Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 07:34
CHAPITRE 11
ANIMAUX DANGEREUX
1. Les animaux représentent rarement une menace aussi importante que l.environnement dans lequel ils évoluent. En écoutant son bon sens, le survivant va éviter de se retrouver face-à-face avec un lion, un ours ou tout autre animal dangereux ou de grande taille. Il doit également demeurer à bonne distance des grands ruminants pourvus de cornes et de sabots. Par vos actions, vous pouvez prévenir les rencontres inattendues. Déplacez-vous avec précaution dans l.environnement de ces animaux. Évitez de laisser traîner de la nourriture autour de votre campement, car vous pourriez attirer de grands prédateurs. Inspectez toujours bien les lieux avant de vous aventurer dans l.eau ou la forêt.
 
2. Le survivant a en fait plus à craindre des petits animaux que des animaux de grande taille. Pour compenser leur faible taille, la nature a pourvu bon nombre d.entre eux de crocs, de dards et autres structures de défense. Chaque année, quelques personnes se font mordre par un requin, mutiler par un alligator ou attaquer par un ours. Dans la plupart des cas, les victimes sont en partie responsables de leur infortune. En revanche, les morsures de petits serpents venimeux font davantage de victimes chaque année. Le nombre annuel de décès imputables à des réactions allergiques aux piqûres d.abeille est encore plus important. En conséquence, nous accorderons plus d.attention aux animaux plus petits et potentiellement plus dangereux que vous pourriez rencontrer en vous déplaçant dans leur habitat ou qui pourraient s.introduire à votre insu dans votre environnement.
 
SECTION 1
 
INSECTES ET ARACHNIDES
3. En demeurant calme et en demeurant attentif à tout ce qui se passe autour de vous, vous parviendrez à survivre si vous appliquez un certain nombre de précautions élémentaires. Évitez tout excès de curiosité ou toute imprudence. vous pourriez le payer de votre vie!
 
SECTION 1
 
INSECTES ET ARACHNIDES
4. Les insectes se distinguent facilement des arachnides par leurs six pattes (les arachnides en ont huit). Les scolopendres (chilopodes) et les mille-pattes (diplopodes) ont un plus grand nombre de pattes. Par leur morsure ou leur piqûre, ou par l.irritation qu.elles provoquent, un certain nombre de ces bestioles peuvent se révéler une nuisance ou une véritable menace.
 
5. Bien que le venin qu.elles renferment puisse provoquer une réaction passablement douloureuse, les piqûres d.abeille, de guêpe et de frelon sont rarement mortelles, à moins que la victime soit allergique à la toxine qui lui a été injectée. Même les morsures des araignées les plus dangereuses sont rarement mortelles, tandis que les effets des morsures de tique se manifestent très lentement. Toutefois, l.évitement est votre meilleure défense dans tous les cas.
Si vous vous trouvez dans une région reconnue comme étant peuplée d.araignées et de scorpions, inspectez tous les matins vos vêtements et vos chaussures, ainsi que votre matériel de couchage et votre abri. Soyez prudent lorsque vous retournez des pierres et des troncs d.arbres. Quelques exemples d.insectes et arachnides dangereux sont présentés à l.annexe D.
 
 
SCORPIONS
 
6. Les scorpions du genre Buthotus se rencontrent dans les déserts, les jungles et les forêts des régions tropicales, subtropicales et tempérées du monde. Ce sont des animaux essentiellement nocturnes. Les espèces désertiques s.observent à des altitudes diverses, à partir de points situés sous le niveau de la mer, comme la vallée de la Mort, jusqu.à 3600 m d.altitude, dans les Andes. Les scorpions sont généralement bruns ou noirs dans les régions humides, mais jaunâtres ou vert clair dans les secteurs désertiques. Leur taille moyenne est d.environ 2,5 cm. Toutefois, certaines espèces géantes vivant dans les jungles de l.Amérique centrale, de la Nouvelle-Guinée et du sud de l.Afrique peuvent atteindre 20 cm de longueur. Les piqûres de scorpion sont rarement mortelles, mais elles peuvent l.être chez les enfants, les personnes âgées et les sujets malades. Les scorpions font penser à de petits homards munis d.une queue articulée, retroussée, terminée par un dard. D.autres groupes apparentés, comme les scorpions à fouet, leur ressemblent beaucoup, mais leur queue est filiforme (d.où le nom de scorpion à fouet), non pas segmentée et terminée par un dard comme celle des scorpions.
 
ARAIGNÉES
 
7. La recluse brune ou araignée violon (Loxosceles reclusa), espèce nord-américaine, se reconnaît facilement à la présence d.une tache pâle en forme de violon qui se détache sur le dos. Comme son nom l.indique, cette araignée vit cachée dans les endroits sombres. Bien que rarement mortelle, sa morsure provoque une nécrose étendue autour de la blessure et, en l.absence de soins adéquats, peut conduire à l.amputation des doigts.
 
8. Le genre Latrodectes, dont le plus célèbre représentant est probablement la veuve noire, est répandu partout dans le monde. Associées aux régions plus chaudes du globe, les veuves sont de petites araignées foncées souvent ornées d.une série de petites taches abdominales blanches, orange ou rouges dessinant un sablier.
 
9. Les agélènes du genre Atrax sont de grosses araignées grises ou brunes au corps trapu et aux pattes courtes qui vivent en Australie. Leur morphologie leur permet de monter et de descendre facilement à l.intérieur de leur abri en forme d.entonnoir. Les Australiens considèrent leur morsure comme mortelle. Faites attention si vous devez vous déplacer la nuit, car c.est le moment où ces araignées chassent. Les symptômes provoqués par leur morsure sont similaires à ceux causés par les veuves : douleur intense accompagnée de sudation et de frissons, faiblesse et épisodes d.invalidité pouvant s.étendre sur une semaine.
 
10. Les mygales sont de grandes et grosses araignées velues (Theraposidae et genre Lycosa) qui sont familières parce qu.elles sont vendues dans les animaleries. Une seule espèce vit en Europe. La plupart des espèces se rencontrent en Amérique tropicale. Si certaines mygales sudam éricaines peuvent injecter une puissante toxine, la plupart des espèces n.infligent qu.une morsure douloureuse. Certaines mygales sont aussi grandes qu.une assiette. Toutes possèdent des crocs redoutables (chélicères) qu.elles utilisent pour capturer des oiseaux, des souris et des lézards. En plus d.être douloureuse, la morsure de mygale provoque un saignement et risque de s.infecter.
 
SCOLOPENDRES ET MILLE-PATTES
 1-copie-52.jpg
11. Si la plupart des scolopendres et des mille-pattes sont petits et inoffensifs, quelques espèces des régions tropicales et désertiques peuvent atteindre 25 cm de longueur. Chez les espèces venimeuses, le véritable danger ne provient pas de la toxine qu.injecte l.agresseur au moment de la morsure, mais bien de l.infection qu.il provoque en perforant la peau avec ses griffes acérées. Si vous constatez qu.un scolopendre se balade sur votre peau, balayez-le du revers de la main dans la direction vers laquelle il se dirige afin d.éviter ce genre de blessures.
 
ABEILLES, GUÊPES ET FRELONS
 
12. Nous avons tous déjà vu des abeilles, des guêpes et des frelons. Les espèces sont nombreuses, et les habitats dans lesquels elles vivent, tout aussi diversifiés. Le corps des abeilles est velu et habituellement trapu, alors que celui des guêpes et des frelons est plus svelte (d.où l.expression taille de guêpe) et pratiquement glabre. Certaines espèces d.abeilles, comme l.abeille domestique, vivent en colonie. Quelques-unes sont domestiquées, mais la plupart construisent leur nid dans des cavernes ou dans des arbres creux. Certaines, comme les abeilles charpentières, aménagent des nids individuels dans le bois, tandis que d.autres, comme les bourdons, forment des colonies souterraines. La principale menace posée par les abeilles provient de leur dard abdominal pourvu de barbillons. Lorsqu.une abeille vous pique, elle meurt, car son dard et sa glande à venin restent fichés dans votre peau. À l.exception de l.abeille africaine, la plupart des espèces d.abeille sont moins agressives que les guêpes et les frelons, dont le dard, dépourvu de barbillons, permet des attaques répétées.
13. L.évitement est la meilleure stratégie à adopter contre ces insectes. Faites attention aux
fleurs ou aux fruits qui pourraient attirer les abeilles. Si vous nettoyez des poissons ou du gibier, méfiez-vous des guêpes carnivores. Chez la majorité des gens, les réactions aux piqûres d.abeille sont relativement bénignes et de courte durée, la douleur et les maux de tête s.estompant généralement après quelques heures. En revanche, les sujets allergiques au venin d.abeille présentent des réactions extrêmement graves incluant le choc anaphylactique, le coma et la mort. En l.absence d.antihistaminique ou d.un succédané, le pronostic est sombre.
 
TIQUES
 
14. Les tiques sont communes dans les régions tropicales et les régions tempérées. Elles sont connues de la plupart d.entre nous. Les tiques sont de petits arachnides au corps rond pourvu de huit pattes. Le corps peut être dur ou mou. Les tiques ont besoin d.un repas sanguin pour survivre et se reproduire. C.est d.ailleurs ce qui les rend dangereuses. En effet, en se nourrissant de sang, elles peuvent transmettre différentes affections comme la maladie de Lyme, la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, des encéphalites et d.autres maladies invalidantes, voire mortelles. Il y a bien peu de choses à faire contre ces maladies une fois qu.elles frappent. Le temps milite toutefois en faveur des victimes, car ces maladies évoluent lentement. Selon les spécialistes, une tique doit rester accrochée à l.hôte durant au moins six heures pour pouvoir transmettre l.agent pathogène. Cela vous laisse donc amplement de temps pour vous inspecter minutieusement. Méfiez-vous des tiques si vous devez traverser des fourrés (les tiques passent une bonne partie de leur existence accrochée à la végétation), si vous nettoyez des espèces de gibier reconnues comme des hôtes potentiels ou si vous rassemblez des matériaux naturels pour vous construire un abris. Dans la mesure du possible, utilisez toujours un produit insectifuge.
 
SECTION 2
 
SANGSUES
 
15. Les sangsues sont des animaux vermiformes qui se nourrissent de sang. Le groupe est bien représenté dans les zones tempérées et tropicales. Vous en verrez sûrement si vous nagez dans des eaux infestées et si vous devez traverser un cours d.eau. Vous en rencontrerez également en zone tropicale si vous vous déplacez dans des milieux marécageux ou tourbeux encombrés de végétation. Vous en découvrirez également si vous nettoyez des animaux d.eau douce tels que des tortues en vue de les manger. Les sangsues peuvent s.infiltrer dans de très petites ouvertures. Vous devriez donc éviter dans la mesure du possible d.établir votre campement dans les habitats infestés. Gardez vos pantalons bien rentrés dans vos bottes et inspectez-vous fréquemment. L.ingestion de sangsues présente un grand danger. Il est donc essentiel de toujours traiter l.eau provenant de sources douteuses, soit en la faisant bouillir, soit en y ajoutant des produits chimiques. De nombreux survivants ont subi des infections graves de la gorge ou du nez après que les plaies causées par des sangsues ingérées se sont infectées.
SECTION 3
 
CHAUVES-SOURIS
 
16. Malgré toutes les légendes dont ils sont l.objet, les chauves-souris et les vampires (Desmodus spp.) présentent relativement peu de danger pour les survivants. Il existe de nombreuses espèces de chauves-souris dans le monde, mais les vrais vampires ne se rencontrent qu.en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Dotés d.une grande agilité en vol, les vampires se déposent sur leurs victimes endormies, en général des bovins ou des chevaux, puis pratiquent une petite entaille à l.aide de leurs dents pointues pour ensuite laper le sang qui s.en écoule. Leur salive contient une substance anticoagulante qui empêche la coagulation du sang pendant qu.ils se nourrissent. Même si seulement un faible pourcentage de ces animaux sont porteurs du virus de la rage, il faut éviter tout contact avec les sujets malades ou blessés. Les chauves-souris peuvent être vectrices d.autres maladies et infections et n.hésitent pas à mordre lorsqu.elles sont manipulées. Le principal danger posé par les chauves-souris provient de leurs excréments (guano), qui abritent de nombreux microorganismes infectieux. Il est donc très dangereux de chercher refuge dans une caverne occupée par des chauves-souris, car vous risquez d.inhaler de fines particules d.excréments. En revanche, la consommation de roussettes ou d.autres espèces de chauves-souris ne présente aucun danger d.infection par le virus de la rage ou par un autre agent pathogène si l.on a pris la précaution de bien les faire cuire.
 
SECTION 4
 
SERPENTS VENIMEUX
 
17. Il n.existe aucune règle infaillible permettant d.identifier d.un simple coup d..il les serpents venimeux sur le terrain. L.identification des serpents exige en effet l.examen approfondi de certaines structures et la manipulation de l.animal. La meilleure façon d.éviter les morsures, c.est de ne pas s.approcher des serpents. Dans les régions où les serpents abondent et des espèces venimeuses sont présentes, il est déconseillé d.utiliser des serpents comme source de nourriture, car le risque de morsure est trop important. Si vous devez séjourner dans des régions infestées de serpents venimeux, appliquez les précautions suivantes :
 
a. Marchez lentement et regardez où vous posez les pieds. Si un tronc d.arbre vous bloque le chemin, il vaut mieux poser le pied dessus plutôt que d.essayer de l.enjamber.
 
b. Gardez l..il bien ouvert si vous cueillez des fruits ou si vous vous déplacez à proximité d.un plan d.eau.
 
c. Évitez de harceler ou de molester les serpents. Comme ils sont incapables de fermer les yeux, il est impossible de savoir s.ils dorment ou s.ils sont éveillés. Certains serpents, comme les mambas, les cobras et les maîtres de la brousse, font preuve d.une grande agressivité lorsqu.ils se sentent attaqués ou défendent leur nid.
 
d. Utilisez un bâton pour retourner les troncs et les pierres.
 
e. Portez des chaussures appropriées, surtout la nuit.
 
f. Inspectez minutieusement votre matériel de couchage, votre campement et vos vêtements.
 
g. Demeurez calme si vous rencontrez un serpent. Comme les serpents ne peuvent vous entendre, vous pourriez en surprendre un en train de dormir ou de se chauffer au soleil. Normalement, un serpent surpris préfère la fuite à la confrontation.
 
h. Soyez extrêmement prudent si vous devez tuer des serpents pour vous nourrir ou assurer votre sécurité.
 
i. Bien que le phénomène ne soit pas courant, il arrive que des serpents soient attirés par la chaleur que dégage une personne en train de dormir.
 
18. Voir à l.annexe E une description détaillée des serpents énumérés dans les pages qui
suivent.
 
RÉGIONS EXEMPTES DE SERPENTS
 
19. Il n.y a pas de serpents dans les régions polaires, car les habitats ne leur sont pas favorables. Sont également exempts de serpents la Nouvelle-Zélande, Cuba, Haïti, la Jamaïque, Porto Rico, l.Irlande, la Polynésie et Hawaii.
SERPENTS VENIMEUX DES AMÉRIQUES
• Mocassin à tête cuivrée (Agkistrodon contortrix)
agkistrodon_contortrix_mocassin_tete_cuivree_9.jpg
• Maître de la brousse, lachesis ou surucucu (Lachesis mutus)
 
1-copie-53.jpg
 
 
• Serpent-corail ou serpent arlequin (Micrurus fulvius)
1-copie-54.jpg
• Mocassin d.eau (Agkistrodon piscivorus)
1-copie-55.jpg
• Fer-de-lance (Bothrops atrox)
1-copie-56.jpg
• Crotales (Crotalus spp.)
1-copie-57.jpg
 
Figure 11-1 : Serpents venimeux des Amériques
SERPENTS VENIMEUX D.EUROPE
• Vipère péliade (Vipera berus)
1-copie-58.jpg

Histoire et origine
La Vipère péliade a été décrite pour la première fois par Linnaeus en 1758, le nom scientifique de cette espèce est Vipera berus. Vipera vient du latin qui signifie Vipère, et berus qui signifie 'vrai' en grec.

Caractéristiques
Elle se différencie des autres vipères par sa petite tête arrondie.

Description
=Taille=
Elles mesurent environ 15 cm de long à la naissance, atteignant environ 50 cm de long à la maturité (75 cm maximum).
=Morphologie=
Elles sont petites et assez élégantes, parfois robustes (surtout les femelles), une queue petite et fine pour les femelles, les mâles possèdent une queue plus longue. Leur tête est moins large que les autres vipères. Elles sont les écailles carénées et pupilles verticales.
=Motifs et coloration=
Cette espèce est l'une des vipères les plus stables, pas vraiment au niveau coloration qui dépend de la région géographique, mais le motif est très stable. Un mâle typique est blanc, ou gris clair avec un motif dorsal noir en zig zag et parfois des points et d'autres motifs foncés sur les flancs. Une femelle typique est plutôt rougeâtre, couleur rouille, orange ou marron avec le même motif dorsal et sur les flancs que les mâles. Parfois, comme dans la quasi-totalité des espèces de vipères, il peut y avoir des spécimens noirs. Ces derniers ont alors les yeux rouges, alors que les spécimens classiques ont leurs yeux sont plus clairs, parfois jaunâtres ou orange, mais jamais rouge.

Répartition géographique

1.gifL’aire de répartition est très étendue. Elles peuvent se trouver jusqu’au Nord de la frontière de Finlande-Norvège! Elles se trouvent aussi en Grande Bretagne sauf pour l'Ireland du Nord, dans le tiers Nord de France ainsi que le Massif central, La Belgique, les Pays-bas, et dans la plupart de l'Allemagne, la Suisse, Italie du Nord, Autriche, Pologne... Dans les Balkans, cette espèce manque dans la majorité de la Grèce, l'Albanie de l'Ouest, la plupart de la Croatie, Bulgarie de l'Est, la plus part de la Roumanie et l'Hongrie.

Sous-espèces
- berus - Trouvée partout sauf dans les Balkans.
- bosniensis - Trouvée dans les Balkans. Elle ressemble beaucoup à la Vipère aspis. Son motif est souvent fracturé en bandes non liées. Il demeure des discussions pour définir si ce variant constitue une espèce à part entière.

Différences sexuelles
Les femelles sont plus larges que les mâles, surtout en fin de printemps car elle portent les jeunes.

Variations saisonnières
Les femelles sont plus larges en printemps à cause de leur portée.

Alimentation
Elles se nourrissent surtout de micro mammifère, mais prennent aussi des lézards et des oiseaux, les jeunes se nourrissent surtout de lézards. Adultes mangent jusqu'à 6 souris/an.

Moeurs de défense
Elles préfèrent s'enfouir dans son milieu, mais si elle se sent menacé ou si elle est attraper elle va siffler et se montrer agressive, parfois se jettent sur son prédateur avec la bouche ouverte. Le tempérament dépend des spécimens... Quand elle mort les hommes elle garde ses crochets souvent ranger et elle donne une morsure sec là où il n'y a pas de venin injecter, il faut s'en rappeler que cet espèce venimeuse comme tous les serpents venimeux n'ont pas leur venin pour nous faire du mal mais pour survivre.

Reproduction
La reproduction a lieu au printemps quand les spécimens sortent de l'hibernation, une semaine après elles se cherchent entre eux et l'accouplement commence. Les femelles portent ensuite environ 15 jeunes (extrêmes de 5 à 18 jeunes). Elles sont nées 2 à 3 mois plus tard.

Maturité sexuelle, espérance de vie
La durée de vie de Vipera berus est d'environ 12 ans, elles atteignent leur maturité sexuelle à la troisième année pour les mâles et dans la cinquième année pour les femelles.

Moeurs
Active le jour mais nocturne quand le temps le permet. Quand elles sont rencontrées, elles partent souvent tout en restent calmes. Elles sont lentes et dociles, jusqu'au moment qu'elles sont touchées ou capturées. Plus souvent observées lorsque les températures sont basses. Température optimale de 24 à 28 C. L'humidité est importante pour l'observation des Vipères péliades. Quand l'humidité est trop basse, elle s'expose beaucoup moins au soleil, mais tout en restant dans la végétation. L'hibernation d’Octobre à Mars dans des lieux secs sous terre. Les terriers de souris et de lapin, mai aussi les espaces entre les racines sont souvent utilisés. Dès que la température du sol atteint environ 10° c, elles sortent et s'exposent au soleil. Les mâles sortent 2 semaines plus tôt que les femelles pour pouvoir produire le sperme nécessaire pour se reproduire.

Venin
La Vipère péliade est le serpent le plus répandu d'Europe, mais les accidents avec l'homme sont rares. Leur venin peut tuer des enfants ou des chiens. Des adultes ne sont pas victimes de leur venin, mais des fatalités ont été enregistrées (dû à une réaction allergique?). La vipère possède des crochets à l'avant de la bouche qui peuvent être rangés si elle le souhaite. Les vipères peuvent ne pas injecter du venin pour le préserver pour chasser.

Biotope
A basse altitude cette espèce fréquente les landes et les terre non cultivées parfois humides et bien vertes. Parfois elles habitent dans des buissons au bord des landes. Aux Pays-bas près de 85% d'observations de Vipera berus sont établies dans un milieu riche en Molinia caerulea (une espèce d'herbe). Dans les montagnes Européennes, cette espèce vit plutôt près des lieux boisés, champs et des prés humides, souvent dans des lieux géographiques tempérés et pas trop secs. Les Vipères péliades aiment se réchauffer au soleil mais elles évitent les grosses chaleurs.

Prédateurs
A part des oiseaux et certains mammifères, la vipère n'a pas beaucoup de prédateurs, sauf pour bien sûr l'homme.

 
• Vipère de Pallas (Agkistrodon halys)
1-copie-60.jpg
 
Figure 11-2 : Serpents venimeux d.Europe
SERPENTS VENIMEUX D.AFRIQUE ET D.ASIE
• Boomslang (Dispholidus typus)
• Cobras (Naja spp.)
• Vipère du Gabon (Bitis gabonica)
• Crotale des bambous (Trimeresurus gramineus)
• Habu des Ryu Kyu (Trimeresurus flavoridis)
• Bongare bleu (Bungarus caeruleus)
• Vipère malaise (Callaselasma rhodostoma)
• Mamba (Dendraspis spp.)
• Vipère heurtante (Bitis arietans)
• Vipère cornue (Bitis nasicornis)
• Vipère de Russell (Cerastes russellii)
• Vipère des sables (Cerastes vipera)
• Échide carénée ou vipère des pyramides (Echis carinatus)
• Vipère de Wagler ou vipère des temples (Trimeresurus wagleri)
 
 
attention completez vos figures et dossiers avec google images 
Figure 11-3 : Serpents venimeux d.Afrique et d.Asie
SERPENTS VENIMEUX D.AUSTRALASIE
• Serpent de la mort (Acanthophis antarticus)
• Taïpan (Oxyuranus scutellatus)
• Serpent-tigre (Notechis scutatus)
• Serpent marin à ventre jaune (Pelamis platurus)
 
Figure 11-4 : Serpents venimeux d.Australie

Partager cet article

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans En dehors du domicile