Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 22:50






Partout on entend parler du gomme cogne.
Cette cartouche dite "moins létale", semble pour beaucoup être la solution "miracle" a un problème de taille; la légitime défense.

Si l'utilisation de méthodes "moins létales" comme le gomme cogne est aujourd'hui populaire, c'est que la population n'est pas bien informée et/ou épaulée.
Le gomme cogne est un outil…mais un outil extrêmement spécialisé.

Sa force, sa raison d'être, dépend avant toute chose de la présence de systèmes létaux.




Ne nous trompons pas, si nos forces de l'ordre n'étaient équipées que de balles gomme cogne, de matraques en caoutchouc, de couteaux en plastique et de pistolets airsoft, nous serions, au jour d'aujourd'hui, les acteurs principaux d'un film post apocalyptique.

Le gomme cogne est d'un rapport de force basée sur un entendement, une sorte de contrat signé entre le collectif et la police. Le contrat stipule que si le collectif décide de passer a des gesticulations qui viendraient perturber et menacer la sécurité publique, alors la police serait obligée d'intervenir, non pas avec des systèmes létaux comme nous pouvons le voir dans certains pays moins enclins a discerner les nuances populaires, mais avec des systèmes pouvant remettre de l'ordre tout en limitant les risques de blessures graves.




Seulement, la police, a elle accès a une vaste panoplie de ressources, allant de systèmes "soft" (canons a eau, lacrymogène, flash bangs, boucliers, matraques, tasers….), a des systèmes létaux, et le tout supporté par une organisation ou le nombre et l'entrainement joue un rôle déterminant.

D'ailleurs, la police intervient toujours en nombre…et pour de bonnes raisons.
La raison principale, et celle qui nous intéresse particulièrement, nous les citoyens, est tout simplement que la force au travers du nombre permet le déploiement et l'utilisation de méthodes et de systèmes "moins létaux".




Mais alors, qu'en est-il du citoyen ?
Le citoyen, est aujourd'hui condamné a évoluer dans un univers social paradoxale, ou l'utilisation d'un système létale pour défendre sa vie ou la vie de ses proches est acceptable ou inacceptable, justifiable ou injustifiable, excusable ou inexcusable, légal ou illégal, bien ou mal…mais rarement NECESSAIRE.

Ce paradoxe juridique et sémantique, est la source d'une confusion étourdissante pour celui ou celle qui envisage de défendre sa conscience.




Le citoyen est seul.
Non seulement il est seul face a la crédulité, l'apathie et la stupidité du collectif, c'est a dire son jurée potentiel, mais il est aussi et surtout seul face a la confrontation.




Le citoyen n'a pas 10 collègues entraînés et équipés derrière lui, quand 5 individus forcent sa porte d'entrée a 2 heure du matin.
Le citoyen n'a pas 10 collègues derrière lui, quand en marchant dans la rue il se fait agresser par une bande.
Le citoyen n'a pas 10 collègues derrière lui, quand il prend le métro ou son train de banlieue.

Soyons honnête et clair, il y a des situations, et ceci que nous soyons policier ou citoyen, femme ou homme, balaise ou maigrichon, jeune ou vieux, ou l'utilisation d'un système létale est non pas acceptable, excusable ou encore justifiable…mais bien nécessaire pour défendre notre vie et/ou la vie de nos proches et concitoyens.

Certains individus se moquent complètement de nos projets, de nos familles, de nos enfants et de la vie. Nous devons réaliser que nous vivons cote a cote avec des individus comme lui, qui ne sont pas normaux et rationnels.


Si en tant que citoyen, vous avez a tirer sur un individu avec du gomme cogne, c'est que votre vie est directement menacée…sinon, pourquoi tirer ?
La simple vue d'un fusil de chasse de calibre 12 devrait suffire a faire fuir le danger, puisque le malfaiteur ne sait pas si votre fusil est chargé avec du gomme cogne ou de la chevrotine.

Le voila votre système moins létale…le canon d'un fusil de chasse et l'attitude mentale et physique qui l'accompagne !

Ne me marche pas dessus !


Apres tout, cet outil, et si il est pointé, et chargé avec du létale, est a lui tout seul un avertissement des plus radical.
Le serpent a sonnette, si rencontré au détour d'un chemin, nous donnera lui aussi un préavis. L'individu qui ira lui marcher dessus devra s'attendre a la morsure, et risquer la mort.

Ne me marche pas dessus


C'est pareil par chez nous; l'individu qui va continuer de menacer votre vie, qui va continuer d'avancer vers vous alors qu'il est clairement indiqué, sous contrat social et biologique, que cette démarche risque fort de lui donner la mort, n'est pas normal et rationnel.

Mettre du gomme cogne dans nos systèmes létaux est une erreur a bien des niveaux…cette démarche est même dangereuse, non pas pour l'agresseur, car personne ne l'a forcé a pénétrer chez nous, ou encore a menacer la vie, mais bien pour nos familles, et plus largement la nature même de notre vernis social.


Sans les crocs et le venins (un système de défense létal), la sonnette du serpent ne sert qu'a faire du bruit…dans l'espoir de.
Ce n'est pas la sonnette qui affirme la conscience du serpent, mais bien son système létale.

Ce dispositif biologique est tout simplement juste et adapté a notre environnement, car que nous voulions l'admettre ou non, nous vivons dans un monde basé sur la prédation.
 
 
 
 
 


Partager cet article

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans armement