Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SETH Survivalisme
  • SETH Survivalisme
  • : Avec la multiplication des risques naturels, conflictuels ou économiques, tout peut arriver à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Pourtant même la pire des situations peut être surmontée si l’on a pris le temps de l’anticiper, d’y réfléchir, de chercher des solutions et des parades. Parcourez ces pages dans l’ordre chronologique, ou par thèmes, et découvrez comment faire face à une catastrophe. Ne soyez pas la victime, devenez le survivant !
  • Contact

notre sponsor

bandeau seth

Recherche

2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 16:11



Nous allons aujourd'hui parler d'un produit Cold Steel qui, en quelques années, s'est imposé dans le monde du survivalisme/bushcraft comme un incontournable. En effet, au même titre que la pelle CS ou que son petit frère le pocket bushman, le Bushman apparaît régulièrement dans les kits de ceux qui travaillent à leur indépendance.

Nous allons voir ensemble ce qui a fait le succès de cet outil et quelle peut être sa destination. Mais avant cela, j'aimerais dire quelques mots à propos de Cold Steel.
 
 
Nous avons déjà eu l'occasion d'en parler ici, Cold Steel ne laisse personne indifférent. Lynn Thompson, son moustachu PDG, a fait le choix d'un marketing très agressif, et ça commence par le slogan maison : " Cold Steel, les couteaux les plus solides et les plus affutés du monde ".

Ajoutez à cela quelques vidéos de découpage, en règle, de têtes de cochons pendues à des crochets de boucher et on est assez proche de l'overdose. En tout cas, on se dit que ce marketing est peut-être plus adapté au marché U.S. qu'au marché européen.

Seulement voilà, ça reste du marketing, et si l'on n'en fait pas abstraction, on risque fort de se laisser influencer, voire de se faire manipuler… Les commentaires passionnés que l'on peut lire sur certains forums au sujet de la firme de Ventura, Californie, s'éloignent souvent des produits, pour ne s'intéresser qu'à des questions annexes, qui viennent polluer le débat et l'idée que pourrait vouloir se faire, à juste titre, quelqu'un qui découvre cette marque.
 

Alors Cold Steel aujourd'hui, c'est quoi ?
 
ColdSteel c'est l'innovation.
Innovation technique d’abord, avec par exemple le système de verrouillage de ses pliants TRI AD LOCK, sans doute un des meilleurs locks du monde.

Innovation aussi dans les produits proposés: couteaux fixes et pliants, machettes, Tomahawk, lances, sabres, push daggers, haches, cannes, battes, sprays etc…aucun fabricant n'a un tel catalogue et celui-ci ne cesse de s'étoffer. Ce choix, il vous est offert à vous. On peut considérer que c'est du business, mais on peut aussi considérer que c'est ça le vrai respect du client : essayer de répondre à ses attentes.
 
Cold Steel c'est un rapport qualité/prix imbattable.
Pour illustrer ce propos, j'aimerais simplement évoquer deux produits dont le seul point commun est le prix (moins de 30 Euros), tant leurs caractéristiques les séparent.

Tout d'abord le mini tuff lite, sans doute un des meilleurs EDC urbains du moment, ensuite le Magnum Kukri machette, un outil de plein air avec un gros pouvoir de coupe. Je ne vous en dis pas plus, il sera facile, si vous le souhaitez, de vous renseigner sur ces deux produits. Car au milieu il y a le Bushman, et c'est lui notre vrai sujet du jour…
 
 
Le BUSHMAN : Présentation


Dés le premier contact, le Bushman révèle ses qualités premières : simplicité, efficacité et robustesse.
 
La simplicité dans la fabrication d'abord, puisqu'il est constitué d'une seule pièce d'acier au carbone SK 5, travaillée de telle sorte que la feuille vient s'enrouler dans le prolongement de la lame pour constituer le manche. Ce manche est creux et légèrement conique, puisqu'il fait 30 mm de diamètre à son extrémité (25 mm intérieur), pour 24 mm à la jonction avec la lame (19 mm intérieur). Simplicité aussi dans les lignes. Avec un dos de lame parfaitement rectiligne et des proportions généreuses, il est esthétiquement réussi, ce qui a sans aucun doute contribué à son succès.
 
L'impression d'efficacité tient essentiellement dans sa dimension générale : avec 31 cm de long le Bushman n'est pas un petit couteau. Sa lame de 18 cm fait 4 cm au plus large pour une épaisseur constante de presque 3 mm. L'affûtage est rasoir, comme toujours chez Cold Steel.

De gauche a droite; "seven" de Tony Lopes, RAT3, Mora Classic, Bushman, RAT7.
 
Enfin, l'impression de robustesse est renforcée par l'utilisation de cet acier SK 5 qui, s'il demande à être bien entretenu, est particulièrement souple, comme le démontre les nombreux tests que l'on peut voir sur le net. Ainsi en condition extrême cette lame pliera peut-être légèrement, mais au moins elle ne cassera pas.


 
 
Le BUSHMAN : Destination


Sur l'excellent blog "A couteaux tirés", un lecteur pose la question : le Bushman est-il le couteau de survie "ultime" ? Malgré tout le bien que je pense de cet outil, ma réponse est non, car le Bushman a deux défauts majeurs.
 
Le premier est sa légèreté. Avec moins de 300 gr, le Bushman, qui n'a pas l'inertie d'une machette, ne permet pas des coupes à la volée très puissantes. Je ne dis pas qu'il en est incapable, je dis juste qu'il n'excelle pas dans ce domaine.

Bushman: 288gr. / RAT7: 376gr.
 
Notons cependant que si son manque de poids est un désavantage pour certaines taches, ce "défaut" rend ce système extrêmement agréable a porter, surtout si le poids est une considération importante pour votre paquetage.
Pouvoir embarquer dans son sac de randonnée ou son sac d'évacuation une lame robuste de 18cm pour 288 gr. et moins de 30 Euros reste du jamais vu !
 
 
Le second est l'absence totale de garde. Vous aurez beau l'habiller de paracorde, d'antidérapant de toute sorte, avec les mains poisseuses ou un manche plein de boue, je ne m'amuserais pas à piquer un sanglier au cœur, quand les chiens sont au ferme ! Bien sur, on peut assurer sa prise en main par un cordon passé dans le trou du manche, mais ça signifie que le couteau n'est pas disponible immédiatement pour porter un coup d’estoc.

Traitement du manche a la chambre a air de vélo.
 
Alors le Bushman est-il une déception ? Je ne le pense pas car selon moi, le Bushman n'est pas un couteau, c'est un fer d'épieu.

En effet, les deux défauts majeurs que nous venons d'évoquer disparaissent si on le monte sur un manche.
On éloigne ses doigts d'une lame extrêmement efficace, on gagne en puissance de perforation, en allonge, et on acquiert un outil qui prend sa pleine dimension: une lance.

Pour combattre de loin, achever un animal dans un piège, pour couper en hauteur ou déloger un fruit dans un arbre, harponner un poisson, et que sais-je encore, il n'a pas d'équivalent sur le marché…surtout a ce prix.

Une vis a oeil permet une fixation sur le terrain du couteau a une branche a l'aide d'un bout de bois par exemple...ne pas avoir besoin d'un tournevis est un plus.
 
 
CONCLUSION
 
Vous l'aurez compris, le Bushman de Cold Steel nous ramène à cette question, tout à fait centrale, qui est de déterminer avec précision le champ d'action d'un outil.
 
Il est de notre responsabilité d'évaluer au plus juste le job que peut faire le système sollicité. Ignorer cela, c'est aller, au mieux, au devant de grosses déceptions.

Pour ma part, j'ai intégré ce produit dans mon matériel, mais j'ai également pris le soin, au calme, de lui confectionné un manche qui me convient, ainsi qu'une vis à penture pour le bloquer.
 
Pour ceux qui habitent la campagne, les fleurs jaunes qui sont apparues début mars sont celles du cornouiller. Sa floraison précoce, une des premières en forêt, permet de l'identifier à coup sur. Ce bois est exceptionnel pour fabriquer des manches, aussi n'hésitez pas à repérer aujourd'hui ce que vous irez prélever à l'automne, à sève descendante. Ce bois étant précieux, veillez cependant à ne prélever que le strict nécessaire.
 
En résumé, pour un prix ridicule (on aura pas peur de l'utiliser et même de le perdre), le Bushman vous rendra de grands services et je ne peux que vous en conseiller l'achat. Il est parfait pour une caisse de décentralisation, pour le kit voiture, le sac d'évacuation ou pour une excursion ou le poids est un facteur incontournable.


 
Pour ce qui est du "couteau de survie ultime", si tant est qu’il existe, nous vous donnerons bientôt, avec Volwest, quelques pistes de réflexion, mais le budget risque d'être un tout petit peu plus élevé.
Source: http://lesurvivaliste.blogspot.fr/2012/03/le-cold-steel-bushman.html

Partager cet article

Repost 0
Published by seth-survivalisme - dans Matériel divers