de vêtements pour vous protéger contre des températures pouvant descendre aussi bas que .60 ºC. Lorsqu.en plus il vente, la situation devient extrêmement dangereuse.

SECTION 2

REFROIDISSEMENT ÉOLIEN

7. Dans les régions froides, le refroidissement éolien contribue à accroître le danger. On entend, par refroidissement éolien, l.effet de l.air en mouvement sur la peau exposée. Par exemple, une température de -10 ºC conjuguée à un vent de 27,8 km/h (15 n.uds) équivaudrait, en tenant compte du refroidissement éolien, à une température de -23 ºC. À la figure 15-1, on trouve les facteurs de refroidissement éolien pour différentes températures et vitesses du vent.

8. Il ne faut pas oublier que l.on est exposé à un déplacement d.air analogue au vent si l.on fait du ski, on court, on se laisse traîner sur des skis par un véhicule ou on travaille à proximité d.un aéronef produisant un souffle aérodynamique.

SECTION 3

PRINCIPES DE BASE DE LA SURVIE PAR TEMPS FROID

9. Il est plus difficile dans un environnement froid que dans un environnement chaud de combler vos besoins de base, c.est-à-dire trouver de l.eau, de la nourriture et un abri. Même si ces besoins sont comblés, vous devez également porter des vêtements conférant une bonne protection et avoir la volonté de survivre. Cette volonté de survivre est aussi importante que la satisfaction des besoins de base. Il est arrivé, dans le passé, que des individus ayant la formation et l.équipement voulus n.aient pas réussi à survivre par temps froid parce que cette volonté leur faisait défaut. En revanche, d.autres personnes dont la formation et l.équipement laissaient davantage à désirer s.en sont tirées grâce à leur détermination.

10. L.U.S. Army offre aujourd.hui un vaste éventail de pièces d.équipement et de vêtements destinés aux températures rigoureuses. Les unités spécialisées peuvent avoir accès à des produits nouveaux et légers, comme les sous-vêtements en polypropylène, les vêtements d.extérieur et les bottes en GORE-TEX et d.autre équipement spécial. Rappelez-vous toutefois que vos anciens vêtements vous garderont au chaud si vous respectez certaines règles de protection contre le froid. Si vous disposez de vêtements composés des plus récentes fibres, portez-les, mais si tel n.est pas le cas, veillez à ce que tous vos vêtements soient entièrement composés de laine, à l.exception peut-être d.un coupe-vent.

11. Vous devez non seulement porter suffisamment de vêtements pour vous protéger contre le froid, mais également savoir comment tirer profit au maximum de la chaleur qu.ils vous procurent. Par exemple, veillez à avoir la tête couverte en tout temps. Entre 40 et 45 % de la chaleur corporelle peut être éliminée par la tête lorsque celle-ci est exposée, et ces pertes sont encore plus importantes lorsque le cou, les poignets et les chevilles ne sont pas couverts. Ces régions du corps sont d.excellents radiateurs de chaleur et ne sont guère protégées par une couche de graisse isolante. Le cerveau est très sensible au froid et ne peut supporter qu.un très faible refroidissement. Étant donné que la tête est très irriguée par les vaisseaux sanguins, dont la plupart sont superficiels, vous risquez de perdre facilement de la chaleur si vous ne portez pas de couvre-chef.

 

 

1-copie-59.jpg

 

Figure 15-1 : Tableau de l.indice de refroidissement éolien

12. Voici les quatre principes de base à respecter pour demeurer au chaud :

a. Porter des vêtements propres.

b. Éviter d.avoir trop chaud.

c. Porter plusieurs épaisseurs de vêtements amples.

d. Garder les vêtements secs.

13. Porter des vêtements propres. C.est un principe important en tout temps pour des raisons d.hygiène et de confort, mais particulièrement en hiver, sur le plan thermique. Des vêtements encrassés et souillés de graisse perdent leurs propriétés isolantes. La chaleur corporelle s.échappe en effet plus facilement à travers des vêtements dont les poches d.air sont écrasées ou obstruées.

14. Éviter d.avoir trop chaud. Quand on a trop chaud, on transpire, et les vêtements absorbent l.humidité. On perd ainsi de la chaleur de deux façons : l.humidité diminue les propriétés isolantes des vêtements, et l.évaporation de la transpiration entraîne un refroidissement du corps. Modifiez votre habillement de manière à ne pas transpirer. Pour ce faire, entrouvrez votre parka ou votre veste, enlevez une couche de vêtements intérieurs, vos grosses mitaines ou le capuchon de votre parka, ou encore changez de couvre-chef. Le rafraîchissement de la tête et des mains suffit pour dissiper le surplus de chaleur.

15. Porter plusieurs épaisseurs de vêtements amples. Le port de vêtements et de chaussures serrés entrave la circulation sanguine et favorise les lésions dues au froid. Le volume d.air emprisonné entre les couches de vêtements se trouve en outre réduit, de même que ses propriétés isolantes. Il est préférable de porter plusieurs couches de vêtements légers plutôt qu.une seule couche épaisse de vêtements, car l.air emprisonné entre les couches accroît l.isolation. De plus, on peut ainsi enlever ou ajouter des vêtements au besoin pour éviter d.avoir trop chaud ou pour se réchauffer.

16. Garder les vêtements secs. Par temps froid, les couches intérieures de vêtements peuvent devenir trempées de transpiration, tandis que la couche extérieure, si elle n.est pas imperméable, peut être mouillée par la neige et le givre fondus par la chaleur corporelle. Il est préférable que le revêtement extérieur des vêtements soit imperméable. Dans la mesure du possible, portez des vêtements extérieurs imperméables qui vous permettent de rester au sec, malgré la neige et le givre. Avant d.entrer dans un abri chauffé, brossez vos vêtements pour en enlever la neige et le givre. Malgré toutes les précautions, il n.est pas toujours possible d.éviter d.être mouillé, et il pourrait alors être difficile de faire sécher vos vêtements. Pendant vos déplacements, accrochez vos mitaines et vos chaussettes mouillées à votre sac à dos. Le vent et le soleil réussiront parfois à les faire sécher malgré le froid. Vous pouvez aussi placer vos mitaines et vos chaussettes humides, dépliées, près de votre corps pour qu.elles sèchent à son contact. Au campement, on peut pendre les vêtements humides à l.intérieur de l.abri, à proximité du plafond, en utilisant une corde à linge ou des supports improvisés. Il est également possible de faire sécher chaque vêtement en le tenant près d.un feu à ciel ouvert. Les vêtements de cuir doivent sécher lentement. S.il n.existe pas d.autre façon de sécher vos bottes, placez-les entre l.étoffe extérieure et la doublure de votre sac de couchage. La chaleur de votre corps aidera à sécher le cuir.

17. Un épais sac de couchage en duvet est un élément essentiel de l.équipement de survie par temps froid. Veuillez à ce que le duvet demeure sec, car il perd beaucoup de ses propriétés isolantes s.il est mouillé. En l.absence d.un sac de couchage, on peut en improviser un à partir de tissu de parachute ou d.un autre tissu semblable et de matériaux naturels secs, comme des feuilles, des aiguilles de pin ou de la mousse. Placez les matériaux secs entre deux couches du tissu.

18. Voici d.autres éléments essentiels à la survie : un couteau, des allumettes imperméables dans un contenant étanche muni, de préférence, d.un silex, un compas solide, une carte, une montre, un tapis de sol et une couverture imperméables, une lampe de poche, des jumelles, des verres fumés, des rations d.urgence riches en matières grasses, des outils pour la cueillette de nourriture et des signaux d.urgence.

19. Rappelez-vous qu.un environnement glacial peut être impitoyable et choisissez avec soin le bon équipement de survie. Si vous avez des doutes concernant l.efficacité d.une pièce d.équipement que vous n.avez jamais utilisée, essayez-la d.abord dans un milieu contrôlé avant de partir à l.aventure. Après avoir choisi les outils essentiels à votre survie, ayez soin de ne pas les perdre dans un environnement de froid extrême.

SECTION 4

HYGIÈNE

20. Même s.il est difficile et désagréable de se laver par temps froid, il ne faut pas négliger de le faire. Une bonne hygiène prévient des problèmes cutanés qui pourraient s.aggraver.

21. Il est parfois possible de prendre un bain de neige. Prenez une poignée de neige et lavez vous aux endroits où la sueur et l.humidité s.accumulent, soit sous les aisselles et entre les jambes, puis essuyez-vous. Dans la mesure du possible, lavez-vous les pieds chaque jour et enfilez des chaussettes propres et sèches. Changez de sous-vêtements au moins deux fois par semaine. Si vous ne pouvez laver vos sous-vêtements, enlevez-les, secouez-les et aérez-les pendant une heure ou deux.

22. Lorsque vous logez dans un abri qui a déjà servi, inspectez votre corps et vos vêtements chaque soir à la recherche de poux et, en cas d.infestation, utilisez de la poudre insecticide, si vous en avez. Sinon, pendez vos vêtements au froid, puis battez-les et brossez-les. Vous éliminerez ainsi les poux, mais pas les lentes.

23. Si vous vous rasez, faites-le le soir, afin de donner à la peau le temps de se rétablir avant de l.exposer aux éléments.

SECTION 5

CONSIDÉRATIONS MÉDICALES

24. La température centrale corporelle d.un sujet en bonne santé demeure assez stable, soit à 37 °C (98,6 °F). Étant donné que la tête et les membres sont moins protégés par du tissu adipeux que le tronc, leur température varie et peut demeurer inférieure à la température centrale.

25. Votre corps dispose d.un mécanisme de contrôle qui lui permet de maintenir sa température constante malgré les variations de la température extérieure. Trois facteurs modifient cet équilibre thermique : la production de chaleur, la perte de chaleur et l.évaporation. C.est la différence entre la température du corps et celle de l.environnement qui détermine la production de chaleur. Le corps dissipe plus facilement la chaleur qu.il ne la produit. La transpiration aide à maintenir une température constante. Une abondante transpiration permet d.éliminer au fur et à mesure la chaleur produite par un effort physique intense.

26. Le corps produit de la chaleur quand il frissonne. Ce phénomène provoque aussi une fatigue qui finit par faire chuter la température corporelle. La circulation de l.air autour du corps a un effet sur la perte de chaleur. On a déjà calculé qu.un homme nu exposé à de l.air immobile à une température d.environ 0 °C peut maintenir sa température corporelle constante s.il frissonne autant qu.il le peut. Mais il ne peut frissonner indéfiniment.

27. On sait en outre qu.un homme au repos portant le maximum de vêtements conçus pour le climat arctique peut maintenir sa température interne constante à des températures bien en deçà du point de congélation. Pour résister longtemps à des conditions de froid extrême, il devra toutefois se mettre à bouger ou à frissonner.

SECTION 6

TROUBLES DUS AU FROID

28. Il importe avant tout de prendre les mesures voulues pour prévenir les blessures et les maladies. Toutefois, si ces efforts ont échoué, il faut traiter toute blessure ou maladie dès son apparition afin d.éviter qu.elle ne s.aggrave. Pour se garder en bonne santé, il faut savoir reconnaître les signes et les symptômes des troubles dus au froid et avoir recours au système de binôme. Voici les troubles dus au froid dont vous pouvez être atteint.

L.HYPOTHERMIE

29. Il y a hypothermie lorsque le corps perd de la chaleur à un rythme plus rapide qu.il n.en génère, ce qui entraîne un abaissement de la température corporelle. L.hypothermie peut survenir lorsque le corps est exposé au froid ou mouillé brusquement à la suite d.une chute dans un lac ou après avoir été arrosé de carburant ou d.un autre liquide.

30. Le symptôme initial est le frisson. Ce frisson peut augmenter au point de devenir incontrôlable et d.entraver la capacité du sujet de prendre soin de lui-même. Les premiers signes apparaissent quand la température centrale (rectale) descend en dessous de 35,5 °C (96 °F).

Lorsqu.elle descend entre 35 et 32 °C (95 à 90 °F), on observe de la léthargie, un jugement irrationnel et un faux sentiment de chaleur; entre 32 et 30 °C (90 à 86 °F) et moins, on observe une rigidité musculaire, le sujet devient inconscient et ses signes vitaux sont imperceptibles. Quand la température centrale descend en dessous de 25 °C (77 °F), la mort est imminente.

31. Pour traiter une personne souffrant d.hypothermie, il faut réchauffer tout le corps. Si possible, immergez d.abord la région du tronc seulement dans de l.eau chauffée entre 37,7 et 43,3 °C (100 à 110 °F).

32. Un des moyens les plus rapides de réchauffer l.intérieur du corps consiste à administrer des lavements d.eau tiède. C.est toutefois une méthode peu pratique en situation de survie. Une autre méthode consiste à installer la victime dans un sac de couchage déjà réchauffé en compagnie d.une autre personne dont la température est normale; toutes deux doivent être nues.

33. Si la victime est consciente, faites-lui boire des liquides chauds et sucrés. Le miel ou le dextrose sont de bonnes sources de calories. Si vous n.en avez pas, utilisez du sucre, du cacao ou tout autre sucre soluble.

34. Deux situations dangereuses peuvent se présenter lors du traitement de l.hypothermie : un réchauffement trop rapide et un choc post-traitement. Un réchauffement trop rapide peut provoquer des problèmes circulatoires qui se manifesteront par de l.insuffisance cardiaque. Le choc post-traitement est une baisse subite de la température corporelle centrale qui survient au moment où la victime est retirée du bain d.eau tiède. La cause probable en est le retour veineux des membres vers le tronc à la reprise de la circulation. Le réchauffement du tronc et la stimulation de la circulation périphérique diminueront le choc post-traitement. L.immersion du tronc dans un bain d.eau tiède demeure le meilleur traitement, s.il est possible de le faire.

GELURE

35. La gelure est une lésion due à la congélation des tissus. Lorsqu.elle est superficielle, elle ne touche que la peau, qui devient d.un blanc crayeux. Une gelure profonde s.étend en dessous

MISE EN GARDE

Le réchauffement de la totalité du corps dans un bain d.eau tiède doit se faire uniquement dans un centre de traitement médical, à cause du risque accru d.arrêt cardiaque ou de choc.

MISE EN GARDE

Si elle y demeure trop longtemps, la personne placée dans le sac de couchage avec la victime pourra également souffrir d.hypothermie.

MISE EN GARDE

Ne tentez pas de faire boire une personne inconsciente.

de la surface de la peau. Les tissus deviennent solides et rigides. Les pieds, les mains et les surfaces exposées du visage sont particulièrement vulnérables aux gelures.

36. En groupe, la meilleure façon de prévenir les gelures est le système de binôme. Examinez souvent le visage de votre camarade et demandez-lui d.en faire autant. Si vous êtes seul, couvrez régulièrement votre nez et le bas de votre visage avec votre main gantée.

37. Les conseils pratiques suivants devraient vous aider à garder votre chaleur et à prévenir les gelures lorsqu.il fait extrêmement froid ou que vous ne portez pas des vêtements adéquats :

a. Visage. Activez la circulation en contractant et en ridant la peau, un peu comme si vous faisiez des grimaces. Réchauffez votre visage avec vos mains.

b. Oreilles. Agitez et remuez les oreilles. Réchauffez-les avec vos mains.

c. Mains. Bougez vos mains à l.intérieur de vos gants. Réchauffez-les en les mettant en contact avec votre corps.

d. Pieds. Bougez vos pieds et remuez les orteils à l.intérieur de vos bottes.

38. Une diminution de la sensibilité des mains et des pieds est un signe de gelure. Si cette perte de sensibilité est de courte durée, la gelure est probablement superficielle. Autrement, considérez qu.il s.agit d.une gelure profonde. En présence d.une gelure superficielle, réchauffez votre visage et vos oreilles avec vos mains ou vos mitaines. Mettez les mains sous les aisselles. Appuyez vos pieds contre le ventre de votre camarade. Une gelure profonde, qui dégèle puis gèle de nouveau, entraîne des lésions trop sévères pour être prises en charge par une personne n.ayant pas une formation médicale. On trouve à la figure 15-2 des conseils et des mises en garde concernant les gelures.

Ce qu.il faut faire Ce qu.il ne faut pas faire

• Vérifier régulièrement que l.on n.a pas de gelures.

• Frotter la lésion avec de la neige.

• Réchauffer les gelures superficielles. • Boire des boissons alcoolisées.

• Éviter que les zones atteintes ne gèlent de nouveau.

• Fumer.

• Tenter de dégeler une gelure profonde en l.absence de soins médicaux.

Figure 15-2 : Les gelures . conseils et mises en garde

PIED DES TRANCHÉES ET PIED D.IMMERSION

39. Ces troubles sont attribuables à une exposition des pieds à l.eau ou à l.humidité, pendant un grand nombre d.heures ou de jours, à une température légèrement inférieure au point de congélation. Les symptômes caractéristiques sont des fourmillements, des picotements, un engourdissement et de la douleur. Au début, la peau est blanchâtre et a un aspect humide, pâteux et ratatiné. À mesure que le mal évolue et que les lésions s.installent, la peau devient rouge, puis prend une coloration bleuâtre ou noirâtre. Les pieds sont froids, enflés et ont un aspect cireux. La marche devient pénible, et l.on éprouve une sensation de lourdeur et d.engourdissement dans les pieds. Ce sont principalement les nerfs et les muscles qui sont lésés, mais la gangrène est possible. Dans les cas extrêmes, on observe une nécrose des tissus et il arrive que le pied ou la jambe doive être amputé. La meilleure mesure de prévention consiste à garder les pieds au sec. Apportez des chaussettes supplémentaires dans un sac imperméable. On peut faire sécher des chaussettes humides en les gardant en contact avec le thorax (le dos ou la poitrine). Lavez-vous les pieds et mettez des chaussettes sèches tous les jours.

DÉSHYDRATATION

40. Par temps froid, vos nombreuses couches de vêtements peuvent vous empêcher de réaliser que votre organisme se déshydrate. Vos lourds vêtements absorbent l.humidité qui s.évapore dans l.air. Vous devez boire de l.eau pour remplacer celle qui a été perdue. Vos besoins en eau sont aussi importants dans un environnement froid que dans un environnement chaud (chapitre 13). Pour vérifier si vous commencez à souffrir de déshydratation, observez la couleur de votre urine sur la neige. Si la neige devient jaune foncé lorsque vous urinez, c.est un signe de déshydratation; il faut alors compenser les pertes liquidiennes. Si la neige est jaune pâle ou ne prend aucune coloration, vous n.avez pas à vous inquiéter.

DIURÈSE ACCRUE PAR LE FROID

41. Le froid augmente le débit urinaire. Il entraîne en outre des pertes hydriques qui doivent être compensées.

COUP DE SOLEIL

42. La peau exposée n.est pas à l.abri des coups de soleil, même lorsque la température de l.air est inférieure au point de congélation. La neige, la glace et l.eau réfléchissent sous tous les angles les rayons du soleil en direction des régions sensibles de la peau, comme les lèvres, les narines et les paupières. La peau exposée au soleil brûle plus rapidement à haute altitude qu.à basse altitude. Appliquez une crème anti-solaire ou du protège-lèvre sur votre visage lorsque vous êtes au soleil.

CÉCITÉ DES NEIGES

43. C.est la réflexion des rayons ultraviolets du soleil sur une surface couverte de neige qui est responsable de ce problème. Les symptômes associés à la cécité des neiges sont une sensation de poussière dans l..il, une douleur à l.intérieur et au-dessus des yeux, qui est exacerbée par le mouvement des globes oculaires, une rougeur et un larmoiement des yeux ainsi que des maux de tête intensifiés par une exposition continue à la lumière. L.exposition prolongée aux rayons UV peut entraîner des lésions oculaires permanentes. Le traitement de la cécité des neiges consiste à se bander les yeux jusqu.à ce que les symptômes disparaissent.

44. Il est possible de prévenir la cécité des neiges en portant des lunettes de soleil. Si vous n.en avez pas, utilisez les moyens du bord. Coupez des languettes dans un morceau de carton, de bois mince, d.écorce ou d.autres matières disponibles (figure 15-3). Appliquez de la suie sous vos yeux, cela vous aidera à réduire la réverbération et l.éblouissement.

1-copie-60.jpg

Figure 15-3 : Lunettes de soleil improvisées

CONSTIPATION

45. Il est très important de vous soulager lorsque vous en avez besoin et de ne pas tarder à le faire à cause du froid. Vous risquez de souffrir de constipation si vous n.allez pas à la selle au besoin, si vous mangez des aliments déshydratés, ne buvez pas suffisamment de liquides et avez des habitudes alimentaires irrégulières. Bien que la constipation ne soit pas un état invalidant, elle est une source de malaise. Consommez au moins 2 litres d.eau en plus des 2 à 3 litres que vous consommez normalement chaque jour et, dans la mesure du possible, mangez des fruits et d.autres aliments qui ramollissent les selles.

PIQÛRES D.INSECTES

46. Les piqûres d.insectes risquent de s.infecter si on les gratte constamment. Les mouches peuvent transmettre toutes sortes de germes pathogènes. Pour prévenir les piqûres d.insectes, utilisez un insectifuge, un filet et portez des vêtements appropriés. Le lecteur trouvera de l.information sur les piqûres d.insectes au chapitre 11, et des renseignements sur leur traitement au chapitre 4.

Par seth-survivalisme - Publié dans : Habitat
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés